Michael Weder : un vigneron-distillateur Namibien

« Le “secteur » du vin en Namibie est dans sa phase infantile »

Michael Weder @ Kristall Kellerei

Michael Weder @ Kristall Kellerei


WINE EXPLORERS : Quel est votre parcours ? Avez-vous un lien avec le vin ?
MICHAEL WEDER : J’ai une formation en droit du travail et non dans la fabrication du vin. En revanche j’étais depuis des années membre d’un club de dégustation, car j’aime le plaisir de boire un bon verre de vin, et j’ai assisté à deux cours de vinification pour « faire du vin de garage » à l’Université de Stellenbosch (Afrique du Sud).

WE : Comment avez- vous eu cette idée folle de faire du vin en Namibie ?
MW : Quand nous avons eu la chance d’acheter le domaine Kristall Kellerei en Mars 2008, Katrin (ma femme) et moi avions toujours décidé de posséder une entreprise où nous pourrions travailler ensemble. Nous avions également décidé depuis longtemps que cette affaire devrait être à Omaruru, là où se situe le domaine, mais pourquoi – ça je ne peux pas vous le dire. C’était un grand défi pour nous deux et nous l’avons apprécié depuis le début.

WE : Qu’est-ce qui fait la spécificité de Kristall Kellerei ?
MW : L’altitude ici est de 1220m au-dessus du niveau de la mer, ce qui apporte un peu de fraîcheur au vignoble pendant la nuit. Les sols sont sablonneux avec un peu d’argile et ne sont donc pas trop fertiles, ce qui est bon pour les vignes car elles doivent se battre pour trouver des éléments nutritifs en profondeur et sont donc plus vigoureuses. Nous avons environ 2,8 hectares en production actuellement (mais le total sera porté à 6 hectares au cours des deux prochaines années). Le Colombard est le principal cépage blanc planté (avec quelques pieds de Chenin Blanc et de Sauvignon Blanc) et le Tinta Barocca domine pour les rouges (avec un soupçon de Ruby Cabernet, de Cabernet Sauvignon, de Syrah et de Pinotage). La météo est un sacré défi dans la région d’Omaruru : la plupart du temps il fait chaud et sec, avec des précipitations en été,  juste avant les vendanges,  de l’ordre de 280mm. Donc, nous devons être très vigilants avec les dates de récoltes.

COMPO_KRISTAL KELLEREI
WE : Quelques détails sur vos cuvées ?
MW : Nos deux vins sont des assemblages  de caractère plutôt sec (sans trop l’être non plus). Nous utilisons des cuves en acier inoxydable pour l’élevage des vins, ce qui amène de la fraîcheur, ainsi que des levures françaises pour la fermentation.
Rüppel’s Parrot Colombard, notre blanc, est un assemblage de Colombard (95 %) , plus une touche de Sauvignon blanc et Chenin blanc. Le rouge, Paradise Flycatcher, est un assemblage de Tintat Baroca (30 %), Syrah (25 %), Ruby Cabernet (25 %), Malbec (15%) et Pinotage (5 %).

WE : Quelle est votre stratégie de marché en termes de ventes ?
MW : Actuellement nous produisons trop peu de vin pour penser à exporter (environ 4500 bouteilles). Cela va changer dans les douze prochaines années car nous avons une vision de croissance à moyen-long terme. Actuellement, la plupart de nos ventes ont lieu sur place au caveau, et quelques hôtels et restaurants haut de gamme en Namibie reçoivent également de petites quantités pour leurs cartes des vins.

WE : Vous êtes également très connu pour vos spiritueux. Pourquoi cette diversification en plus du vin ?
MW : Depuis le début nous avons une bonne réputation pour nos spiritueux, et depuis quelques temps nous avons une reconnaissance internationale. Lorsque nous avons acheté Kristall Kellerei la distillation faisait déjà partie du domaine et nous avons décidé de continuer, encore une fois par plaisir et par défi. Distiller des spiritueux reste plus facile à faire que de produire du vin, car vous êtes moins dépendant de problématiques comme les conditions météorologiques, les maladies de la vigne. Et c’est un complément fantastique pour la gamme Kristall Kellerei.

WE : Quelques mots sur vos spiritueux ?
MW : Nous distillons actuellement du Colombard (Nappa), des figues de Barbarie (Matisa), une variété d’oranges nommée “corky monkey-orange“ (Lumela) et un spiritueux à base de pomme-grenade (Granate).

Michael Weder 1
WE : Comment voyez-vous l’industrie du vin namibien de nos jours ?
MW : Le “secteur » du vin en Namibie est dans sa phase infantile et j’espère que cela va se développer. Les premiers vins ont été faits par les frères catholiques dans les environs de Windhoek – vers 1894 – mais cela a été interrompu en 1978 lorsque le dernier maître de chai est décédé. La deuxième tentative de vinification et de distillation en Namibie s’est faite ici, à Kristall Kellerei, lorsque les premières vignes (Colombard) ont été plantées en 1990 par le premier propriétaire, Helmuth Kluge. Il existe deux autres principaux vignobles, qui tous deux sont également gérés par des vignerons amateurs. D’un côté il s’agit d’un handicap grave en termes de connaissances et de compétences nécessaires à la production de grands vins; mais cela laisse également beaucoup de place à l’innovation.

WE : Quels sont vos projets pour l’avenir à la cave ?
MW : Nous allons augmenter la superficie de plantation du Colombard, notre principale variété, et nous nous amusons aussi avec l’idée de planter quelques cépages peu connus dans un futur proche… Surprise !

Wine Explorers’ment votre,
JBA

 Pour plus d’informations : www.kristallkellerei.com

Quand (désert) Namibien rime avec Vin

Départ de l’aventure namibienne à Upington, dans la Orange River, à la limite entre l’Afrique du Sud et la Namibie. Passage de frontière opéré, en route pour un périple en voiture long de 2600 km !

Sud de la Namibie - 40° degrés dans l'air

Sud de la Namibie – 40° degrés dans l’air


La Namibie est une succession de cartes postales. Un patchwork à ciel ouvert. Des étendues arides du sud, aux dunes de l’ouest – les plus vieilles dunes au monde, datant de plus de 3 millions d’années, en passant par les montagnes du nord et les contrées verdoyantes à l’est, chaque paysage rivalise de beauté et vous laisse rêveur. Le pays compte 2,11 millions d’habitants pour 825 418 km2* (30 fois moins d’habitants qu’en France pour un territoire 20% plus grand)…et cerise sur le gâteau : 4 domaines viticoles !

Difficile de produire du vin lorsque la saison des pluies est en été (principalement janvier-février, à l’approche des vendanges) et qu’il fait en moyenne 40°c…mais loin d’être impossible. La preuve.

1ère étape : Neuras Wine and Wildlife Estate
Bienvenue en plein milieu du désert namibien. A 1200m d’altitude et à 80km des dunes mythiques de Sossusvlei, le domaine Neuras compte un peu moins de 2 hectares de vigne pour une production annuelle de 3000 bouteilles. Neuras fait partie de la fondation Naankuse, qui aide à la préservation et à la réinsertion d’animaux sauvages comme le léopard, et dans laquelle Brad Pitt et Angélina Jolie sont impliqués, leur fille Shiloh Nouvel, étant né en Namibie à Swakopmund. Les vignes furent plantées en 1997 et le premier millésime date de 2001. Deux cuvées : Neuras Shiraz (100% Shiraz) et Namib Red (un  assemblage 80% Shiraz, 20% Merlot). Agréable surprise pour ces deux vins rouges élevés 9 mois en barrique de 2 à 4 vins et titrant à 13,5% d’alcool. La bouche est légère mais le fruit est présent, ce qui donne des vins frais et de plaisir immédiat. Vins à déguster sur place avec une pièce de bœuf namibienne, juteuse et cuite sur la braise !
Plus d’informations : http://www.naankuse.com/neuras-estate-of-naankuse

Neuras Wine and Wildlife Estate

Neuras Wine and Wildlife Estate


2ème étape : Kristall Kellerei Winery
Une sacrée histoire pour ce domaine de 4,5 hectares créé en 1990 par Helmuth Kluge, pionnier de la viticulture moderne en Namibie, et repris en mars 2008 par Katrin et Michael Weder, un couple adorable qui nous a accueilli 3 jours pour que nous puissions expérimenter les vendanges avec eux. Un grand moment ! Nous sommes ici à Omaruru, à 200 km au nord ouest de Windhoek, la capitale. C’est là, à 1400 mètres d’altitude, que la production de vin et la distillation de brandy – à base de raisins mais aussi de plantes – cohabitent en parfaite harmonie. D’ailleurs le Colombard, le cépage dominant du domaine, sert à la production des deux. Leur blanc, Rüppel’s Parrot, un 100% Colombard léger, qui tend vers des notes d’agrumes et de poire, est un parfait rafraîchissement. Le rouge du domaine, Paradise Flycatcher, est un assemblage de Tintat Baroca (30%), Shiraz (25%), Ruby Cabernet (25%), Malbec (15%) et Pinotage (5%). Son nez de pruneau rappelle les arômes du Porto. Un vin qui se laisse boire facilement.
La spécialité maison : MATISA Prickly-Pear, un brandy à base de fleurs de cactus du domaine !
Plus d’informations : www.kristallkellerei.com

Vendanges @ Kristall Kellerei

Vendanges @ Kristall Kellerei


3ème et dernière étape : la région d’Otavi, territoire des babouins
Nous sommes encerclés de montagnes, à 1300 mètres d’altitude. A la nuit tombée la fraîcheur se fait sentir. Au loin on entend les babouins crier, c’est impressionnant. Devant nous, à seulement 1,5km de distance, deux domaines viticoles se font face.
Tonningii Wynkelder, créé en 1990 et dont les vignes furent plantées en 1998 est le plus vieux domaine d’Otavi. C’est également la ferme du Docteur Boshoff, un homme touchant et proche de la nature. Le matin, le Docteur Boshoff consulte dans son cabiner d’Otavi. C’est une star locale dans la région, tous les africains le connaissent. L’après-midi, il troque sa blouse pour une casquette et file au pas de course dans son domaine, à 10km de là, pour s’occuper de son vignoble, sa 2ème passion, mais également prendre soin de ses poules, de ses cochons et de ses vaches. Il a même recueilli un bébé élan il y a quelques années, auquel il a coupé les bois pour ne pas qu’il blesse sa femme. Car les deux sont inséparables. Un médecin-fermier-vigneron en Namibie… j’adore ! Son vin : 1 petit hectare de Shiraz pour une cuvée unique. “Bien sûr il y a un peu de Cabernet Sauvignon, de Pinotage, de Merlot et de Chardonnay, mais c’est juste pour le plaisir d’expérimenter, je ne les mets pas en bouteilles“, nous raconte-t-il avec humour.

Dr. Boshoff & son élan

Dr. Boshoff & son élan


De l’autre côté de la voie de chemin de fer, au bout d’un chemin envahi par les herbes hautes, se trouve le domaine Montavi, tenu par Laurent Evrard & Stefan and Martha Schulz, un binôme franco-allemand. La semaine ils travaillent et vivent à la capitale. Le week-end, ils prennent la voiture et parcourent les 360 km qui les séparent du domaine, juste pour la passion du vin. Pour le moment leur Syrah, Mourvèdre, Viognier et leur Cabernet –Sauvignon ne sont pas commercialisés. Les vins n’ont même pas d’étiquette ! Ces deux passionnés ont appris sur le tas et s’amusent. “Chaque année nous apprenons un peu plus, nous achetons des équipements supplémentaires. Pas à pas nous évoluons, toujours en prenant du plaisir“, nous dit Laurent. Un jour peut-être, ils commercialiseront. Nous avons passé le week-end avec eux à vendanger le Cabernet Sauvignon et le mourvèdre. Un très bon moment. Un vin de copains. Et scoop pour Wine Explorers : le millésime 2013 sera à la vente au printemps !

La Namibie n’est pas (encore) une grande nation du vin. Mais les apprentis-vignerons que nous avons rencontré nous ont tous démontré une chose: quand on a le coeur sur la main, on peut faire du bon vin !

Paysage désertique Namibie
Un dernier stop à Windhoek pour apprécier une bière chez Joe’s Beerhouse, le spot branchouille et incontournable de la capitale. Une bonne nuit de repos suivi d’un fantastique petit déjeuner en pleine campagne chez Voigtland Guesthouse, à  quelques kilomètres de l’aéroport international Hosea Kutako de Windhoek. Et nous voilà repartis. Direction le Zimbabwe !

 WineExplorers’ment votre,
JBA

 *source : wikipedia