Le Japon, un pays hors du temps

Bienvenue au pays du Soleil-Levant.

Laissez-vous guider par cette énergie et cette atmosphère uniques qui vous entourent. Merci d’enlever vos chaussures et de bien vouloir les laisser dans l’entrée. Ici chez l’habitant – comme dans beaucoup de restaurants – on enfile des pantoufles (Geta Kiri) ou on se promène en chaussettes, c’est signe de respect des traditions.

11_Japon_M93A7483_EDT1


Tokyo, une mégalopole unique au monde

Car de traditions, le Japon en est rempli. Et de contrastes aussi ! Tokyo en est l’illustration absolue. Bienvenue dans un autre monde, d’un autre temps, loin de tous les codes établis, aux antipodes de notre quotidien d’occidentaux.
Visite guidée quartier par quartier. Dans la journée, admirez la beauté du parc impérial à Kokyoo, arpentez les sanctuaires shintoïstes à Meiji Jingu, arrêtez vous devant le temple Sensoji à Asakusa, puis perdez-vous dans les dédales de ruelles du quartier traditionnel de Jimbocho. Vous y sentirez une atmosphère zen, calme, apaisante, où la quiétude règne en maître.

11_Japon_COMPO_LIFESTYLE_JAPON
Le soir tombé, changement de décor. Le rideau tombe. Les bureaux se vident. Le stress accumulé au travail doit être évacué – car au Japon on passe sa vie au travail et inversement le travail guide une vie. Alors on desserre la cravate et on va faire la fête entre amis, on boit dans les bars japonais de la Golden Gai à Shinjuku, on s’encanaille dans les bars de Roppongi, on partage un verre en charmante compagnie dans les « maid café » aux couleurs de manga d’Akihabara, on refait le monde en admirant les illuminations de Shibuya ; jusqu’à plus soif.

On dit ici que si tu n’es pas né japonais, tu ne seras jamais considéré comme étant intégré à la culture japonaise – même après une vie d’expatrié passée dans le pays, même en parlant couramment la langue. Car seul un japonais peu vraiment comprendre le Japon…de l’intérieur.
Je pourrais écrire ici des pages et des pages sur la beauté des contrastes de ce pays. Nous en sommes tombés profondément amoureux.

11_Japon_DSC00014_EDT
Mais place au vin ! Car bien que le pays soit connu dans le monde entier pour son Nihonshu (le vrai nom du Saké Japonais), tout comme pour son whisky – le Japon est tout de même le 1er pays producteur au monde de whisky…oui, oui ! – c’est bien pour le vin que nous sommes là, parole de Wine Explorers. Et ça tombe bien la vigne pousse un peu partout au Japon, depuis l’île d’Hokkaido au nord – où l’on peut trouver de jolis pinots noirs, et jusqu’à Kyoto et Kobe au sud.

Yamanashi, la grande région de production

Au pied du Mont Fuji, à moins de deux heures en train au sud ouest de Tokyo, dans la préfecture de Yamanashi, se trouve la principale région de production de vin du Japon. Une première excursion improvisée nous permet de visiter quelques domaines et de déguster leurs vins : Château KatsunumaChânmoris, ou encore Château Mercian.

11_Japon_M93A6880_EDT1
Nous apprenons que le Koshu et le Muscat Bailey A sont respectivement les deux cépages blanc et rouge traditionnels du Japon. Deux hybrides qui résistent mieux que les cépages traditionnels à l’humidité, à la pluie et aux typhons d’été. Le Koshu est généralement un cépage blanc très léger, avec des notes florales. Au contraire le Muscat Bailey A est un cépage facilement reconnaissable à l’aveugle : quelle que soit la façon dont il est travaillé, il a toujours un délicat nez de fraise des bois écrasée entre les doigts.
Nous apprenons aussi qu’au Japon la plupart des vignes pousse en pergola: cela permet d’agrandir la surface foliaire en hauteur et donc de réduire la densité de plantation (nombre de pieds de vigne à l’hectare) pour protéger les sols de l’érosion – extrêmement présente et menaçante sur les flancs de coteaux – ainsi que des maladies de la vigne.

Vignes en pergola

Vignes en pergola


Puis vient le temps des invitations : chez Suntory, où l’on produit notamment un liquoreux digne d’un délicieux Sauternes (et où nous avons dégusté au déjeuner de jeunes pousses de vigne frit…un délice !), chez Katsunuma Jozo Winery,  nous avons dégusté des Koshu incroyables et d’une grande finesse, et enfin à Coco Farm & Winery, un domaine unique où les travailleurs de la vigne sont des personnes handicapées. Le Japon est bel et bien un pays du vin !

Zoom sur Coco Farm & Winery, un modèle d’humanisme

Au nord de Tokyo, dans la région d’Ashikaga, se trouve le domaine Coco Farm & Winery, un exemple en matière d’oenotourisme et d’intégration de travailleurs handicapés. 5 hectares de vigne plantés en 1984 par Mr Noboru Kawata, le fondateur du domaine, sur des sols volcaniques datant du jurassien. Au total ce sont plus de 15O travailleurs handicapés, répartis entre la vigne et les travaux de la ferme qui vivent ici en harmonie, chacun avançant à son propre rythme.

11_Japon_IMG_6966_EDT
Le domaine offre une vingtaine de vins différents à la dégustation et à la vente, dont un délicieux effervescent brut 100% élaboré à base de Riesling Lion (un hybride entre le Riesling et le Koshu St Jacques). Tout ici est estampillé aux couleurs du domaine : couverts, nappes, serviettes et tabliers, accessoires vin, caisses bois, paniers garnis… ; soigneusement étudié pour satisfaire le client. Même le vin est choyé : le chai est bercé par du Mozart. Les ondes, paraît-il, ont des effets bénéfiques sur le vin !

11_Japon_M93A7147_EDT11
Le restaurant est plein. L’ambiance est chaleureuse. Les touristes accourent de tout le Japon et même bien au delà. Il fait bon vivre à Coco Farm & Winery.

Quelques coups de cœur de notre séjour

Les conditions climatiques du Japon n’aident pas à la culture de la vigne. Et pourtant… On y trouve de très jolis vins. La preuve.

11_Japon_COMPO_VIN_JAPON
*Aruga Branca Pipa Koshu 2010 du domaine Katsunuma Jozo Winery
Quelle finesse dans ce blanc 100% Koshu ! Un pur délice. Elevé 7 mois en barriques françaises, le vin développe des notes de miel, d’abricot et d’accacia. Une bouche délicate, vive et avec beaucoup de longueur. Un très beau gras en finale. Ca c’est du Koshu.
*Tsuki o matsu 2012 (“Here comes the moon“) du domaine Coco Farm & Winery
Un vin blanc surprenant, 100% Kerner, avec un nez de rhubarbe et de kiwi. Vif et frais en bouche. Très jolie tension. Parfait pour un apéro entre amis ; ou en charmante compagnie.
Prix caveau : 3 000 ¥ (environ 21.5 euros)
*Kaze no rouge 2011 du domaine Coco Farm & Winery
Un vin rouge avec 75% de Zweigelt (un de mes cépages autrichiens préférés) et 25% de Merlot. Notes d’épices (poivre blanc) et de fruits noirs au nez. Bouche fraîche avec un fruit croquant.
Prix caveau : 2 700 ¥ (environ 20 euros)
*Japan Premium Shiojiri Muscat Bailey A 2011 du domaine Suntory
100% Muscat Bailey A. Fermentation en cuve inox suivie d’un élevage d’un an en barrique de plusieurs vins. Ici on a fait le choix de laisser un peu de rafle pendant la fermentation. Nez de fraise écrasée, de framboise plus discrète. Bouche avec un côté caramel,  fruits rouges et fraise. Légèrement sucré.
Prix caveau : 2 600 ¥ (environ 19 euros)
*Tomi Noble d’Or 1997 du domaine Suntory
Une surprise de taille : un vin botrytisé au Japon, 100% Riesling, élevé 5 ans en cuve, aux parfums de Sauternes. Nez de fruits confits, de pain d’épice et de miel. L’équilibre en bouche est beau, on retrouve les fruits secs confits (abricot, agrumes). Finale fraîche avec un bel équilibre sucre/acidité qui donne de la complexité. Petite production : moins de 1000 bouteilles.
Prix caveau : 57 000 ¥ (environ 392 euros…tout de même)

Et en bonus… Aruga Branca Doce Icewine 2009 du domaine Katsunuma Jozo Winery
Le domaine excelle dans l’art de vinifier le Koshu et nous le montre une fois encore avec ce vin de glace de toute beauté. Nez très floral (rose, ibiscus). Une grande acidité qui rafraîchit la bouche. Finale sur l’abricot. Un vrai vin de dessert.

Vous l’aurez remarqué, le prix des vins japonais est élevé. Deux explications à cela : des conditions de production très difficiles et dans la majorité des cas des productions très faibles, en dessous des 5000 bouteilles (voir beaucoup moins !).

Kyoto, l’esprit zen

11_Japon_M93A7787_EDT
Nous rêvions de faire une escapade de quelques jours à Kyoto. Et chose extraordinaire, nous avons été accueillis là-bas 4 jours par Romaric, un auditeur du Mouv’ (une radio française), qui avait entendu parler des Wine Explorers lors d’une de leurs émissions : Allo la Planète !

Kyoto, en contraste avec Tokyo, est une ville d’un zen absolu. Mieux préservée au cours des différentes guerres qui se sont succédées dans le pays, la ville abrite de nombreux temples et des quartiers traditionnels comme Miyagawacho, Gion Higashi ou encore Gion Kobu. Et si vous avez de la chance – beaucoup de chance, comme Ludo – peut-être qu’au détour d’une ruelle vous apercevrez une geisha… Car il est plutôt rare d’en croiser dans la rue. Les geishas ne se produisent que dans les prestigieuses ocha-ya (« maisons de thé »), où elles chantent, dansent et jouent des instruments de musique, traditionnels.

11_Japon_M93A8284_EDT
N’hésitez pas non plus à visiter la ville à vélo : c’est le meilleur moyen de locomotion de Kyoto. D’ailleurs rien de plus simple que de louer un vélo à Kyoto : on ne vous demande ni pièce d’identité ni caution… vous payez simplement lorsque vous restituez le vélo. Et ça marche ! Ca laisse rêveur…

2 bars à vin incontournables : Le Terroir et JIP

A Tokyo vous trouverez la plus grande concentration de restaurants 3 étoiles au guide Michelin (16 restaurants 3 étoiles, contre 10 à Paris). Mais vous trouverez aussi des bars à vin incroyables. Deux incontournables : JIP et Le Terroir.

11_Japon_DSC00008_EDT
JIP est un bar à vin classique, sobre et épuré, où l’on vient grignoter quelques tapas dans une ambiance agréable. C’est aussi – et surtout – là que vous trouverez la plus exhaustive des collections de flacons japonais : presque tous les domaines du Japon y sont présents. D’ailleurs n’y cherchez pas de vins étrangers : il n’y en a pas.
Le Terroir, notre grand coup de cœur du séjour, reste « the place » de Tokyo pour tout amateur de grands vins de terroirs, et notamment ceux du Languedoc-Roussillon. Tenez vous bien : on y trouve pas moins de 500 références…toutes servies au verre ! Une véritable prouesse logistique et technique. “Nos clients nous font confiance, ce qui nous permet d’ouvrir des bouteilles et de pouvoir les proposer à plusieurs personnes au cours d’une même soirée“, nous raconte Yves Ringler, l’homme de la maison. Très peu de perte donc.

11_Japon_M93A7362_EDT
Car Yves est un passionné. Un amoureux du vin, de la terre et du Languedoc-Roussillon. Quand cet épicurien de nature a décidé de quitter la finance il y a quelques années, c’était pour réaliser son rêve et ouvrir son bar à vin. “Je découvre tous les jours des nouveaux domaines incroyables dans cette région. C’est un véritable trésor en termes de terroirs“. Ici que des vins de petits producteurs, des perles rares, à tous les prix, plus une superbe collection de spiritueux et d’eaux-de-vie. Et cerise sur le gâteau, la cuisine est créative. C’est raffiné et on y mange bien. Foncez !

Le Japon nous en a mis plein les yeux et les papilles. Alors, avant de continuer notre périple, terminons par l’incontournable, le Tsukiji : le plus grand marché aux poissons du monde. Une atmosphère unique à vivre de nuit et où l’on peut assister à la vente aux enchères du thon rouge.

11_Japon_DSC00076_EDT1
Et nous avons touché au St Graal : petit déjeuner à 5h du matin en dégustant un bol de riz avec quelques sashimis fraîchement coupés.
N’en jetez plus, la coupe est pleine. 

WineExplorers’ment votre,
JBA


Pour plus d’informations,
– Chânmoris : http://www.wine.or.jp/chanmoris/
– Château Mercian : http://www.mercian.co.jp
– Suntory : http://www.suntory.com/
– Katsunuma Jozo : http://www.katsunuma-winery.com/english/index.html
– Coco Farm & Winery : http://cocowine.com

*Arigatōgozaimashita à Romaric, Christelle et Yann pour avoir été nos guides au Japon et à Sumie Horikawa pour son aide précieuse.

L’Egypte – derrière les pyramides, la vigne

Egypte, belle inconnue. Pays aux mille secrets. Terre des sphinx, des pyramides, des pharaons, des hiéroglyphes. Toi qui nous fais rêver depuis notre plus tendre enfance, nous baladant sur le Nil au grès des vents. Mais qu’es-tu donc devenue ? Où sont passées ta grandeur et ton âme ?

La pyramide de Khéops face au Caire

La pyramide de Khéops face au Caire


Nous débarquons au Caire et nous tombons des nues. La capitale est venue se coller aux pyramides de Gizeh : Khephren, Mykérinos et Khéops – seule des sept merveilles du monde de l’Antiquité à avoir survécu. L’aridité du désert se ressent dans chaque ruelle de la ville. Les murs tiennent à peine debout. L’atmosphère est pesante.
Et pourtant, le Caire a gardé une beauté pudique, discrète, presque gênée.
L’Egypte, qui a longtemps été une terre de vin, abrite encore quelques hectares de vigne, à mi chemin entre le Caire et Alexandrie. Une belle carte postale.

La viticulture égyptienne, l’une des plus anciennes du monde

Rendez-vous compte : la vigne est cultivée en Égypte depuis 3000 ans avant notre ère, soit plus de 2000 ans avant l’apparition de la culture de la vigne en France !

10_EGYPTHE_M93A6476_EDT1
Bien loin des fastes de l’époque gréco-romaine, c’est en 1882 que la viticulture est relancée dans le pays, sous l’impulsion de Nestor Gianaclis, un homme d’affaires grec. Il créa de toutes pièces le domaine Gianaclis Wines, qui connut son apogée entre 1930 et 1945 – durant l’Age d’Or de l’Egypte – avant d’être nationalisé en 1966 par Nasser, puis privatisé en 1999. Gianaclis Wines, avec ses 12à hectares de vignoble, appartient depuis 2002 à Al-Ahram Beverages Company (groupe Heineken).
Et ça tombe bien !  Nous avons rendez-vous avec le domaine pour une visite des vignobles. En route !

La sécheresse, un fléau de taille en Egypte

Faire pousser de la vigne en Egypte est un véritable challenge. Les températures moyennes avoisinent les 38-40°C et il n’est pas rare d’atteindre 48°C en pleine journée. Ce qui a pour conséquence de bloquer les maturités phénoliques des raisins*, les empêchant de murir correctement.
De plus, le pays manque cruellement d’eau douce et les réserves sont bien rares. Car il tombe en Egypte en moyenne 80 à 120 mm de pluie par an, contre 600-800mm pour un pays comme la France. Il faut donc creuser des forages de plus en plus profonds pour trouver des nappes phréatiques non-asséchées.

Le sel remontant en surface dans les vignes

Le sel remontant en surface dans les vignes


Or les seules eaux que l’on trouve aujourd’hui dans les basses-couches des sous-sols sont des eaux fossiles, dont la particularité est d’être très chargées en sel. “Ce qui, à terme, est mauvais pour les sols en surface“, nous explique Sébastien Boudry, l’œnologue du domaine.
Mais soyez rassurés, la vigne est belle et les raisins sont bons ! Les égyptiens veillent sur leurs vignes avec attention, la protégeant du vent avec des allées de palmiers et ne traitant qu’en cas d’extrême nécessité.
Comble de l’ironie – ou clin d’œil de la nature – nous commençons notre promenade dans le vignoble sous une pluie battante. Un véritable déluge s’abatsur nous ! Si bien qu’il nous faut revenir tôt le lendemain pour faire quelques photos. Moment improbable et magique.

Le savoir-faire d’un grand groupe au service de Gianaclis

Photos prises, nous nous mettons en route le jour suivant pour la cuverie, située à 2 heures de route du vignoble. Nous sommes sur le site de production d’Al-Ahram Beverages Company, un lieu à la pointe de la technologie, où une centrifugeuse – qui aide à la clarification des moûts – côtoie les trois presses en extérieur. La première centrifugeuse que nous croisons sur notre périple africain.
A côté des 60 000 HL de vin produits chaque année, on distille à grande échelle de l’alcool neutre pour la vodka.
Sébastien Boudry, qui a fait le déplacement pour nous accueillir, nous raconte que les raisins – qui seront vendangés manuellement entre la fin juin (pour les premiers blancs) et la fin août – sont acheminés à la cuverie en camions réfrigérés ; une obligation vu la chaleur !

10_EGYPTHE_M93A6667_EDT1
Et lorsque les cuves pleines de raisin sont rapidement refroidies pour faire baisser la température des raisins – via des systèmes d’eau glacée en circuit fermé – c’est un chai sorti tout droit de la brume qui s’offre à nous en spectacle.
Le caveau est superbe et invite à la dégustation. Mais avant de passer aux choses sérieuses nous partageons un délicieux repas avec nos hôtes : légumes, riz aux épices, crème de pois chiches, bœuf mariné…de quoi prendre des forces avant de goûter les vins.

10_EGYPTHE_M93A6635_EDT1
Dégustation de la gamme Gianaclis Wines

En plus des vins estampillés Domaine de Gianaclis, le domaine produit également des vins avec des raisins importés d’Afrique du Sud, de France et du Liban.**
Nous avons focalisé notre dégustation sur les vins “made in Egypte“.

10_EGYPTHE_Compo_Vin_Egypthe
Valmont Rosé NM, Tempranillo et Sangiovese, un vin effervescent d’apéritif, frais et agréable en bouche, avec des arômes de fraise et de groseille.
Domaine de Gianaclis, Ayam blanc 2012, un assemblage de Viognier, Chardonnay et Sauvignon Blanc. Nez de fruits exotiques. Vin blanc égyptien premium. Belle fraîcheur.
Domaine de Gianaclis, Ayam rouge 2011, Cabernet Sauvignon, Syrah et Carignan. 12.5% ; Nez un peu fermé, la Syrah est discrète quoi que sur les épices et du fruit rouge ; déséquilibre d’alcool et manque un peu de maturité
Omar Kayyam rouge 2013, cépage Bobal (cépage rouge très utilisé en Espagne), avec un nez de prune et de cerise, des tanins souples en bouche et une jolie fraîcheur.

10_EGYPTHE_Panorama sans titre1_EDT
Le tourisme, moteur dans la vente de vin

Près de la Mer-Rouge, à El Gouna, se trouve également le domaine EgyBev Wadi : 75 ha de vigne appartenant à un passionné, André Hadji-Thomas, avec entre autre sa jolie cuvée bio Les Jardins du Nil. Il représente environ 15% de la production du pays.
Le tourisme – avec l’attrait des devises étrangères – reste  la principale source de vente du vin égyptien et les proclamations de principe sur l’interdiction du vin ne portent pas ombrage à la production, même si l’alcool reste un sujet sensible en Egypte.

10_EGYPTHE_M93A6443_EDT
Alors un conseil d’explorateur : allez vous promener au Caire dans le souk, respirer les odeurs de cuir, d’épices et de shisha. Sirotez un café à El-Fishawy, l’un des plus vieux cafés de la ville et sans doute le plus célèbre du monde arabe. Perdez-vous dans le désert, au milieu des pyramides.
Car l’Egypte est une invitation au voyage et restera à jamais l’une des civilisations les plus brillantes de l’Histoire.

WineExplorers’ment votre,
JBA

 

* Les composés phénoliques du vin, en particulier les tanins et les anthocyanes, proviennent des parties solides du raisin (pépins et pellicules). Ils présentent de nombreuses propriétés : les anthocyanes sont responsables de la couleur des vins et les tanins sont responsables des propriétés gustatives qui donnent aux vins ses caractéristiques d’astringence.
**Pour plus d’informations : http://gianacliswines.com