La Jordanie, un retour gagnant

Bienvenue en Jordanie. Un territoire magnifique, aussi sauvage que désertique, où depuis seulement quelques décennies, deux domaines font renaître de ses cendres une industrie viticole disparue pendant près de 2000 ans. Assisterait-on là, au retour de l’un des berceaux (1) du vin sur le devant de la scène mondiale ?

Wine Explorers - Jordanie
MAFRAQ, UNE VITICULTURE VENUE DU NORD

Bien que la Jordanie ne soit pas encore très connue pour sa viticulture moderne, apparue il y a moins de 30 ans, ses vins semblent déjà prometteurs. Comme ceux du domaine Saint-George (Zumot Company), situé dans la région de Mafraq, à 45 min au nord d’Amman, le long de la frontière syrienne ; où la famille Zumot a pu identifier des parcelles de terrain appropriées à la culture de la vigne, afin d’y planter 220 hectares en 1996.

Wine Explorers - Jordanie
Des terres limoneux-sablonneuses composées de roches anciennes décomposées, culminant à 620m d’altitude, que nous visitons sous un soleil de plomb. Le décor est planté. Malgré la chaleur, la vigne semble se plaire et croître ici avec une énergie impressionnante.

Omar Zumot, qui a étudié et pratiqué la vinification en France et qui gère la cave depuis la conception de l’entreprise, croit très fort dans le potentiel du vin jordanien. « Le vin en Jordanie remonte à 2000 ans avant Jésus-Christ. Il a juste été complètement perdu pendant des siècles », dit-il en riant.

Wine Explorers - Jordanie
Suite de la visite avec une dégustation mémorable dans les caves du domaine Saint George, à Sahab, à 30km au nord d’Amman. Nous y rencontrons Iva Boyuklieva, une oenologue d’origine bulgare, aussi enthousiaste que pédagogue et qui dirige la cave d’une main de maître depuis 11 ans.  « Il n’est pas toujours facile de faire sa place dans cet univers quand on est une femme ; mais travailler pour Saint-George est une chance : une opportunité unique de pouvoir vinifier une trentaine de cépages », raconte—elle.

Un apprentissage permanent et une passion communicative pour le vin, qui nous a entraînés, barrique après barrique, à déguster pas loin de quarante vins en cours d’élevage ! 

Wine Explorers - Jordanie
Une expérience fantastique et l’occasion de voir que des variétés comme le merlot, le petit verdot, le tempranillo et le cabernet sauvignon peuvent produire des vins avec une grande fraîcheur en Jordanie. Nous avons même rencontré « l’homme qui prélevait le vin à la barrique en grand écart« ! Trop fort.

QUAND LA NEIGE DES MONTAGNES RENCONTRE LE DÉSERT DE BASALTE

Avec plus de 330 jours de soleil par an, des étés secs et des brises constantes, le climat jordanien semble convenir à la culture de la vigne ; sous irrigation, bien sûr.

Wine Explorers - Jordanie
JR Wines – alias Jordan River Wines – fut la première cave établie en Jordanie en 1953 par la famille Haddad (propriétaire du groupe Eagle Distilleries), avec la volonté de remettre au goût du jour l’industrie du vin dans le pays. « Le vin est élaboré en Jordanie depuis les temps bibliques. Il nous tenait à cœur de renouer avec cette tradition, trop longtemps oubliée, en cherchant des terroirs propices à la viticulture », nous explique Nasri Haddad, le directeur technique et œnologue du groupe.

En 2004, JR Wines a planté 120 hectares de vignes, également sur le plateau de Mafraq, à 840 mètres d’altitude. 

Wine Explorers - Jordanie
Nous apprenons que dans l’Antiquité, un volcan – aujourd’hui éteint – a déversé des champs de lave basaltique sur les montagnes, faisant de cette région l’une des plus fertiles de la Jordanie. « Ajoutez à cela la neige des montagnes en hiver, qui nous permet d’irriguer juste comme il faut la vigne, et vous avez là, les clés du succès d’une viticulture en plein renouveau », ajoute Nasri Haddad. Un petit miracle de la nature, en plein milieu du désert.

On compte sur le domaine quelques 45 cépages cultivés, principalement en provenance de France, d’Italie et d’Espagne. Un travail de recherche important pour l’avenir de l’industrie vinicole jordanienne, où chaque parcelle délimitée est étudiée avec attention, afin de voir les cépages qui réussiront le mieux à s’adapter à cette partie du monde. Les résultats sont déjà très prometteurs.

Wine Explorers - Jordanie
Et le domaine JR Wines ne cesse d’innover, puisqu’il est sur le point d’envoyer une partie de ses vins en Espagne (merlot, chardonnay et cabernet sauvignon), afin de les faire vieillir dans des cuves à température contrôlée remplies d’eau de mer (2). Histoire de voir comment le vin jordanien pourrait se comporter avec un tel élevage. Affaire à suivre.

CONCLURE SUR UN MANSAF, SINON RIEN

Avez-vous déjà vécu un Mansaf (3) ? Je dis bien vécu, et non mangé, tellement l’expérience est unique. C’est un plat national riche de milles saveurs, composé d’agneau cuit dans une sauce à base de yogourt fermenté et servi avec du riz et des amandes

Wine Explorers - Jordanie
On le mange debout, en utilisant que la main droite pour saisir la nourriture, après avoir fait de petites boules de nourriture entre ses doigts. Nous avons eu la chance d’être invités à partager ce plat incroyable chez Omar Zumot, directeur du domaine Saint George. Arroser le tout de quelques verres d’Arak…et le tour est joué !

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines Saint-George et JR Wines pour leur accueil chaleureux. Et merci à Alizée Raymond et son mari Guillaume pour nous avoir si gentiment hébergés sur Amman.

 

(1) Des céréales, comme l’orge ou le blé, des arbres fruitiers et des vignes étaient sans doute cultivés à Pétra. Des pressoirs creusés dans le rocher ont été retrouvés, datant probablement de la période de domination romaine, qui avait donné au vin une grande importance. Les Romains se sont établis à Pétra à partir de l’an 64 av. J.-C. On pense donc que du vin y était produit il y a plus de 2000 ans.
(2) Programme réalisé via une joint-venture avec le groupe Sea Aged Wine.
(3) Le nom Mansaf vient du terme « grand plateau » ou « grand plat ». Il est généralement préparé pour toute la famille. On peut aussi le trouver en Palestine et en Irak.