Le Maroc, un vignoble en pleine mutation

Depuis 40 ans, le vignoble marocain est en mutation. On y voit une diversité de styles affichés et la réhabilitation de vignobles oubliés. Pour notre plus grand bonheur. Car n’oublions pas que le Maroc reste l’un des berceaux des dernières vignes sauvages. Un Royaume où les premiers vins furent élaborés vers le VIe siècle av. J.-C., lors des installations des comptoirs phéniciens et grecs.

Méditerranée_Maroc
Aujourd’hui, treize domaines redonnent au Maroc ses lettres de noblesse, se partageant près de 7 000 hectares de vigne, pour environ 50 millions de bouteilles produites par an(1). On y compte même trois AOC et quelques AOG(2). De quoi ravir notre curiosité. De Meknès à Casablanca, tour d’horizon d’un vignoble placé sous le signe du soleil.

Le long des contreforts du Rif, la vigne

Embarquant avec notre camping-car depuis l’Espagne, à bord du ferry de la société FRS, il nous faudra à peine une heure de traversée pour rallier Tarifa à Tanger. Puis un peu moins de deux heures pour rejoindre la région de Meknès, au nord, sur un réseau routier aussi neuf qu’agréable à conduire.

Méditerranée_Maroc
Notre première visite nous amène entre Rabat et Fès, au domaine Castel (Société de Vinification et de Commercialisation du Maroc), l’un des acteurs majeurs du pays. Nous arrivons soudain, aux pieds du Mont Zerhoun, face aux contreforts du Rif, où s’étendent des hectares de vigne à perte de vue. Le spectacle est grandiose.

Malgré l’altitude (700m), il fait déjà 32°C à 10h du matin lors de notre visite à la mi-août. « Les températures sont montées jusqu’à 46-48°C en juillet », nous raconte Paul D’Herbès, l’œnologue du domaine. Nous visitons le vignoble de 500 hectares, d’une seule parcelle, majoritairement planté en cabernet sauvignon, merlot, syrah, grenache et cinsault, et travaillé en culture raisonnée(3).

Méditerranée_Maroc
Au total, le domaine Castel s’étend sur 1400 hectares. L’une des spécialités du domaine – qui produit une large gamme de vins – est le Vin Gris, un délicieux vin à la couleur rose pâle, très rafraîchissant et obtenu par pressurage direct des raisins grenache et cinsault.

Les Celliers de Meknès, à l’initiative de la première AOC du Maroc

Bienvenue aux Celliers de Meknès, le long des contreforts de l’Atlas. Avec 2400 hectares de vignes, c’est le principal – et incontournable – acteur de la viticulture marocaine depuis les années 50′.

Méditerranée_Maroc
Grâce à la protection des montagnes, la région reste tempérée, avec 34°C en moyenne l’été, et de fortes variations climatiques en hiver. Il n’est d’ailleurs pas rare d’y voir de la neige en janvier. Un terroir bien spécifique, aux terres grasses et argileuses uniques, que Brahim Zniber, fondateur des Celliers de Meknès et premier producteur de vin du Maroc(4), a toujours souhaité mettre en avant.

Les Celliers de Meknès furent ainsi les pionniers dans la mise en place d’appellations d’origines contrôlées, avec la création en 2005 des Coteaux de l’Atlas, la première AOC marocaine. Puis en 2012, avec la première méthode traditionnelle du Royaume et la création de l’AOC Crémant de l’Atlas.

Méditerranée_Maroc
« Nous sommes également en train de convertir 400 hectares en agriculture biologique depuis cette année », nous confie Josselin Desprez De Gesincourt, le directeur export. Une initiative à souligner et qui s’inscrit dans le renouveau du vignoble marocain. Les vins du Château Roslane, la propriété iconique des Celliers de Meknès, sont très prometteurs, surtout en rouge (cabernet sauvignon, merlot et syrah). Un très joli domaine que l’on peut visiter et qui ouvrira prochainement un hôtel de luxe et un restaurant gastronomique. Avis aux amateurs.

La région de Rommani retrouve un nom

Autre belle découverte : la région de Rommani, dans la province de Khemisset (à mi-chemin entre Rabat et Fès). Probablement l’un des terroirs les plus prometteurs du Maroc, avec en moyenne 5°C de moins qu’à Meknès. Un point très appréciable pour les occidentaux que nous sommes!

Méditerranée_Maroc
Visite de l’Hacienda des Cigognes, pionnier viticole de Rommani. Un domaine à l’initiative de la famille Moullablad, installée dans la région depuis 1914. Dans les années 90, Abdeslam Moullablad et son fils Karim, l’actuel propriétaire, replantèrent le vignoble sur ces anciennes terres viticoles, redonnant ainsi vie à la viticulture dans la région.

La nouvelle cave, en construction, affiche déjà de somptueuses voûtes, dites « cathédrales ». Une forme de cave en hauteur, typique au Maroc, permettant une meilleure aération des bâtiments et jouant un rôle de régulateur thermique naturel. Les cuves sont principalement en béton, pour une production de vins sur le fruit et avec davantage de fraîcheur. L’ensemble est très impressionnant. Il faudra cependant patienter encore quelques mois pour voir éclore le premier millésime…qu’il nous tarde déjà de goûter!

Méditerranée_Maroc
En attendant, nous découvrons les 98 hectares de vigne du domaine, répartis sur deux sites et principalement plantés en merlot, cabernet sauvignon, syrah, carignan et tempranillo. Les équipes sont en pleine vendange.

« Au Maroc, ce sont les femmes qui font la vendange, tout comme la taille et les autres travaux méticuleux de la vigne », nous explique Boris Bille (sommelier et membre Fondateur de l’Association des Sommeliers du Maroc(5)), lors de la visite. 

Méditerranée_Maroc
Avec la grande variété de tuniques des travailleuses, toutes plus colorées les unes que les autres, la vigne a comme un air de fête.

Autre fer de lance de l’AOC Côtes de Rommani : La Ferme Rouge. Créé en 1908, le domaine est aujourd’hui entre les mains de l’oenologue français Jacques Poulain. « La Ferme Rouge jouit d’une situation unique en plein cœur de la région des Zaërs : à 450m d’altitude et à 45 km de l’océan, le vignoble bénéficie toujours d’une forte influence atlantique. Il est également protégé à l’ouest par les vallées de l’oued Korifla et au sud par les premiers contreforts du Moyen-Atlas », nous explique Jacques.

Méditerranée_Maroc
Ce domaine de 300 hectares, planté d’un seul tenant, présente une richesse de sols exceptionnels : sables anciens, argiles rouges, schistes et glaise ferrique, sur des sous-sols argilo-calcaire. Les vins sont vinifiés et élevés dans un chai ultra moderne. La Ferme Rouge a tout pour faire de très jolis vins.

Des vins rouges généreux et gourmands

Notre séjour s’achève à 50 km au nord-est de Casablanca, au Domaine des Ouled Taleb de Benslimane, exploité par la société Thalvin depuis 1968 et désormais entre les mains de la famille Zniber.

Méditerranée_Maroc
Cette magnifique propriété, créée en 1926, est la plus ancienne cave viticole encore en activité au Maroc. Le domaine a vu se succéder ces dernières années deux œnologues français, aussi talentueux que sympathiques : Jacques Poulain (désormais à La Ferme Rouge) et Stéphane Mariot, directeur du domaine depuis 2011.

Thalvin est un formidable exemple du potentiel du vignoble marocain pour produire des vins rouges généreux et gorgés de fruits. Notamment autour du cépage rouge arinarnoa, une découverte pour nous.

Méditerranée_Maroc
Ce croisement entre les cépages tannat et cabernet sauvignon, produit des vins gourmands, sur des notes de mûre et de myrtille. Ce domaine de 240 hectares est également planté en sauvignon blanc, chardonnay, viognier, syrah, grenache, cinsault, merlot et cabernet sauvignon. Ici aussi, c’est la vendange. Et l’enthousiasme des travailleurs autour de nous, tout comme l’effervescence qui règne sur le domaine, font plaisir à voir!

Nous ne pouvions conclure ce séjour sans évoquer Aït Souala, l’ancienne cave viticole d’État, dont nous avons eu la chance de pouvoir visiter les vestiges ; la cave ayant arrêté son activité avec le millésime 2011.

Méditerranée_Maroc
Un moment intense et chargé d’émotion, dans ces lieux aujourd’hui fantomatiques et qui furent, pendant la période faste du vignoble marocain (1970-1990), rien d’autre que la plus grosse cave coopérative au monde, avec quelques 650 000 hL de capacité.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Castel (Société de Vinification et de Commercialisation du Maroc), Celliers de Meknès, La Ferme Rouge, Thalvin et à l’Hacienda des Cigognes, pour leur accueil chaleureux. Un immense merci à Driss Mouhib, Josselin Desprez De Gesincourt et Boris Bille, pour nous avoir organisé ce programme marocain haut en couleurs. Enfin, merci à Karim Moullablad et à toute l’équipe de l’Hacienda des Cigognes, pour ces magnifiques chapeaux traditionnels qui nous ont été offerts, clin d’œil amical aux chapeaux traditionnels des travailleurs dans le vignoble.


(1)
Chiffres 2016.

(2) Le Maroc compte trois appellations d’origine contrôlée (AOC) : Coteaux de l’Atlas, Côtes de Rommani, et Crémant de l’Atlas ; six principales appellations d’origine géographique (AOG) : Zaer, Zenata, Ben M’tir, Guerrouanne, Zemmour et Berkane.
(3) La culture raisonnée est l’application à la viticulture du concept d’agriculture raisonnée, c’est à dire des démarches globales de gestion d’exploitation qui visent, au-delà du respect de la réglementation, à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l’environnement et à en réduire les effets négatifs, sans remettre en cause la rentabilité économique des exploitations.
(4) Brahim Zniber, qui s’est éteint en septembre 2016 à l’âge de 96 ans, fut un homme d’affaires, agriculteur et vigneron marocain, connu comme étant l’un des pionniers du renouveau de la viticulture marocaine.
(5) Créée en 2012, l’Association des Sommeliers du Maroc (ASMA) permet au Royaume de se doter de la première association de sommeliers d’Afrique et d’intégrer l’élite de la sommellerie internationale. À sa tête, Michèle Chantôme, qui est également secrétaire de l’Association des Sommeliers Internationale (ASI).