La Macédoine, vers un nouveau souffle viticole

Avez-vous déjà entendu parler des cépages rouges stanouchina, prokoupets, vranets, kratochia et kadarka ? Ou encore des cépages blancs smederevka et joupyanka? Autant de trésors autochtones qui nous ont séduits et qui aident à construire le patrimoine viticole et la force identitaire du vignoble macédonien.

49_Macédoine_Popova Kula_M93A4002
Car bien que la vigne soit la 2ème agriculture du pays avec 28 000 hectares (après la production de tabac), il est certain que la viticulture macédonienne revient de loin. Pour notre plus grand bonheur, elle joue aujourd’hui dans la cour des grands. Tour d’horizon d’un pays magnifique, aussi vert que montagneux, où vit une faune sauvage riche – on peut y rencontrer des loups, des ours ou encore des lynx – et qui nous a envoûtés dès le premier regard.

Un renouveau du vignoble, après l’indépendance

Précisons que la viticulture fut introduite en Macédoine dès l’Antiquité. Maintenue par les monastères sous l’Empire ottoman – du XIVe siècle à 1912 – pour la production de vins de qualité, elle connaît un virage brutal au siècle dernier, vers une production de masse. À tel point, que sous la période communiste, la Macédoine sera capable de fournir jusqu’à 80% de la production vinicole de la Yougoslavie.

49_Macédoine_Popov_M93A4423
Le vin macédonien est alors bon marché, vendu en vrac et souvent mélangé à des vins de coupage. “À l’époque du communisme, non seulement il fallait produire le plus, mais celui qui avait aussi le plus de raisins par pied de vigne gagnait une télévision !“, nous raconte-t-on. Il faudra attendre le 8 septembre 1991 et l’indépendance du pays, pour voir renaître une viticulture de qualité, avec l’apparition de nouveaux domaines viticoles.

Comme le domaine Popov, créé en 2001 à Sopot, au cœur de la région viticole la plus célèbre de Macédoine(1), et qui avec 45 hectares de vignoble, a su relever le défi de la modernité avec brio.

49_Macédoine_Popov_M93A4415
Je dois l’admettre, l’ensemble des vignobles que nous avons visité nous a positivement surpris, montrant que la Macédoine a plus que jamais sa place sur la scène viticole mondiale. Surtout qu’avec un climat continental modéré (le pays est totalement continental, puisque sans aucune frontière maritime) et une topographie plutôt montagneuse, le pays a tous les atouts géographiques pour produire de très beaux vins. Il ne lui manque plus qu’une reconnaissance mondiale, qui permettrait notamment de revaloriser sa production ; le kilo de raisin n’étant vendu actuellement qu’à 0,25 centimes d’euro en moyenne.

Popova Kula et le stanushina

Situé au cœur de l’un des plus grands parcs ornithologiques d’Europe, au sud-est du pays, le domaine Popova Kula nous accueille sous l’œil vigilant de sa tour de guet.

49_Macédoine_Popova Kula_M93A4099
Bienvenue dans la région de Demir Kapija, avec son microclimat unique de 300 jours de soleil par an, qui avait déjà été choisie par le roi Alexandre 1er de Yougoslavie à la fin des années 20, pour y planter son vignoble. Aujourd’hui, le domaine se concentre sur l’œnotourisme (pionnier dans la région) et propose des activités hors du commun à ses visiteurs : randonnées hors des sentiers battus, observation de la faune sauvage, leçons de cuisine traditionnelle, et même des cours de danses folkloriques !

Coup de projecteur sur le stanushina, un cépage autochtone découvert il y dix ans sur le domaine Popova Kula et qui ne pousse nulle part ailleurs dans le monde.

49_Macédoine_Popova Kula_M93A4031
On en compte aujourd’hui 2 hectares plantés. Caractérisé par de petites baies à la peau fine, il produit des vins rouges juteux, légers, aux délicieux parfums de prune et de fraise sauvage. Nous avons adoré.

Tikves, le géant macédonien

Véritable emblème du vin macédonien depuis 1885, Tikves est le plus important domaine du sud-est de l’Europe en termes de production, avec en moyenne 12 millions de bouteilles vendues par an. Rien que ça.

49_Macédoine_Tikves_M93A4363
C’est dans la ville de Kavadarci, au sud, que nous visitons ce complexe viticole impressionnant, en compagnie de Marco Stojakovic, l’oenologue. Malgré la taille des lieux, le professionnalisme et l’organisation minutieuse qui y règnent forcent l’admiration. Un modèle du genre.

La région, baignée par le soleil une grande partie de l’année, est très agréable à vivre. L’eau pure des environs, en provenance du lac Tikvesh, combinée à un vent léger et constant, donne aux vignobles – dont certaines parcelles s’élèvent à plus de 700m d’altitude – des conditions optimales pour la maturité des raisins.

49_Macédoine_Tikves_M93A4335
Résultat : des vins surprenants, aux arômes intenses, comme la cuvée rouge « Barovo 2013 » (assemblage de vranec et kratosija), sur la mûre, la myrtille, la garrigue et le cigare…

Bovin, le vranac dans tous ses états

C’est à Negotino, une charmante ville de 15000 habitants au sud de la Macédoine, que poussent les vignes du domaine Bovin.

49_Macédoine_Bovin_M93A4137
Nous sommes chaleureusement accueillis par Kostadin Kitanov, le directeur des ventes. Ici, « l’énergie positive est de rigueur », et « c’est comme cela que l’on fait de bons vins ! ». C’est peut-être d’ailleurs ce qui explique le succès de Bovin, s’amuse à expliquer Kostadin, puisque 80% de la production du domaine est exportée vers 36 pays. Lors de la dégustation, nous découvrons avec émerveillement les multiples déclinaisons possibles du vranac, un cépage autochtone rouge représentant 60% de la production du domaine. Tantôt sec, tantôt sucré, élevé en cuve inox ou en barrique, ce cépage ne cesse de surprendre et de régaler nos papilles.

49_Macédoine_Bovin_M93A4134

Non loin de là, se trouvent les ruines de la cité de Stobi, que Kostadin a la gentillesse de nous emmener visiter. Une expérience importante pour comprendre l’histoire du pays. La ville occupait une position de verrou dans la vallée du Vardar, sur l’axe stratégique reliant la Mer Égée au bassin du Danube. Durement éprouvée par l’invasion des Ostrogoths en 482, puis par le tremblement de terre de 518, Stobi ne se remit jamais de ces désastres et aurait été abandonnée vers la fin du Vième siècle. Un site à visiter absolument, formidable témoignage du patrimoine culturel macédonien.

Château Kamnik, repère de chasse et vins fins

Bienvenue au Château Kamnik, un vignoble majestueux de 15 hectares, au centre-nord de la Macédoine, dans la belle capitale de Skopje.

49_Macédoine_Chateau Kamnik_M93A4737
En arrivant sur le domaine, nous visitons le complexe hôtelier en compagnie d’Anita Jovanovska, une hôtesse aussi drôle et gentille qu’accueillante. Les lieux sont décorés à la manière d’un “repère de chasseur“. Ambiance garantie…

Fondé en 2004 par Mr Ilija Malinkovski, un businessman hors pair, passionné de vin, de chasse et de gastronomie, Château Kamnik produit de très belles bouteilles à partir d’un grand nombre de cépages : merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc, syrah, vranac ; pour ne pas tous les nommer.

49_Macédoine_Chateau Kamnik_M93A4564
Coup de projecteur sur la cuvée « Chardonnay Barrel fermented 2006« , très complexe et avec une immense fraîcheur, preuve que les vins blancs macédoniens peuvent très bien vieillir.

Et bien que la reconnaissance sur le marché local soit encore compliquée – “il est plus facile de vendre un vin d’entrée de gamme étranger en Macédoine, plutôt que le meilleur vin macédonien“, nous confie Anita – le vin macédonien mérite le détour et possède mille et un visages, tous aussi intéressants les uns que les autres. Foncez.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Popova Kula, Bovin, Tikves, Popov et Château Kamnik pour leur accueil chaleureux. Merci à l’équipe du site de Stobi pour cette passionnante visite. Merci à notre amie Anita Jovanovska, du Château Kamnik, pour avoir joué à merveille les guides dans Skopje à la nuit tombée. Enfin, merci à Mr Ante BACIC, de la société Les Robes de l’Est, pour ses précieuses recommandations de domaines.

 

(1) La Macédoine compte trois grandes régions de production : la vallée du Vardar, où 85 % du vin macédonien est produit, le long du fleuve Vardar, qui traverse le pays du nord au sud ; Pélagonie-Polog, au sud-ouest du pays, où les vignes poussent sur des plateaux entre 600 et 680 m d’altitude (11% du vin macédonien) ; Ptchinya-Osogovo, plus aride et montagneuse (4 % du vin macédonien).

L’Albanie, l’un des plus vieux vignobles d’Europe

Avant d’arriver en Albanie, je me posais mille et une questions sur le pays. À quoi ressemble-t-il ? Comment serons-nous accueillis ? Les routes sont-elles en bon état pour notre camping-car ? Qu’en est-il de la qualité des vins ? Autant de questions qui me donnaient plus que jamais envie d’explorer cette destination viticole énigmatique des Balkans, coincée entre le Monténégro et le Kosovo au nord, la Macédoine à l’est, et la Grèce au sud.

M93A3958
Avec ses magnifiques montagnes escarpées aux sommets enneigés, sa campagne verdoyante, ses plages pittoresques et ses villes animées, l’Albanie est une carte postale à découvrir d’urgence. Pour les amateurs de vin, ses nombreux cépages autochtones, son vignoble de 10 000 hectares(1) et sa tradition viticole plurimillénaire sauront ravir les plus curieux. Découverte.

2800 ans de viticulture

Arrivant en Albanie par le nord à la nuit tombante, après un contrôle aux frontières de plus de deux heures, la fatigue se fait sentir dans le camping-car. Nous décidons de rouler encore quelques kilomètres et de nous arrêter après Shkodër, la ville principale de la région. 

M93A3884
Soudain, en plein centre-ville, alors que nous roulons sans encombre sur une deux fois deux voies séparées par un terre-plein central, surgit de nulle part un cheval blanc, trottant à contre-sens sur la chaussée. Par un heureux réflexe, nous évitons l’animal de justesse. Le moment est surréaliste !

Remis de nos émotions, nous nous arrêtons pour dîner et en profitons pour en apprendre plus sur l’histoire viticole du pays. Surprenante. La viticulture s’y est développée dès le VIIIe siècle avant J.-C. sur la base de cépages autochtones qui avaient résisté à l’ère glaciaire, faisant de l’Albanie l’un des plus vieux pays producteurs de vin en Europe. Au cours du 17ème siècle, la production de vin a ralenti sous l’influence de l’Islam, en raison de la baisse de la consommation de boissons alcoolisées. 

M93A3887
Il faudra attendre 1972, pendant la domination communiste, pour voir la production de vin albanais atteindre son apogée, avec 20 000 hectares(1).  Au début des années 90, un institut de recherche est fondé et un programme de privatisation des terres viticoles est mis en place, afin de moderniser la production viti-vinicole, de valoriser les cépages locaux et d’instaurer une économie de marché. Le début d’une nouvelle ère pour le vignoble albanais et la promesse de belles découvertes.

Kantina Arbëri, symbole du renouveau de la viticulture albanaise

À peine arrivés à Mirditë, une bourgade de 40 000 habitants dans le nord du pays, nous sommes accueillis chaleureusement par les habitants, à grands renforts de sourires et de signes de la main. Le camping-car est une attraction ici. Certains s’approchent. D’autres gardent leurs distances. Tous semblent curieux.

M93A3495
Bienvenue au domaine Arbëri. Avec 25 hectares situés entre 396 et 640m au-dessus du niveau de la mer, ce vignoble familial a vu se succéder 3 générations de viticulteurs. Le microclimat de la région, entre la chaleur du soleil méditerranéen et la fraîcheur des nuits montagneuses, permet de travailler avec précision deux cépages autochtones : le kallmet (rouge) et le shesh i bardhë (blanc).

“Mon grand-père, qui avait commencé la plantation dans les années 20, a été forcé de s’arrêter pendant le communisme albanais (1941 – 1991), à cause de la collectivisation des vignobles par le gouvernement“, nous explique Rigers, son petit-fils. En 1991, après que le pays ait regagné son indépendance, Fran Kaçorri, son père, a le courage de rouvrir le domaine Arbëri et de repartir de zéro… Une belle histoire, dans laquelle s’implique aujourd’hui Rigers, en tant qu’œnologue. 

48_Albanie_Arberi_M93A3394
Pour l’anecdote, Mirditë – qui est certainement le district le plus catholique d’Albanie – a reçu en 2014 la visite du Pape François 1er, qui est venu visiter Kantina Arbëri et a goûté quelques vins. Le Saint Graal pour le domaine.

Kantina Bardha, l’incroyable success-story (américaine)

Décidément, le vignoble albanais ne cesse de nous surprendre. Au centre-ouest du pays, surplombant le village de Marikaj, se trouve le domaine Bardha. Une superbe maison à l’architecture italienne, s’élevant à 400m au-dessus du niveau de la mer, où poussent les cépages autochtones mavrud et shesh i zi en rouge et shesh i bardhe en blanc.

48_Albanie_Kantina Bardha_M93A3555
Ce domaine, c’est le rêve de Mr Ekrem Bardha. Après avoir dû émigrer aux Etats-Unis à cause du régime communiste dans les années 50, alors barbier de profession, il se lance dans l’aventure McDonald avec sa 1ère franchise. Avec un sens des affaires hors du commun, cet autodidacte infatigable est aujourd’hui à la tête d’un petit empire (18 franchises !). Son rêve le plus cher à l’époque : retourner en Albanie sitôt l’indépendance du pays retrouvée et y fonder un vignoble sur les terres de son enfance.

Ainsi naquit Kantina Bardha, un vignoble de charme, planté en coteaux, où les poules se promènent en toute tranquillité entre les rangs de vigne.

48_Albanie_Kantina Bardha_M93A3550
Avec pas moins de 300 jours de soleil par an et des sols minéraux, le climat unique de la région donne aux vins un très bel équilibre entre acidité (fraîcheur) et anthocyanes (de superbes antioxydants naturels !). Nous avons adoré.

Promenade à dos de poney dans le vignoble

Bienvenue au domaine Kokomani, un vignoble créé en 2008, au charme fou. À mi-chemin entre Tirana (la capitale, à l’est) et Durrës (à l’ouest), il surplombe les montagnes environnantes, offrant une panoramique à couper le souffle. Par beau temps, on peut même y apercevoir la mer.

48_Albanie_Kantina Kokomani_M93A3615
L’endroit rêvé pour des touristes qui chercheraient à découvrir les charmes de ce pays, tout en dégustant de jolis vins locaux.

Rencontre avec Blerim Kokomani, vigneron qui a fait ses armes en Italie pendant 13 ans aux côtés du célèbre Andrea Franchetti, avant de revenir en Albanie et d’y créer le domaine Kokomani. Cet « amant de la nature », comme aiment à le souligner sa femme et sa fille, cultive biologiquement ses vignes. Irrigation et pesticides ne sont pas de rigueur ici ! Et l’on privilégie même la confusion sexuelle dans les vignes.

48_Albanie_Kantina Kokomani_M93A3744
Après avoir goûté à la délicieuse nourriture traditionnelle du restaurant du domaine, nous terminons par une visite épique des 20 hectares du domaine à dos d’âne ! Une promenade épique, au cours de laquelle nous prenons le temps d’admirer la nature sauvage autour de nous. Car ce sont sur des sols minéraux et de vieilles alluvions marines, que poussent ici deux cépages emblématiques d’Albanie : le shesh i bardhe (blanc) et le shesh i zi (rouge), originaires du village de Shesh (à 5km).

48_Albanie_Poney_Kokomani_M93A3694
À visiter de toute urgence.

Une viticulture qui a su se relever du communisme

N’oublions pas que le vignoble albanais revient de loin. Au siècle dernier, à la sortie du régime communiste, il a dû se reconstruire de zéro. Comme en témoigne le domaine Çobo, à Ura Vajgurore, dans le sud du pays, que nous avons eu le plaisir de visiter.

M93A3941
“Malgré une longue tradition viticole datant du début des années 1900, ma famille – tout comme de nombreux domaines à travers l’Albanie – a été contrainte d’arrêter sa production lorsque le régime communiste a pris le pouvoir en 1945. Les entreprises privées n’étaient pas autorisées “, nous raconte Muharrem Çobo. Pendant cette période difficile, les traditions viticoles ont disparu. Et c’est grâce aux souvenirs et aux histoires transmises par les membres de la famille, que le domaine Çobo a pu renaître, après l’avènement de la démocratie albanaise en 1991(2).

“Nous avons relancé la tradition et nous sommes fiers de faire revivre Çobo, à travers nos vignobles, la cave et le vin que nous produisons“.

M93A3856
Aujourd’hui, le vignoble de Çobo, planté en terrasses sur les collines environnantes, est probablement l’un des plus beaux sites viticoles du pays. Et les jeux de lumière qui le traversent en cette fin d’après-midi d’été, ne font que le sublimer davantage.

Sur le chemin du départ, je sais déjà qu’il me faudra revenir. Ce voyage m’a touché et je dois dire que j’en ressors grandi. L’humilité et la gentillesse des gens est époustouflante.

48_Albanie_Arberi_M93A3358
Le sourire des albanais, leur accueil et leur simplicité – au sens noble du terme – font de l’Albanie un pays encore plus beau. Et cerise sur le gâteau, on y boit de délicieux vins.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Arbëri, Bardha, Kokomani et Çobo pour leur accueil chaleureux. Merci également à Mr Dashamir Elezi, Président de l’Association des Sommeliers d’Albanie, pour nous avoir accompagnés lors de notre visite du domaine Bardha. Un immense merci à Arjeta Frroku, professeur de mathématiques et voisine du domaine Arbëri, de nous avoir spontanément accompagnés lors de notre visite du domaine, pour nous aider à traduire certains termes techniques. Enfin, merci à mon jeune stagiaire Dimitri Bourdon, qui rejoignait l’aventure en Albanie, pour sa bonne humeur quotidienne. 

 

(1) Le pays est monté jusqu’à 20 000 hectares (dont 14 000 hectares étaient consacrés aux cépages de cuve) pendant le demi-siècle de régime soviétique.
(2) La République populaire d’Albanie est officiellement proclamée le 11 janvier 1946. L’Albanie est dès lors isolée du reste du monde jusqu’à la chute du régime communiste en 1991 et elle subit l’un des régimes les plus sévères de l’histoire de l’Europe moderne, comptant plus de 8 000 condamnés à mort et des milliers de personnes emprisonnées dans des camps (rapportées à une population d’après-guerre de 1 million d’habitants).