Le vignoble thaïlandais : inoubliable et inclassable

Aussi beau que fragile, aussi sauvage qu’accueillant. Au delà de toutes mes attentes. Défiant les lois de la viticulture classique. En dehors des sentiers battus et réservant quelques pépites côté vin… Le vignoble thaïlandais est une vraie belle découverte !

M93A5330
La Thaïlande, qui compte une douzaine de domaines viticoles, principalement dans la région de Khao Yai (dans le nord), s’étend sur moins de 4 000 hectares(1). Voyage à la découverte d’un univers viticole fascinant, composé d’une poignée de (fous) passionnés.

Un enthousiasme affiché malgré des défis de taille

Atterri à l’aube à l’aéroport de Bangkok (4h30 du matin), je suis agréablement surpris par le professionnalisme des taxis thaïlandais : des prix affichés clairement, une file d’attente unique et un service impeccable ; pour une arrivée dans la capitale des plus douces. À peine le pied posé dans Bangkok, une atmosphère particulière m’envoûte.

M93A3852
Le joyeux bazar des fils électriques dans les rues, les odeurs enivrantes de nourriture, le chant matinal des oiseaux et la ville encore endormie donnent une impression de plénitude absolue.

Rencontre avec Mr Pairach Intaput, président de l’Association des Sommeliers de Thaïlande, au restaurant Bo Lan – le raffinement ultime en matière de nourriture thaïlandaise. L’occasion d’apprendre que l’histoire viticole du pays – qui a démarré en 1995 avec le Château de Loei (aujourd’hui à l’abandon), puis avec le domaine GranMonte en 1999 – commence à peine à émerger. “La promotion du vin étant interdite en Thaïlande, il est pour l’instant interdit d’écrire de livre sur le sujet. De plus, l’association des sommeliers n’est officiellement reconnue que depuis 2015 : avant, c’était assimilé à de l’alcoolisme“, confit Mr Intaput.

M93A3997
Ici, comme dans de nombreux pays au climat humide et tropical, on pourrait faire jusqu’à deux vendanges par an, avec une saison sèche – où les températures peuvent aisément dépasser les 40°C, et une saison des pluies – où le cycle végétatif de la vigne est mis à rude épreuve.

Pour les vignerons les plus consciencieux, seule la vendange en saison sèche est récoltée. Ensuite, grâce à un produit appelé le Dormex – un régulateur de croissance des plantes appliqué en général dans les 48 heures suivant la vendange – on favorise un arrêt du bourgeonnement uniforme ; afin que la plante puisse rentrer en repos.

M93A4902
« Ça n’est pas difficile de faire pousser de la vigne en Thaïlande ; seulement, avec la pression atmosphérique et l’humidité permanente, il est impossible de faire des vins bio : obligation de traiter la vigne contre les maladies tel que le Mildiou ou la pourriture grise », constate Mr Intaput.

GranMonte, une jolie succes story familiale

Après avoir récupéré mon amie Amélie Mornex – œnologue française qui aime par-dessus tout faire les vinifications en Asie et qui y passe la majeure partie de son temps depuis des années – nous prenons la direction de GranMonte, à 2h30 de voiture au nord de Bangkok.

M93A4661
La première impression en arrivant devant ce domaine de 15 hectares d’un seul tenant à 350 mètres au-dessus du niveau de la mer me laisse sans voix. Un vignoble planté en 1999 sur des sols d’argile, de loess et de calcaire, rigoureusement découpé en 20 blocks et où pas moins d’une vingtaine de cépages cohabitent… Parmi eux, quelques variétés internationales comme la syrah, le cabernet sauvignon, le chenin blanc, le grenache et le viognier. Et d’autres cépages plus surprenants, comme le semillon, le verdelho ou le durif(2) !

M93A4383
Aux commandes de ce domaine : l’adorable famille Lohitnavy. Visooth, le papa – ancien pilote de course et rédacteur en chef d’un magazine automobile, qui a eu envie de changer de vie. Sakuna, la maman, qui gère les restaurants et le café du domaine. Mimi, la fille cadette, directrice marketing en charge des relations publiques. Et Nikki, l’ainée des deux sœurs, responsable de la viticulture et œnologue du domaine.

C’est tout excité que nous nous levons le lendemain aux aurores pour une session vendange du chenin blanc ! Ciseaux en main (une fois n’est pas coutume), nous coupons les grappes dans la bonne humeur et sous un soleil de plomb.

M93A4706
L’état sanitaire des raisins est superbe. Ça promet un beau millésime.

Nikki Lohitnavy, la révélation en viticulture tropicale

Je le dis sans détour : qui affirme n’avoir jamais bu un “grand vin“ issu d’une viticulture tropicale n’a pas encore bu l’un des vins du domaine GranMonte
J’en vois d’ici monter au créneau sur la notion de grands vins ; criant à l’hérésie. Pas du tout ! D’abord, qu’est-ce qu’un grand vin ? Voilà une question bien personnelle… Une question d’émotions, de joie, de ressenti profond, de plénitude, de gourmandise, que j’aime à décrire comme un moment aussi intense et réconfortant qu’une soirée au coin du feu dans les bras de l’être aimé.

M93A4886
Rencontre avec Nikki Lohitnavy. “À l’âge de 10 ans, je voulais être botaniste“, raconte-t-elle. Diplômée en œnologie de la prestigieuse université d’Adélaïde, Nikki parcours le monde et forme sa technique, notamment dans le nord du Brésil, où elle apprend à dompter la vigne en milieu humide. En 2009, elle fait son premier millésime à GranMonte. Un virage qualitatif certain pour le domaine. C’est la révélation.

Depuis la paille sur les pieds de vigne pour réduire le nombre de spray herbicide et donner de la matière organique aux sols, jusqu’aux fibres de banane servant à attacher la vigne pour leur côté écolo, Nikki expérimente sans cesse. “J’expérimente actuellement quatre nouveaux cépages : sangiovese, barbera, touriga nacional et touriga franca. Mon rêve sera d’avoir plus de place encore pour tester bien d’autres cépages, mais l’hectare coûte cher ici“.

DSC01722
Côté technologie, ça n’est pas mal non plus. “Nous exploitons notre vignoble avec un système agricole de précision appelé ‘’Smart Vineyard’’, qui intègre une surveillance microclimatique nous aidant à obtenir le meilleur potentiel de qualité des raisins dans ce climat à la viticulture non conventionnelle“.

Nikki m’a tout simplement ouvert les yeux sur la viticulture en culture tropicale, en m’apportant la preuve qu’avec de la passion, beaucoup de savoir-faire, un travail acharné à la vigne et un équipement de pointe, il est possible d’y faire de très jolis vins.

L’Oenotourisme, la clé du succès

Malgré son histoire viticole récente, la Thaïlande est déjà très avancée côté oenotourisme et a tout compris.
Comme chez Silverlake, à Pattaya, où l’on compte pas moins de 800 000 visiteurs par an (!). Ces derniers raffolent de la visite des jardins du domaine en minibus. Une véritable expérience façon “parc d’attraction“, prolongée le midi au restaurant et le soir dans l’une des chambres de style hollywoodien du complexe.

M93A5898
Dans un registre plus “zen“, chez Village Farm & Winery, dans la région de Khao Yai, on peut venir méditer au milieu des vignes le temps d’un week-end, et profiter du calme des chambres sans télévision ni internet.

Côté “nature“, Alcidini Winery, le plus petit vignoble thaïlandais avec 8 hectares, accueille les visiteurs dans son domaine pédagogique conduit organiquement. Un sacré défi dans une partie du monde aussi tropicale : pas de pesticides, utilisation de moutons pour manger l’herbe entre les rangs de vigne et achat de fumier de vache au fermier voisin.

M93A5089
Enfin côté “musique“, le festivale Jazz & Wine annuel organisé au domaine GranMonte, et auquel nous avons eu la chance de participer, est un événement culturel incontournable.

Une nature belle et fragile à préserver

Sur le chemin du retour, nous avons le bonheur de faire deux stops nature épiques. L’occasion pour vous narrer la beauté de la biodiversité thaïlandaise et, je l’espère, vous donner envie de le (re)visiter !
Elephant Stay, tout d’abord : un site de protection et de préservation des éléphants. Ces derniers sont entraînés pour les parades et les démonstrations militaires (en mémoire de leur usage comme force de frappe en temps de guerre). Nous assistons à la douche quotidienne de ces grands mammifères, aussi à l’aise que des poissons dans l’eau.

M93A4084
Khao Yai National Park, enfin. Le clou du spectacle. Avec 80km de long d’est en ouest, le deuxième plus grand parc du pays fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO et constitue l’une des plus vastes forêts d’Asie. On peut y planter la tente…pour un réveil nature des plus dépaysant.

WineExplorers’ment vôtre,
JBA

 

Merci aux domaines GranMonte, Alcidini, Village Farm Winery, Silverlake and PB Valley pour leur accueil chaleureux.
Merci à la direction du Khao Yai National Park et tout particulièrement à Ms. Issaya Siriwachanawong, notre adorable guide, pour nous avoir amenés hors des sentiers battus. Enfin, merci à l’équipe d’Elephant Stay de nous avoir permis d’admirer le bain des éléphants : un moment inoubliable. Et un grand merci à mon amie Amélie Mornex, pour son aide précieuse sur le terrain.

(1) La viticulture thaïlandaise se retrouve sur trois régions variant de 110 à 530 mètres d’altitude : Prachuap Khiri Khan (Hua Hin) et Pattaya dans le centre du pays et Khao Yai dans le nord.
(2) Le durif est un cépage de cuve noir français originaire du Dauphiné, croisement spontané des cépages peloursin et syrah. Appelé petite syrah ou petite sirah en Californie, il est aussi connu sous ce nom en Australie, en Nouvelle-Zélande ou en Afrique du Sud. Enfin, il est également connu sous les noms de bas plant, dure, duret, dureza, duriff, dyurif, gros noir, Kek Durif, nérin, pareux noir, petit duret, petite serine, petite sirah, petite syrah, pinot de l’Ermitage, pinot de Romans, plant durif, plant fourchu, serine, serine des Mauves, sirane fourchue ou sirane de Tain.