La Hongrie, bien plus que des grands liquoreux

« Il n’existe pas un village hongrois sans une cave ».
Voilà qui résume bien la culture du vin en Hongrie, ancrée dans l’histoire depuis l’Antiquité et la conquête de la rive sud du Danube par les Romains.

38_Hongrie_M93A7758_EDT
Ayant souffert du communisme jusqu’à la fin des années 90 – comme de nombreux pays de l’Europe de l’Est – le vignoble hongrois se restructure petit à petit, avec un retour progressif à des vins de qualité. Le pays compte aujourd’hui quelques 150 000 hectares de vigne(1), répartis sur 22 régions.
D’est en ouest, focus sur deux d’entre elles : Tokaj et Etyek-Buda.

Tokaj, terre d’aszú et de puttonyos

En arrivant depuis Budapest, la route n’est qu’une succession de champs verdoyants. Puis soudain, surgissent de petites montagnes en forme de dômes, tels des champignons tout juste sortis de terre. Sur ces collines, de la vigne plantée en coteaux.

38_Hongrie_M93A3251_EDT
Bienvenue à Tokaj, 3ème plus grande appellation hongroise avec 5500 hectares plantés(2). Une ancienne région volcanique sur les contreforts des Carpates, classée au Patrimoine mondial de l’Humanité depuis 2002, où l’on comptait autrefois plus de 400 volcans en activité.

Ici on parle aszú et puttonyos. Coincé entre les rivières Tisza et Bodrog, le vignoble de Tokaj bénéficie de conditions idéales pour le développement du fameux Botrytis cinerea. Une fois les raisins atteints de pourriture noble récoltés grain par grain (!), ce sont ces unités de mesure qui vont déterminer le niveau de sucre et la concentration des vins(3). Ces derniers sont vieillis au moins trois ans dans des caves traditionnelles, où se développe sur les murs un champignon noir, le Cladosporium Cellare, qui aide au développement du vin.

38_Hongrie_M93A3121_EDT
Nous visitons avec admiration les tunnels naturels que forme la cave d’1km du Château Dereszla, où pas moins de 1000 barriques couvent amoureusement une partie de l’or liquide de Tokaj, dans une humidité constante de 90%.

Quelques grands liquoreux hongrois issus du cépage furmint, dégustés lors de notre périple :
Tokaji Muskotaly Réserve 2003, du Château Dereszla (“Coup de Coeur“ Wine Explorers)
Tokaji Aszú 2006, du domaine Samuel Tinon
Tokaji Aszú 6 Puttonyos 2008, du domaine Demeter Zoltán
Tokaji Aszú 6 Puttonyos 2008, du domaine Grof Degenfeld
Tokaji Aszuescencia 2003, du domaine Erzsébet Pince

38_Hongrie_Compo_bouteille_1
Un vignoble en pleine mutation tourné vers les vins blancs secs

La région de Tokaj n’est pas qu’une (grande) région de liquoreux. Au contraire, il est important de s’y diversifier avec une production de vins blancs secs. « La production du dernier Aszu remonte à 2010 dans la région. Depuis, les conditions climatiques ne permettent pas la production de liquoreux ; ou bien une production en quantités extrêmement faibles. Et les petits domaines qui ne font que des vins liquoreux sont actuellement en danger », nous explique László Kalocsai, directeur du Château Dereszla, au cours d’une dégustation de vins blancs secs pris sur cuves passionnante (en vue d’assemblages).

38_Hongrie_M93A5093_EDT
De plus, la région reste la plus pauvre de Hongrie(4) avec 4/5 du vignoble géré par des agriculteurs qui ont moins d’un hectare en moyenne et n’arrivent pas à en vivre. Un programme gouvernemental a ainsi été mis en place pour développer le tourisme dans la région de Tokaj. Avec un budget de 300 M€ qui s’étale de 2013 à 2020, il est supposé aider en priorité les petits domaines familiaux(5).

Quelques très jolis vins hongrois (hors liquoreux) dégustés :
Ré:serve 2012, du domaine Abraham Pince (100% furmint)
Tokaj Szamorodni 2007, du domaine Samuel Tinon (“Coup de Cœur“ Wine Explorers)
Tokaji Kabar 2013, du Château Dereszla (100% kabar – un cépage unique à Tokaj, avec seulement 11 hectares)
Cabernet Franc 2012, du domaine Demeter Zoltán
Kékfrankos 2013, du domaine Etyeki Kúria (100% kékfrankos, équivalent du blaufränkisch autrichien)

38_Hongrie_Compo_bouteille_2
Une production de vins effervescents se développe également en Hongrie depuis environ 8 ans. Le domaine Grof Degenfeld, converti organique depuis 2008 et produisant une délicieuse cuvée “Furmint Sparkling Brut 2011“, en est un bel exemple.

Samuel Tinon, le génie discret de Tokaj

Samuel Tinon est né dans les vignes à Sainte-Croix-du-Mont, une autre belle région de liquoreux(7). En 1991, il a 21 ans quand il arrive en Hongrie. Samuel apprend le hongrois sur place et devient rapidement directeur de la Royal Tokaj Wine Company, la première joint venture entre l’est et l’ouest, créée en 1989. Il a déjà de l’or dans les doigts. En 1999, il crée son vignoble avec 5 hectares sur l’appellation Tokaj.

38_Hongrie_M93A6564_EDT
Avec sa femme Mathilde Hulot – correspondante pour de nombreuses revues viticoles et co-auteur d’ouvrages viticoles de référence(6) – ils s’installent sur la commune d’Olaszliszka en 1998, au coeur du grand cru Hatari.

Samuel cultive deux cépages : le furmint et l’harslevelu, plantés sur des sols d’argile, de tuff et de lœss, sur les coteaux du Zemplén (pente entre 30 et 40% orientée plein sud). Parmi ses vins – qui, je dois le reconnaître, sont tous délicieux – un m’a littéralement mis KO : son Szamorodni sec. Un vin – ou plutôt une méthode à la base – qui signifie « comme il vient » en polonais, à une époque où les travailleurs ramassaient les grappes botrytisées entières (et non pas grain à grain).

38_Hongrie_M93A6592_EDT
Samuel en fait une version en sec avec un élevage sous voile. Un vin unique au monde et qui fait partie à ce jour des grand coups de cœur Wine Explorers, tant pour sa complexité, que pour l’émotion qu’il nous a procuré. Un pur moment de méditation.

Etyek Buda, l’autre visage (prometteur) du vignoble hongrois

La région d’Etyek est connue pour le vin depuis 200 ans ; notamment ses sols de craie et sa production de vins effervescents. Pourtant, elle ne fait pas toujours figure de favorite lorsque l’on parle des vins hongrois. À tort…

38_Hongrie_M93A0246_EDT
Le domaine Etyeki Kúria en est un formidable exemple de réussite. Débuté en 1996, il s’est notamment fait un nom grâce à sa production de vins rouges ; excellents avec les cépages pinot noir et kékfrankos. Sára Matolcsy, la propriétaire, a fait appel à Sándor Mérész en 2009 – l’un des grands œnologues du pays – pour la gestion des 26 hectares (plus 17 hectares dans la région de Sopron).

À eux deux, ce duo de choc fait d’Etyeki Kúria l’un des fleurons de la région.

38_Hongrie_M93A7663_EDT
Conclusion (incontournable) sur l’Eszencia, un nectar très rare que nous avons eu le plaisir de découvrir au Château Dereszla et qu’il faut goûter au moins une fois dans sa vie tant ce vin liquoreux est une explosion de parfums et de saveurs. Pourquoi ? Imaginez un sirop de raisin en réalité, issu des meilleurs raisins botrytisés vendangés grain par grain, fermentant parfois plus de vingt ans en bonbonne de verre, avec plus de 600g de sucre, moins de 3° d’alcool et 17g d’acidité… Voilà, tout est dit.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Château Dereszla, Grof Degenfeld, Erzsébet Pince, Demeter Zoltán, Samuel Tinon, Abraham Pince, Tokaj-Hétszőlő et Etyeki Kúria pour leur accueil chaleureux.
Merci à Gergely Somogyi, éditeur chez Tokaj Today, pour nous avoir si bien guidés dans nos pérégrinations viticoles à Tokaj. Pour plus d’info sur les visites de vignobles organisées par l’agence dans la région de Tokaj : www.tokajtoday.com.

(1) Source : Sommeliers International
(2) Sur les 11 000 hectares d’appellation Tokaj en Hongrie, seulement 5 500 hectares sont plantés.

(3) Une unité d’aszú équivaut à 25 kg. Après macération, le vin est filtré et de nouveau mis en fût de chêne pour vieillir pendant au moins deux ans. Puis il est mis en bouteilles et reste en cave au moins trois ans, dont deux en fût de chêne. Le vin ainsi obtenu, appelé « Tokaji Aszú », est commercialisé dans des bouteilles de 50 cl. Ainsi, 4 puttonyos signifie un minimum de 90 g/L, 5 Puttonyos minimum 120 g/L, 6 Puttonyos minimum 150 g/L et Aszú Eszencia minimum 180 g/L.
(4) Avant la seconde Guerre Mondiale, plus de 25% de la population était juive. Beaucoup d’entre eux ont été déportés et la région s’est industrialisée et mécanisée, entraînant chômage et pauvreté.
(5) D’après un calcul du gouvernement, il faut en moyenne 10 hectares à un producteur pour réussir à vivre de sa production. => Une personne qui viendrait s’installer dans la région recevrait 10 hectares, gratuits sur 30 ans (déjà plantés) + 30K€ + 60K€ d’un crédit avec des intérêts à 1,9% sur 20 ans + un contrat d’achat pour l’achat des raisins + programme de marketing du vin pour la promotion de Tokaj.
(6) Quelques ouvrages de référence sur le vin co-écrits par Mathilde Hulot : Le petit Larousse des Vins : Connaître, choisir, déguster, 1900-2000 : Un siècle de millésimes, Visages de Vignerons-Figures du Vin, Voyage au-dessus des vignobles de France ou encore Les 100 vins cultes. Pour plus d’info sur Mathilde Hulot : http://mathildehulot.com.
(7) Le sainte-croix-du-mont, ou appellation sainte-croix-du-mont contrôlée, est un vin français d’appellation d’origine contrôlée produit sur la commune de Sainte-Croix-du-Mont. Avec les appellations cadillac et loupiac, ils forment ensemble une petite région produisant des vins liquoreux au sein du vignoble de l’Entre-deux-Mers, dans le vignoble de Bordeaux. L’AOC sainte-croix-du-mont s’étendant sur 500 hectares plantés des cépages sémillon, sauvignon, et muscadelle.

Une Dégustation Annuelle 2016 pleine de surprises!

Bien rentrés d’une 2ème année d’exploration de la planète vin chargée en émotions, les valises remplies de flacons tous plus intrigants les uns que les autres, il nous tardait de partager nos découvertes avec des invités avertis !

Dégustation WE_1-JB & Ludo
Un choix difficile dans la sélection, et qui nous a amenés au final à présenter 35 vins de 14 pays (1). Véritables coups de cœur pour certains, jolies curiosités issues de climats aussi extrêmes que diversifiés pour d’autres, chacun des vins dégustés le 13 juin dernier, méritait une attention toute particulière pour ses qualités et sa personnalité unique.
Résumé d’une dégustation hors des sentiers battus, depuis la superbe terrasse du groupe Duclot-La Vinicole.

L’Europe (du nord) séduit par la fraîcheur de ses vins

Un vin blanc suédois en tête de classement, suivi par un vin belge, voilà le premier fait marquant de cette dégustation!
Issus de cépages interspécifiques (cf. PIWI) – 100% solaris pour le domaine Hällåkra Vingård en Suède et 100% mossiat pour le Château de Bioul en Belgique – ces vins ont dans l’ensemble “séduit par leur fraîcheur et surpris par leur potentiel aromatique“. Et bien que ces nouveaux cépages (encore méconnus du grand public), puissent parfois manquer de complexité, ils pourraient – grâce à leur grande résistance au froid – s’imposer rapidement comme une solution d’avenir pour des climats dit “nordiques“, où les hivers rigoureux et l’ensoleillement minimum rendent (très) compliquée la production de Vitis vinifera.

Dégustation WE_4
La Slovaquie et l’Autriche font quant à elles partie des nations européennes à suivre de près en matière de vins rouges. La “Cuvée 2012“ slovaque du domaine Mrva & Stanko (issue de 4 cépages autochtones : hron/vah/rimava/rudava) & le 100% blaufraenkisch “Alte Reben 2011“ du domaine J. Heinrich ont été décrits comme “offrant un plaisir immédiat, avec beaucoup de finesse en bouche, et une structure tannique élégante et complexe“.

TOP 5 – VINS BLANCS
1 – Suède : “Solaris 2014“, domaine Hällåkra Vingård
2 – Hongrie (Tokaj) : “Muskotály Réserve 2003“, Château Dereszla
3 – Indonésie (Bali) : “Aga White 2016“, domaine Hatten Wines
4 – Belgique (Côtes de Sambre et Meuse) : “Mossiat 2014“, Château de Bioul
5 – Hongrie (Tokaj) : “Tokaj Szamorodni Sec 2007“, domaine Samuel Tinon

Dégustation_COMPO_Blanc
La part belle aux destinations exotiques

Qui l’eut cru?… Deux vins balinais sur le podium : sans aucun doute, la plus grande surprise de cette dégustation!
Imaginez un instant Bali (seule et unique région viticole d’Indonésie) : un climat tropical où l’on peut vendanger jusqu’à 3 fois par an, où le vignoble n’a pas de période de dormance, où il fait 23°C en hiver et où les pieds de vigne ne vivent pas plus de 12 ans, faute d’un labeur incessant…
Et pourtant, les vins « made in Bali » en ont étonné plus d’un. Décrits comme “très aromatiques, agréables en bouche et avec une certaine fraîcheur“, ces vins prouvent qu’avec des cépages adaptés (ici le belgia et le muscat de st Vallier), une technologie de pointe et un savoir-faire spécifique, il est possible de faire des vins techniquement bons. Et c’est déjà pas mal !

Les plus belles photos studios de nos invités !

Les plus belles photos studios de nos invités !


Quant au Brésil, destination de plus en plus reconnue et aux climats variés (équatorial au nord, continental-tempéré au sud), elle abrite des terroirs à explorer d’urgence. Comme dans la Valle dos Vinhedos, au sud, où la cuvée “Quorum 2006“ du domaine Lidio Carraro (40% merlot, 25% cabernet sauvignon, 20% tannat, 15% cabernet franc) a fait l’unanimité par sa finesse et son élégance.

La production de vins effervescents de qualité en plein boom

Allemagne, Angleterre, Australie, Belgique, Brésil, Hongrie…tous ces pays ont un point commun : ils jouent dans la cour des grands en matière de production de vins effervescents.
Dégustés à l’aveugle autour d’un jeu consistant à retrouver le pays d’origine (pas si facile que ça !), sept vins effervescents issus de pays tous différents ont littéralement régalés les papilles de nos convives !

JBA en compagnie de John Leroy, oenologue du domaine Ruffus (Belgique)

JBA en compagnie de John Leroy, oenologue du domaine Ruffus (Belgique)


Car de plus en plus de domaines, situés dans des régions du monde aux terroirs propices – sols majoritairement calcaires/crayeux et climat frais/tempéré –  prouvent qu’avec des cépages adaptés, des vendanges à bonne maturité, l’utilisation de la Méthode Traditionnelle (2), des élevage longs et rigoureux, il est possible de produire de très grandes bulles aux quatre coins du monde – capables de rivaliser avec la production française, par exemple.
Même Bali fait son numéro en se hissant sur le podium avec la cuvée Moscato d’Bali du domaine Sababay, un pétillant aromatique et légèrement sucré.

TOP 3 – VINS EFFERVESCENTS
1-Belgique (Wallonie) : “Cuvée Franco Dragone 2011“, domaine Ruffus
2 – Brésil (Serra Gaucha) : “Terroir Nature – SAFRA 2009“, Cave Geisse
3 – Indonésie (Bali) : “Moscato d’Bali 2015“, domaine Sababay
Mention spéciale : Angleterre (Kent) : “Blanc de Blancs 2010“, Gusbourne

Dégustation_COMPO_Bubulle_DEF
La Hongrie à l’honneur

La Hongrie a fait très belle figure le 13 juin dernier. D’abord avec la célèbre région de Tokaj et ses liquoreux : 260g de sucre pour le délicieux “Muskotály Réserve 2003“ du Château Dereszla, et dont il n’est pas resté une seule goutte!
Mais aussi en blanc sec, avec l’incroyable cuvée “Szamorodni Sec 2007“ de Samuel Tinon : un vin issu de raisins botrytisés, vinifié en cuves ouvertes et sans sucres résiduels (unique au monde) ; un vin de méditation.

THE TEAM !!

THE TEAM !!


Moins connue que d’autres régions hongroises, Etyek-Buda (25 minutes à l’ouest de Budapest), avec son climat doux et continental, se tourne depuis quelques années vers la production de pinot noir juteux aux notes de fruits rouges, à l’image du “Pinot Noir 2013“ du domaine Etyeki Kuria – coup de cœur des vins rouges de cette dégustation. Là encore, une jolie surprise!

TOP 5 – VINS ROUGES
1 – Hongrie (Etyek-Buda) : “Pinot Noir 2013“, domaine Etyeki Kuria
2 – Nouvelle Zélande (Waiheke Island) : “Bordeaux Blend 1999“, Te Motu
3 – Australie (Tasmanie) : “Cab. Sauvignon/Merlot 2000“, domaine Freycinet
4 – Brésil (Serra Gaucha) : “Quorum 2006“, domaine Lidio Carraro
5 – deux vins ex-aequo :
Slovaquie : “Cuvée 2012“, domaine Mrva & Stanko
& Autriche (Burgenland) : “Alte Reben 2011“, domaine J. Heinrich

Dégustation_COMPO_rouge
L’Océanie n’en finit plus de surprendre

Nous sommes d’accord, l’Australie et la Nouvelle-Zélande n’ont plus à faire leurs preuves.
Cependant, deux régions nous ont particulièrement marqués par leur climat frais et particulièrement adapté à la production de vins de garde issus de cépages bordelais :
-la Tasmanie (sud de l’Australie), avec la cuvée “Cabernet Sauvignon/Merlot 2000“, du domaine Freycinet, un modèle du genre ;
-et l’île de Waiheke, en Nouvelle Zélande (proche d’Auckland, au nord), où le “Bordeaux Blend 1999“ du domaine Te Motu (60% cabernet sauvignon, 30% merlot, 10% cabernet franc), 2ème sur le podium des vins rouges et Coup de Cœur WINE EXPLORERS, a impressionné par son potentiel de garde.
Enfin, quelques très belles syrah furent dégustées le 13 juin dernier, d’abord avec la région de Hawke’s Bay, au nord de la Nouvelle-Zélande, qui abrite de véritables pépites, comme la cuvée “Jewelstone Syrah 2013“, de Mission Estate ; puis avec les cuvées australiennes “Syrahmi Dreams… 2012“ d’Adam Foster et “Basket Press Shiraz 2011“ de Rockford Wines. Sans oublier un ovni en grenache : “The Tri-Centenary 2008“ du domaine Yalumba dans la Borassa.

La planète vin reste (encore) à découvrir…

WineExplorers’ment vôtre,
Amandine Fabre & Jean-Baptiste Ancelot

  

Merci à Jean-Luc Lavatine et à l’équipe de Duclot-La Vinicole pour nous avoir mis à disposition ce lieu magnifique.
Merci à tous les producteurs d’avoir participé à ce bel événement en nous offrant les vins. Nous avons également été très sensibles à la présence sur Paris des domaines Hatten Wines (Bali), Ruffus (Belgique), Sababay (Bali), J. Heinrich (Autriche), Te Motu (Nouvelle-Zélande) et du Château de Bioul. Merci à eux d’avoir fait le déplacement tout spécialement pour l’événement!
Enfin, un immense merci à toutes les personnes qui ont participé à la réussite de cette belle soirée : Catherine Ancelot-Savignac (qui nous a en prime gratifié d’un merveilleux buffet !), Prune Meunier, Ode Coyac, Alexandra Schneider, Clara Laurent, Victoire Dauviau ; ainsi qu’Amandine Fabre, Ludovic Pollet et Stéphane Diné de la team WINE Explorers.
  

(1) Liste complète des 35 vins présentés le 13 juin dernier pour la Dégustation Annuelle de WINE EXPLORERS :
1 – Indonésie (Bali) : “Aga White 2016“, domaine Hatten Wines – Bali
2 – Belgique (Côtes de Sambre et Meuse) : “Mossiat 2014“, du Château de Bioul
3 – Suède (Skåne) : “Solaris 2014“, domaine Hällåkra Vingård
4 – Belgique (Heuvelland) : “Pinot 2015“, domaine Entre Deux Monts
5 – Suisse (Mont-sur-Rolle) : “Clos du Couvent 2009“, Domaine de Maison Blanche
6 – Autriche (Wachau) : “Smaragd Singerriedel 2014“, du Domäne Wachau
7 – République tchèque (Moravia) : “Riesling V.O.C. 2013“, domaine Sonberk
8 – Australie (Eden Valley) : “Heggies Vineyard Riesling 2005“, domaine Yalumba
9 – Allemagne (Rheingau) : “Riesling Alte Reben trocken 2005“, de Schloss Vollrads
10 – Australie (Tasmanie) : “Freycinet Riesling 2003“, domaine Freycinet
11 – Hongrie (Tokaj) : “Furmint Sparkling Wine 2011“, domaine Gróf Degenfeld
12 – Angleterre (Kent) : “Blanc de Blancs 2010“, domaine Gusbourne
13 – Brésil (Serra Gaucha) : “Terroir Nature – SAFRA 2009“, domaine Cave Geisse
14 – Belgique (Wallonie) : “Cuvée Franco Dragone Prestige 2011“, domaine Ruffus
15 – Allemagne (Rheingau) : “Riesling Sekt Extra Brut 2003“, de Schloss Vollrads
16 – Indonésie (Bali) : “Moscato d’Bali 2015“, domaine Sababay
17 – Australie (Barossa) : “Sparkling Black Shiraz NV“, domaine Rockford Wines
18 – Hongrie (Tokaj) : “Kabar 2013“, du Chateau Dereszla
19 – Hongrie (Tokaj) : “Tokaj Szamorodni Sec 2007“, domaine Samuel Tinon
20 – Hongrie (Tokaj) : “Tokaji Aszú 6 Puttonyos 2008“, domaine Gróf Degenfeld
21 – Hongrie (Tokaj) : “Muskotály Réserve 2003“, du Château Dereszla
22 – Danemark : “Utopia Rondo 2006“, domaine Kelleris
23 – Autriche (Burgenland) : “Alte Reben 2011“, domaine J. Heinrich
24 – Hongrie (Sopron) : “Kékfrankos 2013“, domaine Etyeki Kúria
25 – Autriche (Burgenland) : “St. Laurent Schafleiten 2013“, domaine Judith Beck
26 – Slovaquie : “Cuvée 2012“, domaine Mrva & Stanko
27 – Brésil (Serra Gaucha) : “Quorum 2006“, domaine Lidio Carraro
28 – Nouvelle Zélande (Waiheke Island) : “Bordeaux Blend 1999“, domaine Te Motu
29 – Australie (Tasmanie) : “Cabernet Sauvignon/Merlot 2000“, domaine Freycinet
30 – Slovaquie : “Pinot Noir 2013“, domaine Víno Tajna
31 – Hongrie (Etyek-Buda) : “Pinot Noir 2013“, domaine Etyeki Kuria
32 – Australie (Barossa) : “Tricentenary Grenache 2008“, domaine Yalumba
33 – Nouvelle Zélande (Hawke’s Bay) : “Jewelstone Syrah 2013“, domaine Mission Estate
34 – Australie (Heathcote) : “Dreams…2012“, domaine  Syrahmi
35 – Australie (Barossa) : “Basket Press Shiraz 2011“, domaine Rockford Wines

(2) Méthode Traditionnelle : La méthode traditionnelle est une méthode d’élaboration de vins effervescents qui consiste en une seconde fermentation en bouteilles d’un vin tranquille après ajout d’une liqueur de tirage. La méthode traditionnelle d’élaboration d’un vin effervescent est identique à la méthode champenoise pour l’élaboration du champagne.