Braai vs Pinotage

« Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page« , disait St Augustin.
L’Afrique du Sud est la première page de notre livre…pour le moment.

Un peu d’histoire pour commencer…important pour comprendre la culture de la vigne.

Les racines de l’industrie du vin sud-africaine remontent au XVIIème siècle, plus exactement en 1659, lorsque le fondateur de Cape Town, Jan van Riebeeck, y produisit le premier vin. Sa venue dans le pays était liée aux explorations de la Compagnie Hollandaise des Indes qui établit un point d’alimentation au Cap.

Domaine Kaapzicht en été

Domaine Kaapzicht en été


Cependant le boom de l’industrie du vin n’est que très récent en Afrique du Sud. En 1918, des producteurs dans le Western Cape fondèrent la « Koöperatieve Wijnbouwers Vereniging » (KWV), afin d’augmenter la production et la qualité des vins. Mais les quotas de production n’ont été aboli que dans les années 1990. Avant la fin de l’apartheid dans les années 1990, l’Afrique du Sud était très isolé. Quand l’apartheid a été aboli, les boycotts de produits sud-africains ont été abandonnés et les marchés d’exportation mondiaux ce sont ouverts.
«Les vrais changements en termes de production et de vinification n’ont pas plus de 20 ans», selon Olivier Helanie, oenology au domaine Hoopenburg, à Stellenbosch. «Nous avons parcouru un long chemin. Les viticulteurs sud-africains de nos jours ont généralement fait leurs armes à l’étranger et redoublent d’innovation. Nous nous inspirons de nombreuses influences, de ce que les gens créatifs ont tendance à faire, et nous réussissons aujourd’hui à produire des vins élégants qui expriment vraiment notre terroir unique. », ajouta Helanie.
En 2012, l’Afrique du Sud a produit 870,9 millions de litres de vin, devenant le 9ème plus grand pays producteur de vin au monde. Les exportations sont en augmentation chaque année. En 2013, les vignerons d’Afrique du Sud ont exporté 525,7 millions de litres, en battant le précédent record de 2012 de 26%, selon Chris Mercer (Decanter, lundi 13 janvier 2014).

Un zest de géographie…aussi très important.

Régions Viticoles d'Afrique du Sud (copyright SAWIS)

Régions Viticoles d’Afrique du Sud (copyright SAWIS)


Deux points essentiels à retenir.

Il n’y a pas encore ici de « système d’AOC » comme en France. Les régions viticoles de l’Afrique du Sud sont définies dans le cadre du décret sur le “vin d’origine » (Wine of Origin, abrévié WO) datant de 1973. Tous les vins sud-africains considérés comme « vin d’origine“ doivent être composés entièrement de raisins issus de leur région de production. En conséquence, le “vin d’origine » ne place pas ses critères de sélection sur des éléments comme les cépages autorisés, les méthodes de palissage, les techniques d’irrigation ou encore les rendements. Il ne fait que diviser les régions viticoles en quatre catégories.
La plus vaste et la plus générique des catégories concerne les unités géographiques (comme la région de Western Cape), à l’intérieur desquelles se trouvent les régions (comme Overberg), elles mêmes divisées en districts (comme Walker Bay, Stellenbosch, Paarl ou Swartland), avec en leur sein des circonscriptions (comme Elgin).
L’Afrique du Sud étant située à l’extrémité du continent africain et la plupart des régions viticoles étant à proximité de l’Atlantique ou de l’océan Indien, beaucoup de régions bénéficient d’un climat plutôt méditerranéen, qui se caractérise par un ensoleillement important et de la chaleur sèche. Dans de nombreuses régions viticoles l’irrigation est indispensable à la culture de la vigne.
Pour plus d’informations: http://www.wosa.co.za/sa/

Maintenant que vous avez quelques informations entre les mains pour devenir des experts sur les vins sud-africains, nous allons parler de ce qui nous a marqué le plus pendant notre séjour: le braai et le pinotage. Deux belles découvertes de la culture sud-africaine, et qui vont très bien de paire !

Braai = Amis, Viande & Vin (ou bière)

Braai @ L'Avenir Wine Estate

Braai @ L’Avenir Wine Estate


Chaque Braai est un moment unique. Une expérience sociale. Une douce façon de se détendre après une longue journée de travail, autour d’un feu, en discutant avec vos amis, toujours un verre à portée de lèvres. Braai signifie « barbecue » en afrikaans et les traditions qui l’entourent peuvent être considérablement différentes de notre barbecue européen.
Selon Helanie Oliver, «utiliser du gaz, c’est tricher. L’utilisation de charbon de bois est commun, principalement en raison de sa commodité, mais l’utilisation du bois pour le feu est le recours traditionnel à la préparation d’un braai. En prime cela contribue à éradiquer les plantes sauvages indésirables, au profit de la préservation de la biodiversité. Pour la culture: la floral du Cap, hors plantes tropicales, est la plus diversifiée au monde. La grande majorité de la région du Cap est abrite une étonnante diversité d’espèces végétales endémiques».

Livre Braai Masters

Livre Braai Masters

“Braai Day“ est une célébration du riche patrimoine culturel de l’Afrique du Sud et de son passe-temps national, le braai. Il vise à réunir tous les Sud-Africains en les encourageant à participer à une activité amusante et concrète partagée par toutes les ethnies. Elle est célébrée chaque 24 Septembre (journée du patrimoine de l’Afrique du Sud).
Nous avons eu la chance d’expérimenter plusieurs Braais avec des amis pendant notre séjour, à Stellenbosch, Paarl et dans la région d’Orange River. Cela a toujours été un moment fantastique !

Pinotage, un cépage rouge made in Afrique du Sud

Pinotage - Stellenbosch

Pinotage – Stellenbosch


Le Pinotage est pour l’industrie du vin sud-africain ce que la Tour Eiffel est pour le tourisme français: une signature. Le Pinotage est un cépage rouge résultant d’un croisement entre le Pinot Noir et le Cinsault (aussi connu sous le nom « Hermitage » en Afrique du Sud) et créé en 1925 par Abraham Izak Perold, le premier professeur de viticulture à l’Université de Stellenbosch. Il représente 6% de la production totale de vin d’Afrique du Sud ainsi que plus de 95% de la culture du Pinotage dans le monde. En outre le Pinotage est également cultivé au Brésil, Canada, Israël, Nouvelle-Zélande, États-Unis et Zimbabwe. C’est un composant obligatoire dans les « Cape blends« , des vins rouges avec une proportion de Pinotage mélangée à d’autres cépages (30-70% du vin final).
Les vignes sont aussi vigoureuses que leur parent Cinsault et faciles à cultiver, avec des maturations précoces et des niveaux de sucre élevés. Le Pinotage peut être cultivé par le système en treillis ou gobelets. Les vieilles vignes de Pinotage sont principalement plantées en gobelet et il semblerait que cela apporte une plus grande concentration en fruits et de la profondeur au vin. Le raisin est naturellement riche en tanins qui peuvent être réduits avec des temps de macération limités. Cependant la réduction du temps de contact avec les peaux peut également réduire les arômes de mûre et de prune, caractéristiques du Pinotage.

2 délicieux Pinotages que nous avons eu la chance de déguster:
Compo_Bouteille_Pinotage1_SouthAfrica
Pinotage Grand Vin 2012, de L’Avenir Estate
Vient de la région de Stellenbosch. Nez de petits fruits. Fumé, cuir et épices avec des notes florales distinctes. Bouche harmonieuse avec des tanins élégants, belle fraîcheur. Fruits noirs en bouche avec des notes de prune juteuse. Bien équilibré. Bon à boire maintenant après un carafage de deux heures minimum, mais aussi du potentiel de garde. Va très bien sur des viandes au grill et sur tout type de braai en général ! 3000 bouteilles produites/an.
Œnologue : Dirk Coetzee
Prix départ caveau : 250 rand (environ 17.5€)
Plus d’informations : www.larochewines.com

Le Vin de François 2011, du Chateau Naudé
Produit en quantité limitée et fait à partir des meilleurs exemples de Pinotage trouvés dans les vignobles du Cap, le Vin de François est le summum de la gamme Château Naudé. Provient de sept producteurs de Stellenbosch et Bot River. Complexe nez de mûres et de prunes avec une touche de réglisse. Frais et juteux en bouche, tanins souples et assez présents pour récompenser une garde prolongée. Va très bien avec un gâteau au chocolat.
Propriétaire/Œnologue: François Naudé
Prix constaté en vente aux enchères : jusqu’à 5 200 rand pour une caisse de 12 (environ 30€ la bouteille)
Plus d’informations : www.levindefrancois.com

Merci Afrique du Sud pour ton accueil chaleureux. Maintenant, il ne nous reste plus que 91 pages – pays – à écrire et nous serons en mesure de compléter notre « livre de vie autour du vin »…. 

JBA

 

Inventaire d’un Explorateur en vadrouille

Qui veut voyager loin ménage sa monture“, disait Jean Racine.

Et la monture ici, je vous le donne en mille… c’est nous !
Alors pour être affutés comme des lames, prêts à bondir sur toutes les occasions, prêt à nous jeter à pieds joints dans l’aventure – cette belle et douce inconnue aux parfums d’imprévus – mieux vaut s’équiper en conséquences.

1ère étape, incontournable et non des moindres: la mise à jour des vaccins
(ou comment se voir injecter assez d’anticorps pour les 3 prochaines générations)

Wine Explorers ; Jean-Baptiste Ancelot ; wine ; adventure ; travel ; tasting ; discovery ; vin ; bouteille ; tour du monde ; wine tour ; wine trip ; voyage
Soyons sérieux deux minutes. Il est important de bien préparer son corps à un tel “marathon“ du voyage, surtout avec 92 pays en ligne de mire. Au total, et si j’ai bien compté, ce sont onze injections par explorateur ! Si, si, je vous assure :
-1 injection contre la fièvre jaune, le seul vaccin obligatoire lorsque vous vous déplacez dans des pays dits “tropicaux“, notamment en Afrique, en Amérique du Sud et dans les Caraïbes – et fortement recommandé de manière générale
-1 injection contre le ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole), de la pure prévention, j’ai oublié de faire la rougeole étant enfant. Et une rougeole d’adulte, il vaut mieux éviter… Ca pique un peu paraît-il.
-1 injection contre l’Hépatite A
-3 injections en prévention contre la rage : la 1ère à J1, la 2nde à J+7 et la 3ème à J+28
-1 injection contre la fièvre typhoïde
-2 injections  contre l’encéphalite japonaise : la 1ère à J1 et la 2nde à J+28
-1 injection contre la D.T. Polio (Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite-Coqueluche)
-et 1 injection contre la méningococcie
Plus quelques gentilles poussées de fièvre… Ca fait partie du “package“ !

2ème étape : l’administratif
(et non…c’est pas facultatif… snif…)

Wine Explorers ; Jean-Baptiste Ancelot ; wine ; adventure ; travel ; tasting ; discovery ; vin ; bouteille ; tour du monde ; wine tour ; wine trip ; voyage
Youpi ! J’adore courir à droite à gauche pour un tampon oublié, une signature dans la mauvaise case du formulaire machin truc ou une nouvelle photocopie de la carte d’identité – parce que sur la précédente on ne reconnaît pas du tout ta tête, l’impression est affreuse…

Bref, une fois toutes ces réjouissances terminées tu as en ta possession quelques outils indispensables à ton équipement de « Super Explorateur» :
-2 passeports (et ouais ! ça c’est la classe) dont un dit « grand voyageur » avec 16 pages en plus pour accueillir tous tes futurs cachets de douane
-1 permis de conduire international (attention, il n’est valable que 3 ans)
-1 nouvelle carte d’identité. Oui, c’était vivement recommandé : va expliquer au douanier du contrôle aux frontières que c’est bien toi le petit garçon imberbe sur la photo vieille du lycée, alors qu’aujourd’hui tu as une barbe de 5 jours et les cheveux mi-longs…

3ème étape : le sac à dos
(ou comment essayer de ne pas ressembler à une mule alors que ton sac pèse 30kg)

Un savant mélange – non, plutôt un casse tête chinois !! – pour réussir à faire tenir dans un seul et unique sac à dos tout l’équipement nécessaire au voyage – de l’habillement au couchage en passant par le nécessaire de toilette – non par pour un, mais bien pour deux explorateurs ! Pourquoi me direz-vous ? Parce que l’ami Ludo aura lui sur les épaules tout le matériel technique, et croyez moi, il portera aussi sa croix. Résultat : on optimise, on réduit au strict minimum, à la recherche de l’équipement ultra compact et ultra léger.

Petit résumé d’un sac à dos « optimisé » pour une personne :
-1 paire de chaussures de marche, aérées et imperméables, protégeant la cheville et permettant aux pieds de respirer (enfin j’espère…)
-7 paires de chaussettes anti-ampoules (on n’arrête pas le progrès !)
-7 magnifiques boxers/caleçons d’aventurier
-2 pantalons convertibles short
-1 legging d’appoint
-1 haut léger et coupe vent
-2 chemise à manches longues en coton
-1 sac de couchage ultra léger
-1 drap de sac rando en soie, qui te fait gagner 3 à 4 degrés et te permet en même temps de garder ton duvet tout propre
-1 hamac, avec moustiquaire et système anti-pluie intégrés
-sans oublier… la trousse à pharmacie !

Après 13 jours de voyage l’équipement semble bien fonctionner et les premiers pas en Afrique du Sud se passent très bien. Il ne nous reste plus qu’à expérimenter une nuit en hamac sous les étoiles africaines… 

JBA

Monture de luxe Wine Explorers ; Jean-Baptiste Ancelot ; wine ; adventure ; travel ; tasting ; discovery ; vin ; bouteille ; tour du monde ; wine tour ; wine trip ; voyage

Aller au bout de ses rêves

Combien d’entre nous n’a pas rêvé prendre un nouveau départ pour oser vivre ses rêves ?

La vie est un rêve, mais rêver n’est pas vivre“, disait Huygens.

Ai-je tout fait pour être heureux ?
C’est en me posant cette question que j’ai progressivement cessé d’imaginer l’existence de mes rêves pour la vivre vraiment. Du rêve à la réalité il n’y a parfois qu’un pas. Et la plupart du temps, le seul Graal, la seule vrai motivation, celle qui nous pousse à franchir le cap et à passer à l’acte, loin devant l’envie de gagner plus d’argent ou d’exercer un métier socialement mieux valorisé, c’est le fait d’ « être heureux », tout simplement. Heureux de vivre. Heureux de découvrir. Heureux de rencontrer. Heureux de partager. Qu’il soit provoqué par un aléa professionnel, un facteur personnel ou une prise de conscience subite – ce qui était mon cas ; ce pas là est de moins en moins un saut dans le vide, une fuite en avant sur un coup de tête.

IMG_2010
Vivre un nouveau départ se prépare, s’anticipe

Six ans en arrière, encore vierge de toute connaissance en la matière, nu comme un verre au milieu d’un champ de vigne, en pleine reconversion, je suis tombé dans le vin. Le plus beau virage de ma vie. Je me suis assis sur les bancs de l’école et là j’ai commencé à dévorer tous les livres sur le sujet que je pouvais trouver, avec une frénésie sans limites. Rapidement je fus envahit par mille et une questions. Pourquoi parle-t-on toujours des mêmes pays ? Quel est le vrai visage de la planète vin ? Quel goût a le vin aux quatre coins du monde ?… C’est en réponse à ces questions et à de nombreuses autres que j’ai imaginé WINE Explorers. Six années de réflexion, de recherches et de préparation, pour aujourd’hui être enfin prêt à prendre la route. Et surtout des rencontres, toutes merveilleuses, qui m’ont guidées dans mes moments de doutes. A mon tour donc de partager quelques conseils avec vous.

IMG_1381
Avant de sauter le pas, assurez-vous que votre projet est mûrement réfléchi. Mode d’emploi pour se lancer dans l’aventure.

Etablissez un projet professionnel bien précis : soyez certains que le votre est viable, qu’il existe une demande pour l’activité que vous mènerez, et que vos proches sont en adéquation avec vos envies. S’il est essentiel que votre projet soit personnel, il faut que ceux qui vous accompagnent y trouvent leur place, ce qui n’est pas toujours chose aisée.
Faites le point sur votre situation actuelle : éprouvez-vous profondément le besoin de changer de vie ou ressentez-vous plutôt un mal-être ponctuel lié à un événement particulier de votre vie ? Parvenir à distinguer l’un de l’autre est une étape essentielle et ne se réalise pas en quelques jours. Laissez-vous le temps de réfléchir pour être certain que votre désir est bien durable.
N’idéalisez pas votre futur lieu de vie : essayez de prendre quelques semaines de vacances dans le lieu de vos rêves, à une période ou vous n’y êtes jamais allé, avant de vous décider à effectuer le grand saut. Et si c’est plutôt le mode « tour du monde » qui vous attire, préparer bien votre itinéraire.

Cher Amis, il ne me reste plus qu’à vous remercier Tous, en conclusion de ce 1er article. Merci pour votre soutien. Merci d’être à nos côtés pour vivre et partager cette merveilleuse aventure humaine. Puisse-t-elle vous encourager, vous aussi, à aller au bout de vos rêves. Le monde nous tend les bras. Et souvenez vous toujours de cela : nous sommes tous des Explorateurs !

En route !

JBA