Chypre, une île remplie de trésors

La légende voudrait que Chypre ait été appelée « l’île de l’amour » après qu’ Aphrodite naquit de l’écume en un point où la mer se jette sur des rochers de la côte de Paphos… La réalité, elle, est tout aussi idyllique côté vin.

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-7
Située sur la partie la plus orientale de la mer Méditerranée, dans le bassin Levantin(1), l’île regorge de trésors viticoles : une histoire riche en traditions, des cépages autochtones aussi variés qu’intéressants, et la production du Commandaria, le plus ancien vin du monde toujours en production. Il n’en fallait pas plus pour aiguiser notre curiosité.

Une tradition viticole plurimillénaire

Bienvenue à Chypre, une île d’à peine 1,3 millions d’habitants, comptant une soixantaine de domaines (2) répartis sur 7900 hectares de vigne, et produisant environ 81000 hl par an(3).

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-7 copie
Focus sur quatre acteurs viticoles incontournables, en compagnie de Manon Perramond, jeune (et au combien talentueuse) photographe, qui accompagne Wine Explorers sur cette nouvelle destination.

“Saviez-vous que l’histoire viticole de Chypre est veille de 5000 ans?!“… C’est par ces mots que nous reçoit avec une énergie débordante d’enthousiasme, Mme Ioannides, le sourire jusqu’aux oreilles. Elle et son mari – médecin de 85 ans toujours en activité – sont vignerons et propriétaires du domaine Ayia Mavri, dans le centre de Chypre.

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-168 copie
Une magnifique rencontre, pleine d’humanité et de positivisme, où la passion est plus palpable que jamais. Tout comme son mari, elle parle de vin des étoiles plein les yeux. Débuté en 1983, le domaine produit 50 000 bouteilles et a été surnommé « le vignoble doux » par les locaux, grâce à sa spécialisation dans la production de vins liquoreux de classe mondiale.
On y trouve même des pieds de xynisteri (un délicieux cépage autochtone blanc) vieux de 100 ans… À découvrir sans plus attendre!

Une île sous le signe du soleil

En route pour notre deuxième visite, nous sommes surpris de découvrir quantité de chauffe-eaux sur les toits des immeubles de l’île.

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-26
“Il fait tellement beau toute l’année que les gens assurent leurs besoins en eau chaude grâce au soleil“, nous explique Mme Sofroniou, du Ministère de l’Énergie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme chypriote, qui nous accompagne lors des visites. Et d’ajouter : “nous n’utilisons pas l’électricité d’avril à octobre, mais uniquement des panneaux solaires pour alimenter nos foyers en eau chaude“.

Rendez-vous est pris au domaine Vlassides, une très jolie propriété de 18 hectares, située sur le plateau de Koilani, à 700 m d’altitude, en plein centre de l’île – établie par Sophocle Vlassides en 1998.

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-68 copie
À l’époque, Sophocle avait déjà la vision de transformer la petite boutique de son grand-père en “vin de garage“. Il part étudier l’œnologie à l’Université de Davis, en Californie. En 2012, la réussite est là et l’équipe déménage pour un nouveau chai, plus moderne, avec une cave creusée à 9 mètres dans la roche, pour préserver la fraîcheur des vins. Car vous l’aurez compris, il fait chaud à Chypre.

Nous visitons le vignoble à 8h du matin…par 27°C. Panos Magalios, l’oenologue adjoint, nous apprend que Vlassides produit 120 000 bouteilles par an, principalement issues des cépages xynisteri, shiraz, cabernet sauvignon, merlot et sauvignon blanc. Au cours des dernières années, le domaine a expérimenté certaines variétés chypriotes indigènes comme le maratheftiko et le yiannoudi (rouge), le promara et le morokanella (blanc).

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-90 copie
“Nous devons expérimenter davantage pour voir quels sont les cépages les mieux adaptés à la chaleur, ainsi qu’à la forte humidité présente au cours de l’été“, explique Panos.

Kyperounda, l’un des plus hauts vignobles d’Europe

Découverte du domaine Kyperounda, en compagnie de Minas Mina, un vigneron chypriote fantastique et passionné! Construit à la fin des années 90, Kyperounda appartient à plus de 40 actionnaires, dont le contrôle et la gestion sont placés entre les mains du groupe Photos Photiades.

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-2 copie
Le domaine est construit sur trois niveaux, afin de profiter de la gravité pour déplacer le jus de raisin de la manière la plus douce possible.
La cave, située dans la région de Pitsilia, à 75 km de Nicosie et à 50 km de Limassol, est magnifique. Avec une altitude de 1400 mètres au-dessus du niveau de la mer (l’un des plus élevés en Europe), ce terroir fait de sols de schiste et de loess (très pauvres), est fantastique pour la production de très beaux vins. Ajoutez à cela de faibles rendements et des nuits fraîches – uniques dans la région – pour faire du domaine Kyperounda l’un des fleurons de la viticulture chypriote…

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-9 copie
Avec une mention spéciale pour son Commandaria (100% xynisteri). Un type de vin liquoreux unique à Chypre, élaboré au pied du massif du Troodos, et le plus ancien vin au monde toujours en production. Il est produit à base des cépages xynisteri (blanc) et/ou mavro (rouge), dont les grappes sont séchées au soleil, pour concentrer les baies de raisin en sucre. Le jus issu du pressage est ensuite fermenté naturellement dans d’immenses cuves inox (voir même des jarres en terre cuite), puis muté(4), pour atteindre un taux d’alcool d’environ 15%. Les vins sont ensuite apportés dans les chais d’élevage de Limassol où ils vont subir un vieillissement en fûts de chêne d’une durée minimum de deux ans. Résultat : de très grands vins liquoreux à la couleur ambrée et aux parfums de résine, de pin, de fruits séchés et de noix. Un délice…

Yiannoudin, cépage (rouge) coup de cœur

Nous terminons notre séjour par la visite du domaine Tsiakkas, dans le village de Pelendri, au sud de l’île.

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-18 copie
Perché à 1000 m d’altitude, c’est probablement l’un des plus beaux vignobles de Chypre, avec sa forme d’amphithéâtre et une exposition plein nord. Costas Tsiakkas, propriétaire et businessman du vin (il était banquier dans une vie antérieure), a commencé en 1988 avec seulement 5 000 bouteilles. Aujourd’hui, avec une production de 150 000 bouteilles, son succès est impressionnant.

Son secret ? La recherche de cépages autochtones méconnus ou oubliés. « J’aime me concentrer sur les cépages locaux: ils résistent davantage aux maladies et sont le futur de la vinification chypriote, tant en terme de goût que d’identité ».

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-7 copie
Découverte du yiannoudin, un cépage rouge à la peau très fine et aux baies concentrées en jus. Et une mention spéciale pour la cuvée Yiannoudin 2014, un délicieux vin rouge plein de profondeur et de fraîcheur, avec des notes de fruits noirs sauvages, de cuir, d’épices et de cigare. Nous avons adoré !

Départ de Chypre avec des étoiles plein les yeux…Une destination (vin) des plus intéressantes. Et un pays rempli de personnes authentiques et de trésors côté vins. Restaurons-nous une dernière fois sur la plage, avec une assiette d’Halloumi (le fromage traditionnel) et un verre de Ouzo.

WINE-EXPLORERS-CHYPRE-22.06.17-PERRAMOND-MANON-6
Une autre facette du riche patrimoine gastronomique local.

 

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

Merci aux domaines Vlassides, Ayia Mavri, Kyperounda Winery et Tsiakkas Winery pour leur accueil chaleureux. Merci également au Bureau Commercial de l’Ambassade de Chypre à Paris et au Ministère de l’Énergie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme chypriote d’avoir organisé et supporté cette visite de si belle manière. Enfin, merci à la jeune et talentueuse photographe Manon Perramond d’avoir participé au voyage.

(1) Le bassin Levantin est une subdivision du bassin oriental de la mer Méditerranée et qui correspond à sa partie la plus à l’est (Turquie méridionale, Chypre, Moyen-Orient).
(2) L’île compte une soixantaine de domaines commerciaux, ainsi que de nombreuses plantations domestiques de petite taille et destinées à une consommation privée.
(3) Production 2016 – source : Ministère de l’Énergie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme chypriote.
(4) À la suite de la fermentation, on réalise un mutage soit avec une eau-de-vie de vin titrant 95% de volume d’alcool, soit du vin distillé titrant 70% de volume d’alcool.

La Croatie viticole, au panthéon des grands

On pourrait résumer la richesse du vignoble croate par ces deux phrases: “sa culture de la vigne remonte aussi loin que les premiers habitants qui se sont installés sur ses terres“. En ajoutant que “la liste des cépages autochtones est aussi longue que la côte croate“. Ça plante le décor.

Croatie_Wine Explorers
Il faudra cependant attendre le début des années 90 – et l’indépendance de la Croatie – pour que de nombreux particuliers puissent reprendre possession des terres jusqu’alors réquisitionnées par l’État(1). Ces vingt dernières années, la Croatie a (plus que) retrouvé ses lettres de noblesse, produisant des vins aussi extraordinaires que variés.
De la Croatie Continentale (au nord), à la Dalmatie (au sud), en passant par la Slavonie (le long des frontières hongroise, serbe et bosniaque) et l’Istrie (à l’ouest), chacune des quatre régions viticoles croates mérite le détour. Récit d’un voyage aux multiples coups de cœur.

La Croatie Continentale, terre de grands blancs et d’effervescents

Bienvenue dans la région la plus fraîche de Croatie, avec ses paysages de collines escarpées aux sommets arrondis, de villages ruraux et de vignes soigneusement entretenues, où l’on produit d’excellents vins blancs, effervescents…et même de glace !

Croatie_Wine Explorers
Visite du domaine Cmrečnjak, dans le village de Štrigova. Un terroir unique avec une altitude maximale de 340m et des sols argileux, idéal pour la culture de cépages comme le posipel (furmint), le silvanac zeleni (sylvaner) ou encore le grasevina (welschriesling). Marko Cmrečnjak, 4ème génération de viticulteurs, est fier de suivre les pas de son père et « ne pouvait imaginer un autre travail dans la vie ». Sa cuvée « Ledena Vino 2012« , un vin de glace 100% grasevina, est fantastique!

Croatie_Wine Explorers
Non loin de Zagreb, dans le village de Jastrebarsko (région de Plešivica), rendez-vous est pris avec la famille Sember, grand producteur de vins effervescents en méthode traditionnelle.

“Grâce à un climat continental plus frais, des sols calcaires et un vignoble de 6 hectares bien exposé en coteaux, nous avons les conditions optimales pour la production de bulles fines », explique Nikola, le fils aîné. Un projet de vin effervescent en amphore est actuellement à l’essai.

Croatie_Wine Explorers
Nous goûtons le vin « orange » en fermentation, dans les amphores enterrées dans le jardin. Très prometteur.

Coups de cœur pour le teran et la malvazija istarska

L’Istrie. Quelle beauté… Au nord-ouest de la Croatie, découverte de cette région au charme fou, encore sauvage et préservée, où nous avons eu le bonheur de découvrir les cépages teran et malvazija istarska.

Croatie_Wine Explorers
Ici, les « terra rossa », ces sols rouges typiques de la région, chargés de fer, combinés à un micro climat unique et des vendanges en vert strictes (rendements max à 1,5kg par pied pour les meilleurs domaines), offrent des vins aussi gourmands que profonds.

C’est au domaine Coronica, à l’extrême nord-ouest de la péninsule d’Istrie, que nous tombons sous le charme du teran(2). Un cépage rouge à la peau fine et aux baies volumineuses, difficile à travailler ; obligeant à des vendanges en vert très strictes.

Croatie_Wine Explorers
« Il est important de vendanger le teran avec 20% de raisins flétris/résineux pour apporter de la complexité au vin », explique Moreno Coronica, vigneron aussi charmant que talentueux. Résultat : des vins profonds, droits, avec des tannins superbes et une fraîcheur insolente. Taillés pour la garde.

À quelques kilomètres de là, dans le village côtier de Višnjan, la famille Radovan, établie avec 9 hectares de vigne, met en avant de très belle manière le malvazija istarska, un cépage blanc aux parfums de noyau d’amande, d’abricot, de fruits blancs mûrs et de fleurs sauvages.

Croatie_Wine Explorers
« Ici, la nature est bien faite : le vent de la mer souffle le matin sur le vignoble et rafraîchit l’air, et le vent des terres souffle le soir pour adoucir l’atmosphère », s’enthousiasme Franko, le papa. Leur cuvée « Malvazija Istarska 2015 » est un pur délice!

Léo Gracin, la rock star du Babič

C’est à Primošten, chez la grand-mère de notre amie (et formidable guide) Barbara Bacic, que nous faisons connaissance avec Léo Gracin, l’une des grandes figures de la viticulture croate.

Croatie_Wine Explorers
Vigneron de talent, Léo est également docteur en œnologie, professeur à l’université de Zagreb et consultant pour les plus grands domaines croates. Son look décontracté et son sourire aux lèvres permanent en font un personnage aussi charismatique que sympathique. Léo possède un hectare de vigne sur l’appellation Bucavac Primošten, en Dalmatie, en passe de devenir la première région viticole croate classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La topographie morcelée du lieu, les sols de roche dure, l’obligation de travailler à la main des pieds de vigne tous isolés les uns des autres, l’interdiction d’irriguer et l’incroyable difficulté de travailler dans ce vignoble (44°C en été, obligeant les travailleurs à commencer les journées à 4h du matin pour les terminer à 11h…), en font probablement l’un des vignobles les plus atypiques que nous ayons pu découvrir.

Croatie_Wine Explorers
Découverte du babič, un cépage rouge croate originaire de Primošten et merveilleusement travaillé par Léo. Sa version liquoreuse, appelée le Prošek(3), une spécialité dalmate, est d’une grande complexité et nous a régalé avec le fromage.

Stina, vignoble de l’extrême

La Croatie compte 1185 îles et îlots. Certaines abritent quelques uns des plus beaux vignobles au monde. Bienvenue sur l’île de Brač, à 50 minutes en ferry au sud de Split, célèbre dans le monde pour sa pierre blanche (Stina). Un petit paradis viticole pluriséculaire, qui a vu apparaître des cépages autochtones fort intéressants, comme le plavac mali, en rouge.

Croatie_Wine Explorers
Visite de Stina, un domaine aussi beau que vertigineux, avec 70 hectares de vignes répartis sur deux sites. L’un d’entre eux est sans aucun doute l’un des vignobles les plus extrêmes visités lors du projet. Littéralement taillée dans la roche, cette parcelle perchée à 650 m et qui plonge dans la mer, compte des pentes à 65% d’inclinaison! Autant dire qu’y travailler relève avant tout de l’art de l’équilibriste… Me risquant à descendre (légèrement) dans un rang de vigne, je ne fais pas le fier et manque de tomber…

La seconde parcelle – 45 hectares d’un seul tenant – se situe entre 420 et 520m d’altitude. La luminosité du soleil se reflétant sur ces sols de pierre blanche si particuliers, donne au vignoble un côté lunaire.

Croatie_Wine Explorers
Une vraie carte postale. Résultat : des vins magnifiques, concentrés et d’une grande fraîcheur ; comme la cuvée rouge « Plavac mali remek djelo 2011« , un véritable coup de coeur.

L’île de Korčula et ses trésors de cépages autochtones

Il était une fois le Grk, un cépage blanc originaire du village de Lumbarda, sur l’île de Korčula – et la spécialité de Frano Bire. 

Croatie_Wine Explorers
« Grk », en langue croate, signifie « amer ». En réalité, le vin est sec, avec une très belle tension. Cultivé sur les sols sablonneux de Lumbarda, où il mûrit le mieux, il développe de beaux aromatiques, comme des notes de pin.

« Le cépage Grk n’a que des fleurs femelles. Pour assurer sa pollinisation, il doit être co-planté avec un autre cépage avec des fleurs mâles, habituellement le cépage rouge plavac mali », explique Frano Bire, viticulteur au talent fou, et propriétaire du Domaine Bire. De très grands vins, chargés d’émotion, à découvrir sur place…micro-production oblige.

Croatie_Wine Explorers
De l’autre côté de l’île, rencontre avec Luka Krajančić. « Je ne suis qu’une petite partie d’une histoire locale de 2500 ans », aime résumer Luka, natif de Korčula.

Peintre, poète, philosophe, vigneron…Luka est depuis toujours un amoureux du pošip, un autre cépage blanc originaire de l’île de Korčula – et tout aussi intéressant.

Croatie_Wine Explorers
Apparu il y a 100 ans sur l’île (croisement spontané de deux autres variétés locales: Bratkovina x Zlatarice), ce cépage très aromatique (principalement sur des fruits exotiques), avec un niveau d’acidité qui équilibre une teneur en alcool relativement élevée, rencontre un succès fou.  Avec pas moins de 6 styles de Pošip différents – depuis la cuve en inox, jusqu’à la barrique, en passant par l’élevage sur lies, un vin doux ou encore un vin macéré 100 jours sur les peaux – Luka est définitivement le « roi de pošip ».

Croatie_Wine Explorers
Les grands domaines croates – tout comme les cépages autochtones – sont décidément légion. Il me tarde déjà de revenir, pour continuer à explorer ce patrimoine viticole et culturel sans nul autre pareil…

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines CMREČNJAK, Sember, Radovan, Coronica, Stina, Krajančić, Bire et à Léo Gracin, pour leur accueil chaleureux. Merci à nos amis Ante & Barbara BACIC, de la société Les Robes de l’Est, pour leurs précieuses recommandations de domaines, et tout particulièrement à Barbara pour nous avoir accompagnés et guidés sur le terrain. Enfin, merci à M. Željko Suhadolnik (rédacteur en chef de Svijet u čaši) et à M. Ivan Dropuljić (directeur du salon Zagreb VINOcom), de nous avoir rejoints durant notre visite chez Sember.

(1) À la fin de la 2nde Guerre mondiale, le communisme de Tito prend le pouvoir. On se concentre alors sur la quantité, au détriment de la qualité.
(2) Le teran – originaire de Slovénie et également produit en Italie – est également connu sous les noms de cagnina, refosk, refosca d’Istria, refosco del carso, refosco dal peduncolo rosso, rabiosa nera, crodarina ou magnacan.
(3) Le Prošek est un vin doux traditionnel produit exclusivement en Dalmatie à partir de raisins séchés au soleil. Cette opération, souvent appelée « passerillage », permet de déshydrater les grappes, procurant une concentration maximale en sucre. Le Prošek titre généralement entre 15 et 17 degrés.

Slovénie… la (petite) pépite européenne

Premier départ à bord de la nouvelle maison-bureau-mobile de Wine Explorers, un camping-car G700GJ flambant neuf, mis à disposition par Pilote, le leader français du camping-car.

Wine Explorers_Slovénie
Il me tarde de tester ce véhicule entièrement équipé pour les besoins du projet : deux bureaux, quatre couchages, une cuisine, un immense frigo et une salle de bain…what else ?!
En route pour 1200 km, direction le sud-est de l’Europe. Après deux jours de conduite, telle une récompense au voyage accompli, un merveilleux spectacle nous attend. Le Monte Forno, dernier rempart entre la pointe nord de l’Italie, l’Autriche dans notre dos et la Slovénie où nous nous rendons, se dresse fièrement devant nous.

Wine Explorers_Slovénie
Plus que 85km et nous serons en Slovénie. Hâte!

L’un des vignobles les plus intéressants au monde

Coup de cœur pour le vignoble slovène, véritable trésor vert préservé de l’Europe, où les cultures germanique, slave et romaine se sont entremêlées depuis des millénaires. Goutte d’eau dans l’océan viticole mondial avec 22 300 hectares plantés (0,5% du vignoble européen), le pays produit pourtant certains des meilleurs vins au monde. Sa tradition vinicole de 2 400 ans, son climat unique (protection des Alpes au nord et influence océanique à l’ouest), ses sols complexes (opoka, schiste, granite…) et sa multitude de cépages autochtones séduisants, font de la Slovénie l’une des cultures viticoles les plus intéressantes que nous ayons pu découvrir jusqu’à présent.

Wine Explorers_Slovénie
“Le marché du vin slovène augmente très rapidement. Avec l’aide du succès de quelques grands noms de vignerons slovènes, comme Marjan Simšič, notre pays est de plus en plus reconnu comme pays  “, nous explique Saso Papp, PDG et cofondateur de la société vinoo.co. “Nous sommes le seul pays avec le mot LOVE dans son nom – sLOVEnija“, ajoute-t-il avec fierté. Tout un symbole.

Le pays compte trois grandes régions viticoles : Primorska, à l’ouest (le long de la Méditerranée) et les vallées de la Drave (Podravje) et de la Save (Posavje), à l’ouest. Nous avons choisi de commencer par la sous-région viticole de Goriška Brda, à l’ouest (1000 hectares de vignes), surnommée la « Toscane de Slovénie », pour son paysage vallonné.

Wine Explorers_Slovénie
Un petit coin de paradis et un arrêt obligatoire pour tout amateur de bon vin et de dépaysement. Son emplacement très particulier, à 50 km des Alpes et à 20 km de la mer, en fait une région fantastique pour la culture de la vigne.

Bjana Estate, l’effervescente histoire de Miran Sirk

Miran Sirk et sa femme, Petra, sont les fiers propriétaires de Bjana Estate, un petit domaine de 6,5 hectares dans la région viticole de Brda, spécialisé dans les vins effervescents élaborés en méthode traditionnelle. Leur histoire est aussi belle que touchante.
Jusqu’au début des années 50, le père de Miran possédait une centaine d’hectares de vigne. Mais après la 2nde Guerre Mondiale, le vignoble et la maison sont réquisitionnés par l’État et divisés, comme dans la plupart des domaines sous le régime de la République populaire fédérative de Yougoslavie.

Wine Explorers_Slovénie
La famille ne possède alors plus qu’un petit morceau de sa propre maison, et peu de terres. En 1976, c’est le coup de grâce. Un tremblement de terre détruit toute la maison, ainsi que d’autres habitations environnantes. Le projet de vignoble est enterré. Tout comme les rêves de vigneron du jeune Miran.

En 1991, après la création de la Slovénie et l’indépendance célébrée, Miran n’a qu’un rêve en tête : reconstruire la maison et le domaine familial, pour y produire de grands vins effervescents. Il lui faut alors tout redémarrer de ZÉRO. Il replante le vignoble dans la foulée, mais ne pourra rebâtir la maison et reconstruire le chai qu’en 2007, faute de moyens… Un pari fou et un travail de titan, durant lesquels, de 1991 à 2009, Miran exercera le métier d’inspecteur dans les casinos, voyageant beaucoup et cumulant des journées de 16h, pour gagner de quoi payer les travaux.

Wine Explorers_Slovénie
Aujourd’hui, grâce à un vignoble exposé plein nord – afin de réduire l’effet du soleil de cette région chaude de la Méditerranée – Miran produit sans l’ombre d’un doute des vins effervescents de classe mondiale. Et sa « Cuvée Prestige » (70% chardonnay, 30% rebula), vieillie 56 mois sur lies en bouteille (!), nous a littéralement soufflés… Respect.

Marjan Simčič – Monsieur Opoka

Autre vigneron incontournable de Goriška Brda, et grand coup de cœur de Wine Explorers, l’emblématique Marjan Simčič, que j’aime à surnommer “Monsieur Opoka de Slovénie“, ou encore la “rock star du rebula“.

44_Slovénie_M93A9673
Chaque fois que je repense à cette visite et à cette rencontre, je suis parcouru de frissons. Rarement j’ai eu l’occasion de déguster des vins blancs avec une telle intensité et une telle profondeur. Des vins de méditation, combinant puissance et élégance, densité et légèreté, longueur et précision. Mémorable.

Marjan et sa famille possèdent 18 hectares de vignoble – certaines vignes ayant plus de 55 ans – avec des parcelles à cheval sur les frontières slovène et italienne ; conflits historico-géographico-politiques obligent. Marjan y a découvert différents types de sols, l’un d’eux ayant fait sa réputation mondiale pour son caractère unique en tant que “terroir“ : l’opoka.

Wine Explorers_Slovénie
“Les sols de Brda, déposés par des océans anciens à la surface des collines, sont fascinants. Le vent, la pluie et le soleil les ont broyés, lavés et chauffés pendant des milliers d’années. Le résultat : de l’opoka, un sol riche en minéraux qui permet de produire des vins uniques avec un terroir reconnaissable“, nous explique Marjan, 5ème génération de viticulteurs depuis 1860.

Ici, la variété dominante et la plus célèbre est le cépage blanc rebula(1), qui représente environ 25% des vins produits dans la région ; produisant des vins généreux et inimitables. Mais ce n’est pas tout. Ce viticulteur qui a de la magie entre les doigts, produit des vins parmi les plus belles cuvées de chardonnay et de sauvignon blanc que nous n’ayons jamais goûtées… (oui!).

Wine Explorers_Slovénie
Nous terminons la visite en admirant un magnifique coucher de soleil sur l’un de ses vignobles, juste à côté de la frontière italienne. Un moment hors du temps.

Vinakoper, terre de refosk

Changement de région avec l’Istrie, au sud-est de la Slovénie. Et changement de décor avec Vinakoper, un domaine de 570 hectares créé en 1947. Un très bel exemple de réussite pour un producteur « assez massif », qui a réussi à se concentrer exclusivement sur la qualité et qui mérite le détour. 

Wine Explorers_Slovénie
La clé du succès : un vignoble réparti sur 10 micro-locations autour de la ville de Koper, toutes plus belles les unes que les autres, depuis le niveau de la mer et jusqu’à 320 mètres d’altitude.
Des sites préservés et vierges de toute habitation, le long du Golfe de Trieste, offrant un microclimat unique à la région. Nous admirons l’un des vignobles, une parcelle de 64 hectares sur la péninsule de Debeli Rtič, plongeant littéralement dans la mer. Des asperges sauvages poussent ici en lisière de forêt. Nous improvisons une cueillette et les mangeons sur place. Un délice.

Dans l’ensemble, la gamme de vins nous a positivement surpris, avec des vins phares et iconiques autour des cépages rouges refosk (le cépage rouge le plus populaire en Slovénie) et cipro (un cépage autochtone d’Istrie, avec seulement 6,6 hectares de vigne pour le monde entier!).

Wine Explorers_Slovénie
« La Slovénie manque encore cruellement de reconnaissance, alors que l’on y produit du vin depuis l’époque romaine. Grâce à des cépages autochtones comme le refosk, une variété au potentiel incroyable et dans laquelle nous croyons beaucoup, il me semble possible de faire la différence et d’affirmer la Slovénie comme pays viticole avec son identité propre », souligne Gregor Bandel, le directeur des ventes.

Suklje, le renouveau de la viticulture traditionnelle

Nous terminons notre séjour slovène par le domaine Suklje, à seulement quelques kilomètres de la frontière croate. 

Wine Explorers_Slovénie
Un petit vignoble de 7 hectares au charme fou, au sud-ouest de la Slovénie, dans la région montagneuse de Metlika. Ici, ce ne sont pas moins de cinq générations de vignerons passionnés qui se sont succédés, pour faire de ce domaine l’un des fleurons de la région.

En 1994, un grand tournant est initié par Joze, le papa, avec les premières mises en bouteille et un virage qualitatif indéniable. Jusqu’alors, le vin était vendu en vrac, une pratique courante sous l’air yougoslave. Matija, 5ème génération de vigneron sur le domaine, reprend aujourd’hui les rênes du vignoble, planté pour partie en blaufränkisch (modra frankinja), laški rizling, kerner et sauvignon blanc ; sous l’oeil avisé de son père. Katja, sa soeur, et son mari Guillaume Antalick, tous deux docteurs en oenologie, consultent également le vignoble.

Wine Explorers_Slovénie
La famille Suklje a pour projet de tourner le vignoble vers un oenotourisme local et responsable, offrant exclusivement des produits frais de la région à la table d’hôtes du vignoble (où l’on mange merveilleusement bien). Un projet de bar à vin vient également de voir le jour à Ljubljana, la capitale(2). Il est à l’initiative de Matija, Katja & Guillaume. Nous leur souhaitons le meilleur dans cette belle aventure!

Concluons ce voyage des plus enrichissants par une touche humoristique. Nous avons découvert une façon aussi ingénieuse qu’originale de «re-remplir» les bouteilles de vin pour le week-end! Pratique et économique, la pompe à vin semble avoir son succès. Bien joué Vinakoper pour cette belle initiative. Il fallait y penser.

Wine Explorers_Slovénie
Slovénie, nous reviendrons te voir très vite. Ton vignoble est un véritable trésor.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Bajna, Marjan Simčič, Vinakoper et Suklje pour leur accueil chaleureux. Et un immense merci à nos amis Ante & Barbara BACIC, de la société Les Robes de l’Est, pour leurs précieuses recommandations de domaines.


1)
Le rebula, aka ‘Ribolla ou Ribuela (c’est-à-dire rouge rubis)’ est un cépage blanc originaire de Grèce mais qui a été cultivé en Slovénie depuis au moins 750 ans.
(2) Pour plus d’information sur le bar à vin des Suklje à Ljubljana : https://www.facebook.com/winebarsuklje/

L’Autriche, vignoble de caractère au grand charme

Un véritable coup de cœur pour le vignoble autrichien, dont les origines remontent à la plus haute Antiquité. Un vignoble aussi modeste par la taille – 44.000 hectares pour environ 0,6% du vignoble mondial(1) – que grand pour ses vins. Notamment autour des cépages riesling et grüner veltliner. Ce qui nous vaudra un arrêt incontournable au Domäne Wachau, le long du Danube, pour mieux comprendre ces deux cépages.

39_Autriche_Domane_Wachau_M93A6257_EDT
Mais également pour les grands vins rouges du Burgenland. Rencontre avec deux viticultrices exceptionnelles, amoureuses de la nature, au talent certain, au caractère bien trempé et d’une gentillesse sans égale. Ensemble, et avec 9 autres vigneronnes autrichiennes, elles ont créé le mouvement « 11 women & their wine », pour mettre davantage en avant, la femme dans le monde du vin. 
Découvertes…

Domäne Wachau, au sommet de l’appellation

Coopérative de haut vol avec quelques 250 vignerons impliqués sur près de 400 hectares – chacun d’entre eux ayant des parts dans la société – le Domäne Wachau nous a séduits pour ses grands terroirs de blancs.

39_Autriche_Domane_Wachau_Panorama sans titre1_EDT
Les parcelles les plus escarpées de ce domaine situé sur le 48e parallèle nord et qui trônent fièrement sur les hauteurs du Danube à une altitude de 200 à 500 mètres, possèdent des sols pauvres de gneiss, schiste et quartz qui donnent au riesling et au grüner veltliner une tension et une minéralité remarquables. « Tout est vendangé à la main pour être le plus précis possible sur les maturités», nous explique Roman Horvath MW, le directeur du domaine.

Nous visitons le vignoble en compagnie de Heinz Frischengruber, l’œnologue du domaine. Un duo fort sympathique formé par les deux hommes. « La Wachau est la région la plus fraîche du pays », nous commente Heinz. Voilà pourquoi ses grands blancs sont aussi réputés.

39_AUTRICHE_M93A6232_EDT
Et d’ajouter, « bienvenue dans l’un des plus anciens paysages culturels d’Europe ; une gorge de 33 km de longueur, aux paysages uniques et à la flore et à la faune rares, qui font de la Wachau une région nommée au Patrimoine culturel mondial par l’UNESCO ».

En marchant le long des sentiers qui bordent Singerriedel, l’un des grands crus de la vallée(2), on se rend bien compte de la difficulté de travailler certaines parcelles. L’érosion est importante et le travail en terrasse est souvent indispensable. Ici, le principal labeur de l’hiver consiste à reconstruire des parties de murs écroulées. Un travail de fourmi et un éternel recommencement qui forcent l’admiration.

39_Autriche_Domane_Wachau_M93A6058_EDT
« Bien que la plupart des vignobles soient ici plantés sur le versant droit du Danube (exposition plein sud), de plus en plus de vignerons plantent sur l’autre rive ; recherchant davantage de finesse dans leurs vins », ajoute Heins. Peut-être est-ce là, un nouveau virage pour la région ? À suivre.

Judith Beck, leçon de biodynamie

Bienvenue dans le Burgenland, l’État le plus plat du pays, mais aussi le plus chaud et donc le plus précoce pour la maturité des raisins. Reconnu pour la qualité de ses vins rouges, il s’étend depuis la frontière Slovaque au nord, jusqu’à la frontière Slovène au sud, tout en longeant la frontière hongroise.

39_Autriche_burgenland_T_L_AUTRICHE_13
Nous sommes attendus chez Judith Beck. Sourire aux lèvres, elle nous accueille en pleine dégustation et nous invite à nous joindre à la table. Le ton est donné dans une ambiance des plus chaleureuses. Judith a commencé ses premières vinifications en 2001 aux côtés de son père. Elle convertit l’intégralité du vignoble en biodynamie en 2007 avec l’aide d’Uli, son mari.

Pour elle, « le saint-laurent et le blaufränkisch sont deux cépages très intéressants, aussi complexes à vinifier que compliqués à travailler, mais au potentiel fabuleux ». Sa cuvée St Laurent Schafleiten 2013 en est un bel exemple : un vin gourmand, gorgé de fruits noirs et d’épices.

39_Autriche_Weingut_Beck_M93A0950_EDT
La biodynamie pour Judith et Uli, c’est l’objectif de produire des vins authentiques avec un profil d’arôme individuel, tout en maintenant sains, les sols et les vignes.

« Nous encourageons la formation de l’humus, en appliquant régulièrement du fumier que nous préparons nous même et en cultivant de l’herbe entre les rangs. Les infusions à base de plantes (orties, camomille, prêle…) et les pulvérisations biodynamiques tels que le fumier de corne et la silice de corne, utilisés sous la considération des rythmes de la lune, renforcent naturellement la résistance et la maturation physiologique des raisins », ajoute Judith lors de la visite du vignoble. Quelques poules gambadent librement autour de nous.

39_Autriche_Weingut_Beck_T_L_AUTRICHE_5
Ils font également partie de l’association Pannobile, un groupement de 9 domaines favorisant la production de cépages locaux, dans le respect des traditions et dégustant collégialement les vins des différents domaines. Une belle initiative.

Domaine J. Heinrich, le blaufränkisch dans toute sa splendeur

Silvia Heirinch est pour moi, LA grande dame du blaufränkisch en Autriche. En 2010, elle reprend les rênes de J. Heirinch, le domaine familial de 36 hectares.

39_Autriche_Weingut_J.Heinrich_M93A3482_EDT
Sa première prise de décision : l’arrachage de tous les blancs. Elle a toujours cru dans le potentiel des rouges ici et sa production s’en ressent. Des vins purs, généreux et taillés pour la garde pour les plus grandes cuvées. Avec un vignoble à 75% tourné vers le blaufränkisch – aux côtés de zweigelt, pinot noir, cabernet sauvignon, merlot et syrah – Sylvia est une vigneronne comblée. « Nous avons un métier unique : on peut à la fois imaginer notre produit, le façonner avec nos mains et en même temps y goûter. Chaque année est une chance de pouvoir faire quelque chose de nouveau », s’enthousiasme-t-elle.

Nous visitons le Goldberg, un vignoble surnommé « le grand cru des rouges », perché à 210m d’altitude et à moins d’un km de la frontière hongroise. Ici, sur ce terroir d’exception, sont produits les grands vins du domaine.

39_Autriche_Weingut_J.Heinrich_M93A3462_EDT
Et ça n’est pas pour rien si cette femme aux multiples casquettes – maman le soir, viticultrice et œnologue la journée, mais également sur la route une partie de l’année pour promouvoir son domaine – a été élue œnologue de l’année en 2014. « Être viticulteur, ça n’est pas travailler huit heures par jour, c’est un mode de vie. Travailler avec la nature exige de la patience, de la sérénité et beaucoup d’humilité ».
Et d’ajouter : « mes parents ne voulaient pas que je devienne vigneronne. Ça n’était pas un métier de femme pour eux. Mon père était un bon vigneron mais n’avait pas la passion. Il a fini par prendre sa retraite et c’est comme ça que j’ai eu ma chance ».

39_Autriche_burgenland_T_L_AUTRICHE_6
L’an passé, Silvia a même fait construire une cabane sur sa parcelle du Golberg, un petit havre de paix, où elle vient se ressourcer aux beaux jours.

Quelques très jolis vins autrichiens dégustés lors de notre périple :
Bambule! 2014, du domaine Judith Beck (vin blanc nature 100% neuburger)
Riesling Smaragd Kellerberg 2014, du Domäne Wachau
Alte Reben 2011, du domaine J.Heinrich (100% blaufränkisch – “Coup de Cœur“ Wine Explorers)
St Laurent Schafleiten 2013, du domaine Judith Beck
Elegy 2011, du domaine J.Heinrich (50% Cab. Sauv, 50% merlot)

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

39_autriche_Compo_btl

Merci aux domaines J.Heinrich, Judith Beck et Domäne Wachau pour leur accueil chaleureux. Et un grand merci à Barbara Handl d’Austrian Wine pour avoir permis ces belles rencontres.

 

(1) Source : OIV, 2016
(2) Le Domäne Wachau est le seul producteur de toute la région viticole de la Wachau à produire du vin sur tous les vignobles célèbres du Wachau, tels que le Loibenberg, l’Achleiten, le Tausend-Eimer-Berg, le Singerriedel ou le Kellerberg.

La Hongrie, bien plus que des grands liquoreux

« Il n’existe pas un village hongrois sans une cave ».
Voilà qui résume bien la culture du vin en Hongrie, ancrée dans l’histoire depuis l’Antiquité et la conquête de la rive sud du Danube par les Romains.

38_Hongrie_M93A7758_EDT
Ayant souffert du communisme jusqu’à la fin des années 90 – comme de nombreux pays de l’Europe de l’Est – le vignoble hongrois se restructure petit à petit, avec un retour progressif à des vins de qualité. Le pays compte aujourd’hui quelques 150 000 hectares de vigne(1), répartis sur 22 régions.
D’est en ouest, focus sur deux d’entre elles : Tokaj et Etyek-Buda.

Tokaj, terre d’aszú et de puttonyos

En arrivant depuis Budapest, la route n’est qu’une succession de champs verdoyants. Puis soudain, surgissent de petites montagnes en forme de dômes, tels des champignons tout juste sortis de terre. Sur ces collines, de la vigne plantée en coteaux.

38_Hongrie_M93A3251_EDT
Bienvenue à Tokaj, 3ème plus grande appellation hongroise avec 5500 hectares plantés(2). Une ancienne région volcanique sur les contreforts des Carpates, classée au Patrimoine mondial de l’Humanité depuis 2002, où l’on comptait autrefois plus de 400 volcans en activité.

Ici on parle aszú et puttonyos. Coincé entre les rivières Tisza et Bodrog, le vignoble de Tokaj bénéficie de conditions idéales pour le développement du fameux Botrytis cinerea. Une fois les raisins atteints de pourriture noble récoltés grain par grain (!), ce sont ces unités de mesure qui vont déterminer le niveau de sucre et la concentration des vins(3). Ces derniers sont vieillis au moins trois ans dans des caves traditionnelles, où se développe sur les murs un champignon noir, le Cladosporium Cellare, qui aide au développement du vin.

38_Hongrie_M93A3121_EDT
Nous visitons avec admiration les tunnels naturels que forme la cave d’1km du Château Dereszla, où pas moins de 1000 barriques couvent amoureusement une partie de l’or liquide de Tokaj, dans une humidité constante de 90%.

Quelques grands liquoreux hongrois issus du cépage furmint, dégustés lors de notre périple :
Tokaji Muskotaly Réserve 2003, du Château Dereszla (“Coup de Coeur“ Wine Explorers)
Tokaji Aszú 2006, du domaine Samuel Tinon
Tokaji Aszú 6 Puttonyos 2008, du domaine Demeter Zoltán
Tokaji Aszú 6 Puttonyos 2008, du domaine Grof Degenfeld
Tokaji Aszuescencia 2003, du domaine Erzsébet Pince

38_Hongrie_Compo_bouteille_1
Un vignoble en pleine mutation tourné vers les vins blancs secs

La région de Tokaj n’est pas qu’une (grande) région de liquoreux. Au contraire, il est important de s’y diversifier avec une production de vins blancs secs. « La production du dernier Aszu remonte à 2010 dans la région. Depuis, les conditions climatiques ne permettent pas la production de liquoreux ; ou bien une production en quantités extrêmement faibles. Et les petits domaines qui ne font que des vins liquoreux sont actuellement en danger », nous explique László Kalocsai, directeur du Château Dereszla, au cours d’une dégustation de vins blancs secs pris sur cuves passionnante (en vue d’assemblages).

38_Hongrie_M93A5093_EDT
De plus, la région reste la plus pauvre de Hongrie(4) avec 4/5 du vignoble géré par des agriculteurs qui ont moins d’un hectare en moyenne et n’arrivent pas à en vivre. Un programme gouvernemental a ainsi été mis en place pour développer le tourisme dans la région de Tokaj. Avec un budget de 300 M€ qui s’étale de 2013 à 2020, il est supposé aider en priorité les petits domaines familiaux(5).

Quelques très jolis vins hongrois (hors liquoreux) dégustés :
Ré:serve 2012, du domaine Abraham Pince (100% furmint)
Tokaj Szamorodni 2007, du domaine Samuel Tinon (“Coup de Cœur“ Wine Explorers)
Tokaji Kabar 2013, du Château Dereszla (100% kabar – un cépage unique à Tokaj, avec seulement 11 hectares)
Cabernet Franc 2012, du domaine Demeter Zoltán
Kékfrankos 2013, du domaine Etyeki Kúria (100% kékfrankos, équivalent du blaufränkisch autrichien)

38_Hongrie_Compo_bouteille_2
Une production de vins effervescents se développe également en Hongrie depuis environ 8 ans. Le domaine Grof Degenfeld, converti organique depuis 2008 et produisant une délicieuse cuvée “Furmint Sparkling Brut 2011“, en est un bel exemple.

Samuel Tinon, le génie discret de Tokaj

Samuel Tinon est né dans les vignes à Sainte-Croix-du-Mont, une autre belle région de liquoreux(7). En 1991, il a 21 ans quand il arrive en Hongrie. Samuel apprend le hongrois sur place et devient rapidement directeur de la Royal Tokaj Wine Company, la première joint venture entre l’est et l’ouest, créée en 1989. Il a déjà de l’or dans les doigts. En 1999, il crée son vignoble avec 5 hectares sur l’appellation Tokaj.

38_Hongrie_M93A6564_EDT
Avec sa femme Mathilde Hulot – correspondante pour de nombreuses revues viticoles et co-auteur d’ouvrages viticoles de référence(6) – ils s’installent sur la commune d’Olaszliszka en 1998, au coeur du grand cru Hatari.

Samuel cultive deux cépages : le furmint et l’harslevelu, plantés sur des sols d’argile, de tuff et de lœss, sur les coteaux du Zemplén (pente entre 30 et 40% orientée plein sud). Parmi ses vins – qui, je dois le reconnaître, sont tous délicieux – un m’a littéralement mis KO : son Szamorodni sec. Un vin – ou plutôt une méthode à la base – qui signifie « comme il vient » en polonais, à une époque où les travailleurs ramassaient les grappes botrytisées entières (et non pas grain à grain).

38_Hongrie_M93A6592_EDT
Samuel en fait une version en sec avec un élevage sous voile. Un vin unique au monde et qui fait partie à ce jour des grand coups de cœur Wine Explorers, tant pour sa complexité, que pour l’émotion qu’il nous a procuré. Un pur moment de méditation.

Etyek Buda, l’autre visage (prometteur) du vignoble hongrois

La région d’Etyek est connue pour le vin depuis 200 ans ; notamment ses sols de craie et sa production de vins effervescents. Pourtant, elle ne fait pas toujours figure de favorite lorsque l’on parle des vins hongrois. À tort…

38_Hongrie_M93A0246_EDT
Le domaine Etyeki Kúria en est un formidable exemple de réussite. Débuté en 1996, il s’est notamment fait un nom grâce à sa production de vins rouges ; excellents avec les cépages pinot noir et kékfrankos. Sára Matolcsy, la propriétaire, a fait appel à Sándor Mérész en 2009 – l’un des grands œnologues du pays – pour la gestion des 26 hectares (plus 17 hectares dans la région de Sopron).

À eux deux, ce duo de choc fait d’Etyeki Kúria l’un des fleurons de la région.

38_Hongrie_M93A7663_EDT
Conclusion (incontournable) sur l’Eszencia, un nectar très rare que nous avons eu le plaisir de découvrir au Château Dereszla et qu’il faut goûter au moins une fois dans sa vie tant ce vin liquoreux est une explosion de parfums et de saveurs. Pourquoi ? Imaginez un sirop de raisin en réalité, issu des meilleurs raisins botrytisés vendangés grain par grain, fermentant parfois plus de vingt ans en bonbonne de verre, avec plus de 600g de sucre, moins de 3° d’alcool et 17g d’acidité… Voilà, tout est dit.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Château Dereszla, Grof Degenfeld, Erzsébet Pince, Demeter Zoltán, Samuel Tinon, Abraham Pince, Tokaj-Hétszőlő et Etyeki Kúria pour leur accueil chaleureux.
Merci à Gergely Somogyi, éditeur chez Tokaj Today, pour nous avoir si bien guidés dans nos pérégrinations viticoles à Tokaj. Pour plus d’info sur les visites de vignobles organisées par l’agence dans la région de Tokaj : www.tokajtoday.com.

(1) Source : Sommeliers International
(2) Sur les 11 000 hectares d’appellation Tokaj en Hongrie, seulement 5 500 hectares sont plantés.

(3) Une unité d’aszú équivaut à 25 kg. Après macération, le vin est filtré et de nouveau mis en fût de chêne pour vieillir pendant au moins deux ans. Puis il est mis en bouteilles et reste en cave au moins trois ans, dont deux en fût de chêne. Le vin ainsi obtenu, appelé « Tokaji Aszú », est commercialisé dans des bouteilles de 50 cl. Ainsi, 4 puttonyos signifie un minimum de 90 g/L, 5 Puttonyos minimum 120 g/L, 6 Puttonyos minimum 150 g/L et Aszú Eszencia minimum 180 g/L.
(4) Avant la seconde Guerre Mondiale, plus de 25% de la population était juive. Beaucoup d’entre eux ont été déportés et la région s’est industrialisée et mécanisée, entraînant chômage et pauvreté.
(5) D’après un calcul du gouvernement, il faut en moyenne 10 hectares à un producteur pour réussir à vivre de sa production. => Une personne qui viendrait s’installer dans la région recevrait 10 hectares, gratuits sur 30 ans (déjà plantés) + 30K€ + 60K€ d’un crédit avec des intérêts à 1,9% sur 20 ans + un contrat d’achat pour l’achat des raisins + programme de marketing du vin pour la promotion de Tokaj.
(6) Quelques ouvrages de référence sur le vin co-écrits par Mathilde Hulot : Le petit Larousse des Vins : Connaître, choisir, déguster, 1900-2000 : Un siècle de millésimes, Visages de Vignerons-Figures du Vin, Voyage au-dessus des vignobles de France ou encore Les 100 vins cultes. Pour plus d’info sur Mathilde Hulot : http://mathildehulot.com.
(7) Le sainte-croix-du-mont, ou appellation sainte-croix-du-mont contrôlée, est un vin français d’appellation d’origine contrôlée produit sur la commune de Sainte-Croix-du-Mont. Avec les appellations cadillac et loupiac, ils forment ensemble une petite région produisant des vins liquoreux au sein du vignoble de l’Entre-deux-Mers, dans le vignoble de Bordeaux. L’AOC sainte-croix-du-mont s’étendant sur 500 hectares plantés des cépages sémillon, sauvignon, et muscadelle.

La Slovaquie, un vignoble de charme en pleine reconstruction

On ne peut que s’émerveiller devant la beauté du vignoble slovaque.
Vieux de 3000 ans, il se concentre dans le sud du pays, le long des Carpates(1).

36_Slovaquie_Wine-Explorers_M93A7458_EDT
Après avoir été durement marqué par plus de 40 ans de socialisme réel(2) et la collectivisation des vignobles par l’État, le secteur viticole slovaque est désormais en plein boom et regorge de domaines plus intéressants les uns que les autres. Certains ont fait le choix de la production, achetant exclusivement leurs raisins aux viticulteurs. D’autres, plus récents, ont investi dans la vigne et créé leur propre domaine. Rencontre avec trois d’entre eux.

Une viticulture moderne qui a souffert du “socialisme réel“

Passé de 30 000 hectares en 1990, à moins de 17 000 hectares aujourd’hui(3), le vignoble slovaque se reconstruit lentement.

36_Slovaquie_Wine-Explorers_M93A0729_EDT
Après la Révolution de velours de 1989, les sociétés viticoles étatiques commencent à péricliter. Les vignerons, jusqu’alors tenus de leur vendre leurs raisins, se retrouvent en grande difficulté. Deux solutions s’offrent à eux : continuer à vendre à d’autres établissement viticoles naissants, ou bien mettre le vin en bouteille et fonder leur domaine.

Pour aider la viticulture à se remettre sur pied, la Slovaquie – après avoir obtenu son indépendance en 1993 – prend la décision d’appliquer une politique protectionniste sur les vins à l’importation, encourageant ainsi une progression qualitative de la production locale pendant près de 10 ans(4). Permettant ainsi aux vignerons de vendre toute leur production en Slovaquie à bas prix, sans concurrence étrangère.

carte vignobles slovaques-01
Divisé en six régions – Petites Carpates et Slovaquie orientale à l’ouest, Nitra et Slovaquie centrale au sud, Slovaquie méridionale et Tokaj à l’est – le vignoble slovaque se tourne désormais vers une production plus qualitative. Pour preuve, un système d’appellations contrôlées est mis en place en 2009.

Mrva & Stanko, l’exemple réussi d’achats maitrisés

Créé en 1997, le domaine Mrva & Stanko est né de la rencontre de deux hommes. Mr Mrva, vigneron de talent ayant fait ses armes dans de nombreux pays d’Europe, et Mr Stanko, homme d’affaires slovaque. Ils commencent avec 12,000 bouteilles et font tout de suite le choix d’acheter à des producteurs pour se concentrer exclusivement sur l’investissement dans l’équipement (chai, cuverie, barriques…).

36_Slovaquie_Wine-Explorers_M93A7196_EDT
“En Slovaquie, c’est normal de séparer la partie vignoble de la partie production. Un hectare coûte très cher“, explique Mr Mrva, qui confie avoir préféré partir vinifier en Autriche pendant la période communiste. Compréhensible lorsque l’on est passionné et que l’on souhaite produire de jolis vins.
Produisant aujourd’hui 400,000 bouteilles, le domaine Mrva & Stanko a bien grandi mais reste pourtant qualitatif, n’achetant des raisins qu’à 2h30 de voiture maximum du site de production, pour un meilleur contrôle régulier de la conduite de la vigne. Ainsi, les viticulteurs sous contrat avec lesquels ils travaillent, se situent tous aux envions du 48e parallèle nord (équivalent de Vienne en Autriche, Munich en Allemagne, ou Brest en France).

Nous rencontrons un vigneron travaillant pour Mrva & Stanko. “Nous collaborons main dans la main et travaillons la vigne selon les recommandations de Mr Mrva. Chacun y trouve son compte et c’est très agréable“, explique-t-il.

36_Slovaquie_Wine-Explorers_M93A7802_EDT
Nous terminons par la visite des caves du domaine. Des casiers privés y ont été créés et sont loués à des clients fortunés pour y stocker les grands vins du domaine (un système que nous avions pu observer en Chine). Une démarche qui semble plaire à une clientèle longtemps privée de belles bouteilles. Comptez 600€/an pour un casier d’une centaine de bouteilles.

Tajna, le renouveau de la viticulture indépendante

Nouveau projet viticole très prometteur, le domaine Tajna est un formidable exemple du renouveau viticole slovaque. Partis de zéro, Rastislav Demes et son père plantent 16 hectares en 2011, sur la commune du même nom. “Une liberté d’action totale pour nous, tant dans le choix des cépages, que dans la conduite de la vigne et des équipements utilisés“, s’enthousiasme Rastislav.

36_Slovaquie_Wine-Explorers_M93A9998_EDT
Avec son chai dernier cri entièrement automatisé, il n’a pas lésiné sur les moyens pour produire de grands vins. “C’est dans les détails que l’on fait la différence“.
Lors de la dégustation des vins, Rastislav nous propose de choisir la musique de notre goût. Très classe. L’ambiance jazzy est propice à un moment de travail et de convivialité. Et les vins du domaine, bien qu’issus de jeunes vignes, sont déjà très prometteurs – minéraux, droits et gourmands.
“Le substrat géologique des régions viticoles slovaques est très varié : du calcaire au granit, en passant par des roches volcaniques, des sédiments fluviaux et éoliens, la typicité du «terroir» slovaque est incontestable“ selon Rastislav.

36_Slovaquie_Wine-Explorers_M93A8846_EDT
Nous terminons la journée par un délicieux Perkelt cuisiné par son papa, un repas traditionnel à base de viande marinée et de pommes de terre. Un régal.

Quelques vins slovaques dégustés lors de notre périple :
Rizling Vlassky Tramin 2014, du domaine Tajná (80% rizling vlassky, 20% tramin)
Vinolovca Exclusive 2013, du domaine HR Winery (70% rizling vlassky, 30% pinot gris)
Cuvée 2012, du domaine MRVA & Stanko (hron, vah, rimava, rudava)
Pinot Noir 2013, du domaine Tajná
Cabernet Sauvignon Barrique 2012, du domaine HR Winery

37_Slovaquie_compo_bouteille
HR Winery, une histoire de femmes avant tout

Créé en 2012, HR Winery est l’histoire d’un passionné de chasse et de vin, qui réussit à faire l’acquisition d’un vignoble de 230 hectares de vignes de plus de 30 ans. Souvent en déplacement pour assouvir sa première passion, il confie les rênes du vignoble à deux femmes. Beata Saskova, oenologue. Et Mila Kissová, la directrice des ventes. Toutes deux forment un duo de choc pétillant et plein d’énergie.

36_Slovaquie_Wine-Explorers_M93A0752_EDT
En pleine visite du vignoble avec Beata, nous sommes amusés par la radio qui se met soudainement à chanter sur les hauts-parleurs du village, alternant deux morceaux de musique traditionnelle et un flash info pendant cinq bonnes minutes. Il est 15h. C’est l’heure de la réclame !

Nous ne découvrons pas moins de 26 cépages différents sur le domaine. Parmi eux, quelques uns sont emblématiques du pays, comme le rulandské biele (pinot blanc), le devín, le pálava ou le rizling rýnsky (riesling rhénan) en blanc ; le frankovka modrá, le svätovavrinecké (saint-laurent) ou le rulandské modré (pinot noir) en rouge. Aux côtés de variétés plus internationales.

36_Slovaquie_Wine-Explorers_M93A1883_EDT
Au retour de la visite, nous improvisons une dégustation et une séance photo dans une salle remplie d’animaux empaillés. Les “trophées“ du domaine. Plutôt spécial.

Impossible de conclure cet article sans évoquer le célèbre vin de Tokaj.
Connu comme étant le “vin des rois, roi des vins“ en Hongrie, il fait l’objet de bien des dilemmes entre les deux pays depuis la Deuxième Guerre mondiale. Bien que la Slovaquie ait légitimement droit à l’appellation Tokaj et puisse en produire, seule la Hongrie est habilitée à le commercialiser au sein de l’Union Européenne. Une frustration de taille pour les slovaques.
Quoi qu’il en soit, l’avenir viticole du pays est bien là et son essor est encourageant. Un pays à découvrir d’urgence.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines MRVA & STANKOHR Winery et Vino Tajná pour leur accueil chaleureux. Merci également à Miklós Jobbágy et Guyard Paul pour leurs précieuses recommandations de domaines.

(1) Source : Office national slovaque des statistiques
(2) Les partis socialistes connaissent dans le monde entier des scissions au cours des années 1920 ; se trouvant dès lors en compétition avec des partis communistes qui se réclament du « socialisme réel » (ou « socialisme réellement existant ») appliqué par l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), ce dernier pays étant proclamé « patrie du socialisme ».
(3) Source : Office national slovaque des statistiques
(4) C’est au moment de l’adhésion de la Slovaquie à l’UE le 1er mai 2004 que les producteurs ont dû rapidement affronter une concurrence internationale importante.

La Pologne, un pays où le vin a un goût de victoire

Quel beau pays… Je suis ému à chaque fois que je repense à notre séjour en Pologne et à la gentillesse de ses habitants.
Touché de plein fouet au siècle dernier par des guerres incessantes, frappé par un génocide sans nom, et avec un régime qui commence tout juste à s’assouplir, le pays est encore en pleine recherche d’identité et se reconstruit peu à peu, tel un phénix renaissant de ses cendres.

36_Pologne_IMG_4316_EDT
La production de vin y est encore confidentielle. Pourtant, un véritable engouement pour la dive bouteille semble s’emparer de la Pologne.

Une scène viticole émergente

Imaginez : ce n’est qu’à partir de 2009 – après l’adoption d’une loi par le Parlement – qu’il devient légal d’acheter dans le pays du vin issu de raisins polonais… La possibilité pour les vignerons locaux de pouvoir commercialiser leur production et ainsi d’officialiser leur activité.
Une nouvelle ère s’ouvre pour la viticulture polonaise. En l’espace de quelques années, une scène viticole amatrice très animée se développe dans le pays, avec des groupements de petits producteurs, principalement dans les régions de Zielona Góra à l’ouest, de Wrocław au sud-ouest, et de Podkarpacie au sud-est.

Carte_pologne_WI-01
“La productivité se déplace sur la bonne voie“, explique Roman Myśliwiec, président de l’Institut polonais de la Vigne et du Vin(1). Aujourd’hui, on compte environ 400 vignobles amateurs, couvrant un total de 400 hectares(1).
Seuls une dizaine de domaines sont officiellement enregistrés (2). Nous avons rencontré trois d’entre eux.

Adoria Vineyards, un américain dans le vignoble

Né au milieu des vignobles californiens, Mike Whitney vit en Pologne depuis 1995. Ancien directeur financier pour de grandes sociétés, il a envie de s’établir définitivement dans le pays en y rencontrant sa femme. Et souhaite par la même occasion se lancer dans la production de vin.

36_Pologne_M93A4948_EDT
Seulement voilà, Mike a dû partir de zéro. Tant sur la partie technique, que pour l’achat de matériel. Un sacré défi qui l’a amené à voyager dans toute l’Europe à la rencontre de fournisseurs pour la construction et l’équipement de son chai.
Après un an et demi de recherches sur près de 300 sites, Mike s’établit en 2005 à Zachowice, au sud, sur des sols argilo-sablonneux. Il plante 3 hectares de pinot noir, chardonnay, riesling et bacchus dans cette ancienne région allemande devenue polonaise au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, après que les frontières de la Pologne aient été redéfinies par les Alliés. Tout un symbole.

« Nous n’avons pas fait tout cela par nous-mêmes », explique Mike en toute humilité. « Nous avons eu la chance de travailler avec une grande équipe de professionnels du monde entier sur ce projet, y compris des consultants d’Oregon et de Toscane.

36_Pologne_M93A4985_EDT
Au final, Mike est un homme comblé. “Être vigneron est un bon job de papa : je peux moduler mon temps de travail comme bon me semble“, s’amuse-t-il à raconter le soir au dîner, autour de délicieuses pâtes au pesto maison. Un plat idéal pour nous réchauffer en cette fin d’automne. Les vendanges sont à peine terminées et il fait déjà -3°C la nuit. Le chauffage au gaz tourne à plein régime dans le camping car.

Winnice Jaworek, de la métallurgie au vin

“Cette année est un bon cru“, nous confie Lech Jaworek, propriétaire de Winnice Jaworek. Le prêtre est venu bénir les raisins avant la vendange. Une tradition importante en terre catholique.
Lech Jaworek est ingénieur dans la métallurgie. Et c’est un peu par accident s’il a planté ses premières vignes en 2000, juste à côté de son entreprise de métallurgie.

36_Pologne_M93A5891_EDT
En 1995, après le changement de gouvernement, on lui fait comprendre que soit il achète les 120 hectares de propriété annexe avec tous les bâtiments et terrains, soit il ne prend rien mais abandonne son business. Pour ne pas perdre son entreprise, il n’a pas d’autre choix que de tout acheter. Mais que faire de tout ce terrain ? C’est là, qu’il a l’idée de créer un vignoble de 15 hectares sur cette ancienne terre viticole du XIVe siècle (à l’époque où les moines importaient des pieds de vigne pour faire le vin de messe). Une bien belle idée !

Pour l’heure, l’équipement est précaire et l’étiquetage des bouteilles se fait encore à la main. Dans l’attente de cuves inox, une chambre froide est improvisée avec beaucoup de malice. Du papier bulle recouvrant les grandes cuves pendant la fermentation.

36_Pologne_M93A5794_EDT
Mais les bâtiments sont magnifiques et semblent faits pour accueillir un véritable chai. Nul doute que cette ancienne ferme du XVIIIe siècle, avec ses briques rouges typiques au charme fou, ne devienne rapidement un lieu de dégustation reconnu.

Les cépages interspécifiques – ici solaris et regent – semblent donner de meilleurs résultats que le riesling et le pinot noir, car ils sont plus résistants. Et le brandy au miel de la maison, fait dans une colonne simple à distiller, réchauffe l’âme et régale les papilles.

36_Pologne_M93A5766_EDT
Quelques vins polonais dégustés lors de notre périple :
Chardonnay 2014, du domaine Adoria Vineyards
Metoda Tradycyjna NV, du domaine Adoria Vineyards (65% riesling, 35% bacchus)

Moscato 2013, du domaine Jaworek (100% muscat)
Marszalek 2014, du domaine Krokoszówka Górska (100% Maréchal Foch)
-et une curiosité : le vin cuit au miel Miodowe, du domaine Jaworek

36_Pologne_Compo_btl
Krokoszówka Górska, le vin nature

Des milliers de jeunes polonais émigrent chaque année pour aller chercher du travail en Angleterre ou en Allemagne. Le travail de la terre se meurt. Tel est le constat sans appel que nous dresse Marek Górscy. À contre-courant d’une époque où le costume et la cravate sont plus à la mode que les bottes et le sécateur, Marek décide de quitter la bureautique pour devenir vigneron en 2005.

36_Pologne_T_L_Pologne_1
“Aujourd’hui je ne regarde plus mon ordinateur au travail, je me lève et je contemple la nature“.
L’homme prend son temps et renoue avec ses racines. Ni collage, ni filtration, ni sulfite. Marek veut faire des vins « propres ». Avec un hectare de vigne et une production de 6 500 bouteilles, il réussit tout juste à dégager un revenu. Qu’importe. Cette liberté n’a pas de prix.

Le fait de rejoindre l’UE lui a permis – comme à d’autres jeunes vignerons en reconversion – de recevoir des formations sur la viticulture et l’œnologie.

36_Pologne_M93A6962_EDT
Marek nous sert un délicieux café polonais pour nous réchauffer. Cela nous fait penser au café turc. “Les températures peuvent descendre jusqu’à -20°C en hiver !“.
Faire du vin en Pologne reste un défi de taille.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Adoria Vineyards, Jaworek et Krokoszówka Górska pour leur accueil chaleureux. Merci à mon ami Marc-Antoine Brekiesz pour sa précieuse mise en relation avec un traducteur polonais. Et enfin, un très grand merci à Rafał Kisielewski, pour nous avoir accompagnés dans nos recherches et pour nous avoir mis entre de bonnes mains lors de notre voyage en Pologne.

(1) Source : Polskiego Instytutu Winorośli i Wina
(2) Parmi la dizaine de domaines officiellement enregistrés dans la pays, on compte : Adoria Vineyards, Winnica Jaworek, Krokoszówka Górska, Winnica Maria Anna, Winnica Płochockich, Winnica Stara Winna Góra, Winnica Miłosz, Winnica Jura, Winnicy Golesz ou encore Winnica Wzgórza Trzebnickie
(3) http://www.krakowpost.com/

Le vignoble tchèque & ses trésors Moraves

Partis de Paris au début de l’automne, nous embarquons pour une tournée des plus bucoliques en Europe de l’Est, où nous programmons de sillonner la République tchèque, la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie et l’Autriche, à bord de notre fidèle camping-car, le “bureau-maison-mobile“ de Wine Explorers.

35_République_tchèque_Sonberk_Winery_Moravie-du-sud_T_L_R_T_2
Après un voyage de 1280 kilomètres, effectué en deux jours, nous arrivons en Moravie, la principale région viticole tchèque (18.500 hectares pour 96% de la production du pays(1)), qui tient son nom de la rivière Morava, un affluent de la rive gauche du Danube arrosant la République tchèque, la Slovaquie et l’Autriche.
Nous y sommes attendus par trois domaines aux profils aussi atypiques qu’attachants.

Une viticulture qui se relève tout juste du communisme

Situé à la même latitude que le sud de l’Allemagne (50e parallèle nord), le vignoble tchèque fait partie des vignobles les plus septentrionaux. Les étés sont chauds et secs, les hivers longs et froids, offrant des vins aux profils très variés.
Mais avant de vous narrer les magnifiques découvertes que nous y avons faites, il est important de revenir sur trois dates clés de l’histoire tchèque, afin de mieux comprendre l’histoire viticole du pays. Car bien que la viticulture y remonte au IIe siècle (sous l’époque romaine), c’est au début du XXe siècle qu’elle connaît son apogée.

CARTE_REPUBLIQUE_TCHEQUE-01

1948 : apparition du mouvement communiste d’après guerre. Des changements radicaux s’opèrent dans le pays, aussi bien au niveau du vignoble (sous contrôle exclusif de l’Etat, privilégiant alors rendement et productivité), que de la culture et du patrimoine (les grands penseurs et les talents sont écartés du pouvoir ou emprisonnés) ;
1990 : fin des coopératives étatiques, ouverture des frontières et début des investissements privés, donnant ainsi accès à de nouvelles technologies et à une augmentation très nette de la qualité des vins tchèques ;
2004 : entrée de la République tchèque dans l’UE, avec une législation viti-vinicole conforme aux standards européens, mais également l’arrêt de l’extension de ses surfaces de production.

Avec 19.200 hectares plantés(2) aujourd’hui (0,2% du vignoble mondial), le vignoble tchèque pourrait donc en rester là, côté superficie. Affaire à suivre.

Sonberk, le renouveau de la viticulture tchèque

Bienvenue au sud de la République tchèque, à 25 kilomètres de la frontière slovaque, dans l’un des plus jolis domaines du pays. Sonberk, avec ses 45 hectares de vigne plongeant majestueusement sur le lac Thaya, est le premier vignoble tchèque à avoir pu établir en 2003 son chai au milieu du vignoble. 

35_republique_tcheque_Sonberk_winery_M93A1815_EDT
Une initiative impensable quelques années en arrière, lorsque l’ensemble des vignobles était sous contrôle étatique.

Principalement planté en riesling (13,5ha), chardonnay, palava et moravian muscat sur des sols de loess et de calcaire, Sonberk nous a littéralement époustouflés par la qualité de ses vins blancs. Admirant le couché de soleil depuis la terrasse, nous dégustons des riesling tendus, frais et d’une grande précision.
Pari réussi pour ce nouveau vignoble aux 150.000 bouteilles, qui a fait le choix de vendanges manuelles et d’un chai par gravité. Les veilles vignes de 30 ans, avec 3 mètres d’écart entre les rangs (système sous l’air communiste pour laisser passer les machines agricoles), ont été replantées à 1,9 mètre et taillées en guyot simple avec 7 à 8 branches.

35_République_tchèque__Moravie-du-sud_M93A2320_EDT
Ici et là, quelques ruches habillent le paysage. Les arbres fruitiers sont légion. Les citrouilles poussent par dizaines. Sonberk est un fier exemple du renouveau viticole tchèque.

Reisten, au sommet de la Moravie

En chemin vers notre prochaine visite, de l’autre côté du lac, nous admirons la beauté de la Moravie et ses nombreux châteaux, trônant sur les sommets des collines environnantes.
Arrivés sur les hauteurs de Pavlov, apparaît Reisten, un domaine de 30 hectares planté en 1999(3), au pied des ruines du château de Divci Hrady, une bâtisse du XIIIe siècle érigée sur le point culminant de la région, à 438 mètres d’altitude.

35_République_tchèque_Vinarstvi-reisten_Winery_Moravie-du-sud_T_L_R_T_6
Ici, les sols calcaires, très riches en calcium, obligent le système racinaire de la vigne à s’établir dans la roche, et semblent donner une typicité particulière aux vins blancs. Ce fameux goût de “pierre à fusil“, dont l’existence n’a jamais été prouvée d’un point de vue scientifique, mais que l’on retrouve indéniablement dans chacun des vins lors de la dégustation.

C’est la fin des vendanges ce matin. Après une matinée de tournage passée avec les travailleurs, nous profitons d’une promenade le long des sentiers escarpés qui mènent aux ruines du château. Le vent me cloue littéralement au mur. Il souffle comme ça plus de 300 jours par an.

35_republique_vinarstvi-reisten_winery_M93A3162_EDT
Quelques belles bouteilles tchèques dégustées lors de notre périple :
Riesling V.O.C 2013, domaine Sonberk
Maidenburg Palava 2013, domaine Reisten (100% palava)
Blanc de Pinot Noir 2014, domaine Stapleton & Springer
Ryzlink rynsky 2011, domaine Sonberk
CTVRTE Pinot Noir 2013, domaine Stapleton & Springer

Compo_bouteille_repu_tcheque
Stapleton & Springer, le pinot noir rock’n roll

Après un délicieux (et oh combien copieux !) déjeuner local, à base de soupe aux boulettes de viande, et d’un civet de biche en sauce, nous entamons la visite du domaine Stapleton & Springer, à 30km de l’Autriche.
Rencontre avec Jaroslav Springer, figure emblématique du pinot noir tchèque. Sa famille fait du vin depuis 300 ans. Quand il avait 6 ans, un hiver où il était obligé de faire les travaux de la vigne, il a fait si froid que les extrémités de ses doigts ont failli geler. Ce jour là, il s’est juré de ne jamais faire de vin. Comme quoi…on peut toujours changer d’avis.

35_République_tchèque_Stapleton-springer_Winery_Moravie-du-sud_M93A4335_EDT
Amoureux de la Bourgogne, il ne jure que par le pinot noir, un cépage perçu comme “bourgeois“ dans le pays pendant la période communiste. Ses trois fils travaillent avec lui les 23 hectares que compte le domaine.
C’est un passionné et un acharné de travail, qui de surcroît a converti son vignoble de façon organique depuis 2007. Ne lui parlez pas de filtration, il déteste. Et l’homme a ses idées : « Je pense qu’exporter ses vins est stupide. Dans un monde idéal, tout le monde ne devrait vendre sa production qu’au maximum à 200 km à la ronde ». C’est un point de vu et je le respecte.

S’en suit une course à l’oie dans l’enclos qui jouxte le vignoble, pour le repas du soir. Jaroslav, après une traque de quelques minutes, finit par attraper la bête et la saigne sur place, dans l’herbe. De retour au domaine, et pour nous remettre de cette fin de balade mouvementée, Jaroslav prend sa guitare électrique et entame un morceau d’Iron Maiden. Le pinot noir a un air rock’n roll.

35_République_tchèque_Stapleton-springer_Winery_Moravie-du-sud_M93A4305_EDT
Contrairement à la plupart des routes des vins du monde, la route des vins de Moravie est un vaste réseau de voies cyclables, pistes ou sentiers, serpentant à travers les vignes entre villages et autres sites pittoresques, sur plus de 1.200 kilomètres. Une invitation au voyage, et probablement le meilleur moyen de prendre le temps d’admirer la beauté de la République tchèque, en se promenant de cave en cave.
Avis aux amateurs, il se pourrait bien que vous ayez trouvé votre prochaine destination de voyage.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Sonberk, Reisten et Stapleton & Springer pour leur accueil chaleureux.

(1) La seconde région de production étant la Bohème, à l’ouest, avec 730 hectares.
(2) Wine of Czech Republic, 2016.
(3) Le 1er millésime du domaine Reisten date de 2012.

La Suisse, un vignoble aux 3 visages

Il me tardait de vous parler de la Suisse. Un pays que j’aime profondément et où j’ai eu la chance d’habiter il y a une dizaine d’années, pour ma première expérience dans la dive bouteille.

34_suisse_domaine-de-la-maison-blanche_winery_m93a0875_edt
Bienvenue dans un territoire de grands vins, aux paysages verdoyants et à la diversité culturelle unique, au sein duquel 3 mondes que tout semble opposer cohabitent pourtant en parfaite harmonie.
Imaginez : d’un côté la Suisse Romande, où l’on parle français. De l’autre le Tessin, où tout n’est qu’italien. Entre les deux, la suisse alémanique – pièce maîtresse du puzzle – où l’allemand est roi. Et au milieu de tout ça, un “petit“ vignoble au grand charme de 15.000 hectares (l’équivalent du vignoble alsacien – soit 0,2% de la superficie du vignoble mondial (1)), s’étendant d’est en ouest. Visite guidée.

À la découverte des vins d’Argovie

Le choix dans la sélection des domaines à visiter fut complexe, tant les régions viticoles prometteuses sont légions en Suisse. Depuis les merlots du Tessin, en passant par les syrahs du Valais, le gamay genevois, ou encore le chasselas vaudois, le vignoble helvète recèle des trésors. Il compte même un peu plus de 200 cépages à son actif, dont un grand nombre sont autochtones (2).

34_suisse_buchmann-weine-wittnau_winery_m93a0115_edt
Nous décidons d’explorer le canton d’Argovie, au nord. Un petit coin de paradis niché à mi-chemin entre Bâle et Zurich. Nous y sommes attendus par Rahel & Daniel Buchmann, du domaine Buchmann Weine.
“Les vins d’Argovie bénéficient d’un micro climat très propice à la maturité des raisins, avec une belle exposition sud sud-ouest, une altitude moyenne de 500 mètres, la protection naturelle des forêts et de nombreuses vieilles vignes, comme ici avec des riesling-sylvaner (3) de 40 ans“, nous explique Rahel, jeune œnologue brillante qui vient tout juste de reprendre les rênes du domaine familial de 4 hectares.

34_suisse_m93a9269_edt
La région est belle, sauvage et préservée. Dans l’atmosphère, seules raisonnent les cloches des vaches, venues observer les curieux promeneurs que nous sommes. Le ciel dégagé, on aperçoit au loin les Alpes suisses. Le temps est à la méditation.

Vendanges matinales à Chiquet-les-Vins

Continuant notre route vers l’ouest, nous faisons cap sur le canton voisin de Bâle-Campagne, où Claude Chiquet, vigneron en reconversion depuis 10 ans, nous accueille pour une matinée de vendanges sous un doux soleil de fin d’été. Claude, qui dit en riant “ne pas savoir pourquoi il a commencé dans le vin“, a mis de côté sa vie passée dans les énergies solaires pour planter un unique hectare de vigne à Ormalingen, son village natal. 

34_suisse_chiquet-les-vins_winery_m93a0266_edt
Parti de rien, il a voulu faire de Chiquet-les-Vins un domaine 100% bio dès le début. Le choix de cépages interspécifiques – ces fameux PIWI (4) dont nous vous parlions lors de notre visite du vignoble belge – s’est naturellement imposé pour Claude. “Des variétés nouvelles comme le sauvignon-soyhières ou le cabernet-jura ont besoin de quatre fois moins de traitement que des Vitis vinifera classiques et donnent ici de très jolis résultats“.
Et bien qu’ayant (encore) des doutes quant à la complexité des vins issus de PIWI, je dois admettre que les différentes cuvées de Claude m’ont agréablement surpris par leur tenue et leur longueur en bouche. Serait-ce là, l’exception qui confirme la règle ? Affaire à suivre de près lors de prochaines dégustations de ces nouveaux croisements…

34_suisse_chiquet-les-vins_winery_m93a0254_edt
Quelques vins suisses à déguster sans tarder :

Clos du Couvent 2008 (100% chasselas), du Domaine de Maison Blanche
Aspra Maisprach 2014, du domaine Chiquet-les-Vins
Mondeuse Noire & Pinot Noir 2009, du Domaine de Maison Blanche
Mairah 2012, du domaine Chiquet-les-Vins
TEGERFELDEN Cabernet Dorsa 2013, du domaine Buchmann Weine

compo_bouteille_suisse
Sur les bords du lac Léman

À personnage atypique, rencontre hors norme. Bienvenue chez Yves de Mestral, dans le Canton de Vaud. “Quoi de mieux qu’une visite en bateau depuis les eaux calmes du lac Léman, pour mieux comprendre ce terroir unique qu’est Mont-sur-Rolle“ ?, propose notre hôte. Nous voilà embarqués sur le voilier d’Yves, le temps d’un tour d’horizon du vignoble vaudois.

34_suisse_domaine-de-la-maison-blanche_winery_m93a0831_edt
Magnifique domaine en terrasse, aux pentes abruptes et clos de murs, le Domaine de Maison Blanche surplombe fièrement les rives du plus grand lac alpin d’Europe centrale, duquel il puise lumière et énergie.
L’équation idéale pour la culture du chasselas, un cépage blanc originaire de la région, connu pour faire des vins légers (ou comme raisin de table) et pas toujours apprécié à sa juste valeur.

34_suisse_domaine-de-la-maison-blanche_winery_m93a0857_edt
Un défi à la mesure du talent de ce vigneron au caractère bien trempé, qui a osé expérimenter sur ses vins des élevages sur lies ou en barriques, pour le plus grand bonheur de nos papilles. Car ses chasselas sont tout simplement à tomber par terre, tout comme ses cuvées de mondeuse et de pinot noir. Un vigneron à découvrir d’urgence.

Escapade gourmande dans les alpages fribourgeois

Impossible de quitter la Suisse sans vous faire (re)découvrir l’une de ses plus gourmandes et célèbres AOP : le Gruyère. Un fromage d’une grande complexité se mariant à merveille avec les vins blancs suisses. Rendez-vous est pris à la Maison du Gruyère pour une visite du processus de fabrication. Chaque étape est cruciale, depuis le choix du lait d’alpages (comptez 400 litres de lait pour une meule de 35kg !), en passant par le caillage, le bain de sel, la mise en cave et l’affinage (entre 6 et 9 mois pour un goût tendre et fruité, et jusqu’à 24 mois pour les amateurs de sensations fortes). Tout cela déterminera la palette aromatique de ce fromage aux mille et un parfums.

34_suisse_m93a1314_edt
Avec les doigts, sur un morceau de pain, fondu, ou en soufflé, le Gruyère régale et donne envie de chausser les skis.
Et pour ceux qui se poseraient encore la question : non, il n’a pas de trous !!!

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Chiquet-les-Vins, Domaine de Maison Blanche et Buchmann Weine pour nous avoir si chaleureusement accueillis. Et merci tout particulièrement à Philippe Gremaud, de la Maison du Gruyère, pour cette superbe visite privée des coulisses de la fabrication de ce merveilleux fromage.

 

(1) Source OIV 2016
(2) Parmi la multitude de cépages autochtones suisses, figurent notamment l’humagne blanche, la petite arvine et l’amigne en blanc, ou encore l’humagne rouge et le cornalin en rouge
(3) Cépage blanc le plus planté en suisse alémanique, le riesling-sylvaner est avant tout connu sous le nom de müller-thurgau. Il porte aussi les noms de Rivaner (Autriche, Luxembourg et Allemagne), Müller, Müllerka, Müllerovo (Slovaquie), Rizvanac Bijeli et Rizvanec (Croatie, Slovénie).
(4) PIWI vient de l’allemand « PILZWIDERSTANDSFÄHIGE REBSORTEN », qui signifie littéralement « variétés de vigne résistantes aux champignons ». Ils ont été créés par le croisement de cépages européens et de cépages résistants fongiques américains. Ils appartiennent au type Vitis vinifera, car ils ne sont pas à distinguer d’un point de vue taxonomique (classification des espèces). Pour plus d’informations sur ces cépages : http://www.piwi-international.de/en/information-en.html

L’Allemagne, un pays où il fait bon boire

Ayant fait nos adieux à la Suède, nous quittons la fraîcheur des journées scandinaves pour rejoindre l’Allemagne, où nous attendent quelques producteurs atypiques.
Nous optons pour une traversée en ferry de nuit. Départ à 23h30 de Trelleborg. Arrivée à Rostock au petit matin. Comptez 6 à 7h de traversée pour un prix moyen de 69€/personne (prise en charge du camping-car comprise) (1). Une option peu coûteuse, certes ; mais quelque peu sportive pour trouver le sommeil lorsque l’on n’a pas le pied marin !

allemagne_schloss_vollrads_winery_hesse_m93a7733_edt
La vallée de l’Ahr, paradis du pinot noir

Après avoir rechargé les batteries le temps d’un week-end à Cologne chez ma cousine Amélie, direction l’Ahr, l’une des plus petites régions viticoles allemandes, avec à peine 558 hectares plantés (2).
Ici, place aux cépages rouges (3) ! Car bien que l’Allemagne soit principalement connue pour ses (grands) rieslings, elle abrite dans la vallée de l’Ahr une production de Spätburgunder (4) de haute volée. Comment est-ce possible, me direz-vous ? Grâce à un microclimat unique. Cet affluent du Rhin, composé majoritairement d’ardoise – une roche métamorphique qui emmagasine la chaleur – profite de versants exposés plein sud et inondés de soleil, pour le plus grand bonheur du pinot noir.
Résultat, des vins gourmands, frais et d’une grande finesse, aux tannins délicats comme ceux du domaine J. J. Adeneuer, à Ahrweiler.

Le riesling, un vin blanc aux arômes… de pétrole 

Si je devais choisir parmi trois vins à emporter sur une île déserte, je mettrais à coup sûr une bouteille de riesling allemand dans ma glacière ! 

allemagne_schloss_vollrads_winery_hesse_m93a6543_edt
Car le riesling a mille et un parfums, mille et une facettes, rendant son exploration infinie. De sec à sucré, en passant par moyennement sec ou très sucré, tantôt effervescent, tantôt botrytisé, voir partiellement fermenté (lorsqu’il reste des sucres résiduels), il n’a de cesse de surprendre et peux s’accorder avec tous les moments de la vie. Bref, vous l’aurez compris : je suis un inconditionnel de ce cépage !

C’est vers la non moins célèbre région du Rheingau (une fois n’est pas coutume) que nous faisons cap à présent, tentant de percer les mystères du riesling. Un cépage qui développe – paraît-il – des arômes de “pétrole“ avec le temps, nous explique-t-on chez Georg Breuer. Le domaine est connu pour conserver une quantité impressionnante de vieux millésimes en cave.

allemagne_heisse_weingut_georg_breuer_winery_m93a6556_edt
Défaut dans les jeunes vins pour certains, qualité recherchée dans de vieux flacons pour d’autres, les fameuses notes de pétrole dans le riesling n’ont de cesse de faire couler de l’encre. Personnellement, elles m’envoûtent. Conclusion, goûtez ces vins hors normes et posez-vous la question : est-ce que je trouve cela agréable ou pas ? Personne ne le dira mieux que vous.

En Rheingau, mieux vaut ne pas avoir le vertige !

Il y a seulement 30 000 ans, la mer était encore présente dans cette partie du monde. Elle a laissé en témoignage des sols riches en minéraux et sédiments. Ainsi que de magnifiques et vertigineux vignobles le long du Rhin, aux pentes aussi abruptes que rocailleuses, où il faut parfois s’encorder pour ne pas tomber !
“C’est ce qui fait le charme et le caractère unique de nos vins“, nous explique Moritz Nagel, directeur marketing du domaine Schloss Vollrads, un château du début du XVIIe siècle dont on ne peut que tomber sous le charme.


allemagne_heisse_m93a6688_edt
Outre ses 80 hectares plantés exclusivement en riesling, Schloss Vollrads recèle des trésors, comme les plus anciennes archives de ventes de vin en Allemagne datant de 1211, ou encore une salle aux murs tapissés de cuir et d’inserts en or (seulement deux pièces comme celle ci dans le monde, dont une plus petite à Cordoue, en Espagne).
Un domaine à visiter d’urgence, où vous pourrez déguster une grande partie de la gamme sur place, et même observer des chauves-souris à la nuit tombante, pour découvrir leur impact bénéfique sur l’écosystème local.

Quelques vins allemands à découvrir :
Kerner Spätlese 2014, du domaine Weingut Klös
Riesling Alte Reben 2005, du domaine Schloss Vollrads
Riesling Berg Schlossberg Auslese 2010, du domaine Georg Breuer
Trockenbeerenauslese 2010, du domaine Schloss Vollrads
Pinot Noir Kräuterberg VDP–Grosses Gewächs 2011, du domaine Weingut Adenauer

compo_bouteille_allemagne
Weingut Klös, le petit poucet de la Rheinhessen

Bien que la Rheinhessen soit connue pour être la plus grande région de production allemande (5), notre amie Helanie (œnologue en Afrique du Sud et notre première rencontre dans le projet !), nous recommande vivement d’y explorer le domaine Weingut Klös. Rencontre avec Matthias et Simone Klös, deux frère et sœur à contre courant de la région et qui font des 3 hectares du domaine familial une production fort intéressante.
Simone, consultante pour une trentaine de domaines dans la région, nous explique l’importance de son métier depuis son laboratoire d’analyses. “Le côté apprenti chimiste du vin n’a pas toujours bonne presse, il est pourtant fondamental pour assurer au consommateur un produit fini, irréprochable et stable“. Une seule règle : l’hygiène.
J’apprends à détartrer des cuves avec Simone. Sauf que je ne vais pas assez vite et que je me fais reprendre… à juste titre. On ne rigole pas avec la propreté !

allemagne_weingut_klos_winery_rheanie-palatinat_img_1140_edt
L’apprentissage terminé, Simone nous emmène découvrir les “Hohlweg“ (ou chemins creux), ces voies traditionnelles de circulation situées entre deux talus – en général plantés d’arbres – reliant les parcelles agricoles aux villages, hameaux et fermes. Des chemins étroits et difficiles d’accès pour les machines agricoles, mais que l’on conserve comme patrimoine culturel : ils ont joué un rôle majeur de protection, pour les soldats et la population lors de la Seconde Guerre mondiale.

allemagne_weingut_klos_winery_rheanie-palatinat_m93a8177_edt
En conclusion de notre séjour allemand, nous sommes invités à prendre place dans le cockpit à vison panoramique d’un immense Ero grapeliner 6175, pour assister aux vendanges mécaniques du voisin des Klös. Enjambant littéralement le rang de vigne, l’engin fait preuve d’une impressionnante dextérité. D’abord il secoue les pieds de vigne, puis sépare les feuilles et la rafle des baies, collectant ces dernières dans une benne séparée. Tout cela à une vitesse moyenne de 3,7 km/h. Bluffant… 

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Weingut Adeneuer, Schloss Vollrads, Georg Breuer et Weingut Klös pour nous avoir chaleureusement reçus. Et merci tout particulièrement à Amélie Boudin, Moritz Nagel et à la famille Klös pour leur accueil.


(1) Pour plus d’informations sur les traversées en ferry entre la Suède et l’Allemagne : http://www.directferries.fr/?_ga=1.236306113.1730865352.1472560082
(2) Avec  seulement 558 hectares de vigne pour une superficie totale plantée de 102 000 hectares, la vallée de l’Ahr ne compte que pour 0,5 % du vignoble allemand. Source : Sud de France.
(3) L’Allemagne compte désormais 40% de vin rouge dans sa production annuelle ; dont environ un tiers de pinot noir.
(4) Spätburgunder est le nom allemand du pinot noir
(5) La Rheinhessen (ou Hesse-Rhenanie en français), est la première région viticole allemande avec 26.000 hectares de vigne.